West Ham : l’heure est au changement !

0
Crédit : Montage WeSportFr
Ligue 1

Changement. Oui, après une saison 2018/2019 peu aboutie, les fans des Hammers demandaient du changement. Il y en a eu. Marko Arnautovic et même Chicharito ont étonnement plié bagages. Pour pallier ces deux gros départs, Manuel Pellegrini a fait venir Sébastien Haller à Londres dans le cadre d’un transfert pour un montant record. Après une dixième place lors de la dernière édition, West Ham a complètement dégringolé cette saison. Deux coachs, des investissements inquiétants et un maintien encore loin d’être obtenu, les Hammers n’ont été que l’ombre d’eux-mêmes depuis septembre dernier. Aujourd’hui confiné, l’heure est désormais au bilan. WeSportFr est parti à la rencontre des supporters des Irons ! Relégation, choix des dirigeants, arrivée de Moyes… Les membres de West Ham France nous livrent leurs impressions.

Une saison complètement ratée

55. Voici le pourcentage de défaite des Hammers cette saison toutes compétitions confondues. Pour être plus clair, à chaque fois que les hommes de Manuel Pellegrini mettaient les pieds sur le terrain, ils avaient plus d’une chance sur deux de perdre. L’entraîneur chilien en-t-il le seul responsable ? Non. Et c’est ce qui est inquiétant. Effectivement, si West Ham est actuellement situé à la 16ème position de la Premier League avec un nombre de points équivalent à Bournemouth, premier relégable, c’est parce que c’est tout simplement la suite logique de nombreux facteurs. Le coaching d’abord.

Le 28 décembre 2019, quelques heures après une défaite face aux Foxes de Leicester, Manuel Pellegrini est démis de ses fonctions. L’ancien entraîneur de Manchester City quitte le club londonien après des résultats décevants. En effet, West Ham est alors 17ème du championnat. Après l’éviction de Pellegrini, David Moyes s’engage avec West Ham pour 18 mois et aura comme objectif de maintenir le club dans l’élite. Un objectif déjà réalisé un an plutôt après le limogeage de Slaven Bilić. Après une victoire très encourageante 4 buts à 0 face à Bournemouth où les coéquipiers de Mark Noble semblent tous retrouvés, David Moyes ne va pas réussir à faire mieux que de remporter qu’une seule rencontre sur les 8 matchs suivants. Son arrivée n’aura pas changé la dynamique du club. De plus, West Ham quitte la FA CUP après une défaite face à West Brom à domicile… L’arrivée de l’écossais était-elle une mauvaise idée ? Pour les Hammers ça ne fait aucun doute ! « Le retour de Moyes a autant surpris que déçu tous les supporters. Il symbolise l’échec par excellence, caractérisé par cette fâcheuse tendance à jouer en défense à 5 comme pour se poser en victime et subir le jeu avant même le début du match. Pour beaucoup le choix de Moyes est le choix de la facilité et du manque de moyens criant… il fallait un entraîneur rapidement, Moyes connaissait le club, n’avait aucune offre et ne coûtait pas cher voilà tout. » a lâché un des membres de West Ham France !

« Cette saison est un peu une désillusion, une claque ! »

Les supporters des Hammers n’ont pu que constater les dégâts. Le marteau ne cogne plus. L’équipe est triste à voir jouer. Et on en vient même à se demander si l’arrêt malheureuse de la Premier League à cause de l’émancipation du coronavirus, ne sauve pas un petit peu le club d’une relégation. Si nous l’a qualifions aujourd’hui comme « ratée », la saison pourrait être satisfaisante si les Hammers venaient à se maintenir. C’est en tout cas ce que défend un des membres de West Ham France, communauté officielle française des supporters des Irons depuis 2011, dans une interview. « Si le club reste en PL on pourra dire que la saison est satisfaisante même si au départ les objectifs et les espoirs étaient bien plus importants. Assez paradoxalement avec un classement un peu meilleur on aurait sans doute jugé la saison de West Ham très moyenne voire décevante mais aussi fou que ça puisse paraître c’est le maintien qui va conclure notre avis final. » explique-t-il avant de se rappeler de certains mauvais moments de la saison : « On voudrait tous oublier ce non match à Everton sans une seule occasion franche ou encore le match nul (3-3) à domicile face à Brighton où les joueurs ont arrêté de jouer à l’heure de jeu alors que le match aurait dû être plié. Compte tenu des recrues et d’un mois août prometteur, cette saison est un peu une désillusion, une claque ».

