Vuelta : Philippe Gilbert l’éternel!

0

Déjà vainqueur de l’Enfer du Nord au mois d’Avril, Philippe Gilbert a remporté en costaud aujourd’hui la 12e étape du Tour d’Espagne. Il vient aujourd’hui ajouter une nouvelle ligne à son palmarès bien fourni en succès. Déjà vainqueur d’étape sur les 3 grands tour il s’offre un sixième succès sur la Vuelta. Le profil de l’étape était d’ailleurs taillé pour lui avec de nombreuses bosses courtes et raides. 

Une échappée de costaud. 

100 km c’est ce qu’il aura fallu aux fuyards du jour pour partir. Et pendant ces 100 km il aura fallu rouler à 48 kmh pour suivre le rythme infernal de la course. Finalement c’est dans une descente que le bon est parti, à l’initiative d’abord de Will Smith de la Katusha-Alpecin. Avec Gilbert on trouve des bons coureurs comme Conti, Grmay, le vainqueur du tour de Turquie 2019, ou encore Arndt de la Sunweb.

Gilbert le fin stratège. 

Le belge a su ne pas s’inquiéter au moment ou l’autrichien et Grmay sont sortis dans l’avant dernière difficulté du jour. Profitant de la présence de son équipier Tim Declercq qui a su s’accrocher dans les premières difficultés pour venir aider Philippe. En effet, le moins qu’on puisse dire c’est que le travail de Declercq a été important, avec Marco Marcato ils ont roulé un long bout pour revenir sur le duo Grossschartner Grmay. C’est ce travail qui permet au belge d’être dans le premier groupe au pied de la dernière difficulté. Dans la dernière ascension le belge a su être fin pour faire le trou sur une seule double accélération qui lui a permis de s’isoler d’abord avec Barcelo puis de lâcher ce dernier. Cette attaque permit au wallon de prendre l’avance nécessaire à sa victoire bien que que Barcelo et le baque Aranburu aient presque fait la jonction dans les derniers mètres.

Dans le top 5 rien de nouveau. 

Pour le maillot rouge la journée a globalement été plutôt tranquille. Si Roglic a fini l’étape sans équipier et que Miguel Angel Lopez a bien tenté de secouer le cocotier l’étape a quand même été relativement tranquille. En effet, Lopez n’a tenté qu’une fois et encore sans forcément de conviction folle. Un coup dans l’eau donc qui n’a logiquement fait craquer aucun des membres des top 5. Les positions restent donc identiques depuis le chrono où Roglic a pris le pouvoir.

Une étape magnifique conclue par le succès d’un grand, que demander de plus pour une étape de moyenne montagne ?

Crédit. www.dailymail.co.uk

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here