 

Le Board au cœur des critiques

Crédit photo : The Independent / David Sullivan, David Gold et Karren Brady

Coupables. Les dirigeants du club sont déclarés coupables d’amener de plus en plus le club à sa perte par des décisions sportives très étonnantes qui freinent totalement l’évolution des Hammers dans l’élite. Si le Board a réalisé quelques bons coups, forcer de constater que la majorité des choix sportifs sont parfois criants. Les exemples sont nombreux comme celui de Lucas Pérez, acheté près de 5M€ et revendu à peine la moitié quelques mois plus tard. Domingos Quina a aussi eu un traitement surprenant. Bourré de talent, le jeune milieu portugais formé à Chelsea a pris la direction de Watford contre un petit million d’euros.

La gestion du groupe est pour le moins tout aussi catastrophique du côté des attaquants. Avec de très belles garanties à ce poste l’année dernière, la direction a réussi à mettre tout sur les épaules d’Haller, tout juste arrivé en Premier League. Effectivement, durant le même mercato estival, les fans des Hammers ont vu Chicharito, Marko Arnautovic , Andy Carroll et l’attaquant espagnol cité quelques lignes plus haut, partir du club. 4 buteurs ont donc quitté le navire contre deux arrivées. Et, il n’est pas difficile à comprendre que Sébastien Haller est l’arbre qui cache la forêt. Après de très belles saisons sous les couleurs de Bâle, Albian Ajeti a rejoint les Hammers l’été dernier contre quasiment 9M€. Le Suisse verra son contrat prendre fin en juin 2023 du côté de la banlieue Est de Londres, mais tout laisse à penser qu’il ne tiendra pas son engagement. Avec 8 apparitions en Premier League, Ajeti n’a pas une fois trouvé le chemin des filets. Il comptabilise seulement deux tirs dont zéro cadré. Des statistiques troublantes.

Le club de la banlieue Est de Londres est présidé par David Gold, David Sullivan et la directrice exécutive Karren Brady. Un trio qui ne fonctionne pas du tout. D’ailleurs, ce n’est pas du tout un secret pour les membres de West Ham France. « Pour la majorité des supporters de West Ham et même simples connaisseurs du football anglais, la politique du club à travers cette direction à trois têtes semble absolument incohérente si ce n’est complètement suicidaire… le départ de Chicharito remplacé par un illustre inconnu, l’achat de deux gardiens de 33 ans sans aucune expérience du haut niveau, le maintien du club de joueurs vieillissants et en grande difficulté comme Zabaleta ou Sanchez, l’absence de recrue de poids en défense pour et gérer la défense, le retour d’un coach qui avait tout raté, ajouté à cela les nombreuses décisions mettant en danger le club, cette direction est la principale coupable de la situation du club. » explique un des membres de la communauté des supporters français du club. Un ras le bol général qui devrait devenir de plus en plus important puisqu’aux dernières nouvelles, les caisses des Hammers seraient vides et dans une réunion, Madame Brady aurait fait savoir aux joueurs et au coach qu’aucun joueur ne pourra être recruté l’été prochain. Une situation de plus en plus embarrassante pour des milliardaires…

Top, flop, entre doutes et satisfactions…

Crédit : Sky Sports / Sébastian Haller et Jarrod Bowen

Si les résultats collectifs n’ont pas vu le jour, les supporter des Irons ont toutefois pu noter quelques satisfactions individuelles. West Ham France souligne d’abord les belles performances de Pablo Fornals. Si les décisions du Board sont constamment remises en question, la direction peut au moins se satisfaire de la bonne saison du milieu espagnol. Arrivé pour la belle somme de 28M€ mais surtout pour préparer tranquillement l’après Manuel Lanzini, pensionnaire du club depuis de nombreuses années déjà, l’ancien joueur de Villareal a impressionné.

« Le coup de cœur beaucoup de fans est probablement l’éclosion progressive de Fornals, recruter dans l’ombre et de manière habile. Après des débuts très discrets et mal positionné par Pellegrini, il a pris doucement le jeu pour lui, tant est si bien qu’il est vite devenu le meilleur passeur du club avec une vision du jeu et un sens de la passe au-dessus de la moyenne et mis en confiance, il a même marqué quelques buts pleins de flair. » a expliqué un des supporters. Mais l’Espagnol est une des rares surprises et bonnes nouvelles du club. Individuellement, de nombreux joueurs ont été en dessous du lot. Jack Wilshere s’est malheureusement illustré dans ce domaine. Alors que de nombreux médias et amateurs du sport s’accordaient à dire que West Ham avait réalisé un bon coup l’été 2018 en s’offrant le milieu anglais, pourtant promis à une fin de carrière du côté d’Arsenal, les supporters des Hammers commencent doucement à perdre espoir. À cause de grosse blessure à la malléole, à la cheville et à désormais à l’aine, le milieu anglais de 28 ans a été forcé de s’écarter des terrains pendant 61 matchs depuis son arrivée. Ainsi Wilshere n’a toujours pas disputé plus de 20 vingts rencontres sous les couleurs bordeaux et bleu ciel. La rechute en décembre dernier après une bien belle pré-saison a fait beaucoup de mal aux Irons qui croyaient en lui. « Le flop est incontestable encore et toujours malheureusement ce maudit Wilshere. Ce devait être sa saison, ça allait être sa saison, une préparation dans son coin pleine de détermination pendant que les autres étaient en vacances, une pré saison complète et très prometteuse, titulaire pour le match d’ouverture puis plus rien… les blessures, les rechutes incessantes. » avoue l’un d’entre eux.

« Ce n’est pas un flop et rien ne dit qu’il a l’âme d’un pilier ! »

Entre la belle satisfaction Fornals et le malheureux dossier Wilshere, les Hammers ont aussi vu le joueur le plus cher de l’histoire du club se mettre à l’oeuvre. Qu’en ont-ils pensé ? Pour rappel Sébastien Haller a trouvé seulement à 7 reprises le chemin des filets en 29 apparitions toutes compétitions confondues. Saison d’adaptation ? Déjà un flop ? Pilier à l’avenir ? Bref, que peut-on retenir du buteur acheté 40M€ l’été dernier.

« De toute évidence c’est un buteur cela ne fait aucun doute, dans le placement et la gestuelle il a les attitudes d’un vrai 9. Le problème est déjà qu’il est arrivé plutôt tard cet été d’un championnat différent. » explique un des supporters. Haller a débuté la pré-saison avec le club londonien le 27 août dernier, soit seulement une petite quinzaine de jours avant le début de la saison. « Il sortait d’une saison avec une équipe qui avait la possession et s’est retrouvé dans un 11 complètement différent. Gageons qu’il ait besoin d’un temps d’adaptation et qu’avec une préparation complète avec tout le groupe la saison prochaine il se montrera plus régulier. Ce n’est pas un flop et rien ne dit qu’il a l’âme d’un pilier, la question est aussi de savoir s’il veut rester, une fois de plus le maintien ou non le décidera probablement… » analyse un des membres de la communauté française des Hammers.

Enfin, impossible de ne pas évoquer le dossier Jarrod Bowen, chouchou de notre rédaction, arrivé l’hiver dernier en provenance d’Hull City. « Les attentes sont peut-être moins importantes donc plus propices à de l’indulgence, il arrive de Championship, avec ce côté un peu feu follet inconscient et a tout pour être la bonne surprise, la bonne pioche, il offre enfin une vraie solution sur le côté droit en compagnie d’Antonio et pourrait être l’homme du maintien… » explique un des Irons. À 23 ans et avec seulement deux titularisations sous le coude, Bowen semble d’ores et déjà avoir obtenu sa place dans le onze de Moyes. Celui qui avait trouvé à 16 reprises le chemin des filets dans les 29 premiers matchs de Championship, a d’ailleurs déjà ouvert son compteur sous les couleurs des Hammers. L’Anglais pourrait bien jouer les premiers rôles dans cette course au maintien…

Entre toutes ces déceptions, West Ham France souhaite tout de même se souvenir de la belle victoire 2 buts à 0 face à Manchester United. « Difficile de trouver un souvenir positif mais on élira unanimement cette victoire nette et sans contestation à domicile contre United comme match qui aurait dû être une référence pour la suite… » explique-t-il. Cet après-midi de septembre, les Hammers jouaient tout simplement à un très haut niveau et ce sont ces performances qu’ils devront reproduire pour remporter la course au maintien ! Mais « quelque en soit la façon, la seule chose qu’on peut espérer c’est que le club se sauve à l’issue de la saison et l’essentiel comptera. Il en va de notre passion, de notre bonheur aussi et de l’histoire d’un club qu’on ne peut imaginer ailleurs qu’en Premier League. » rajoute enfin la communauté des Hammers qui semble tout de même terminer cette interview avec l’envie d’y croire, d’espérer mais surtout de bien faire comprendre aux concurrents au maintien que les Hammers sont prêts à se battre, que les marteaux vont enfin cogner et que l’heure est désormais au changement !

Crédit image de couverture : Montage WeSportFr

À lire aussi :

Aston Villa : Le lion plie mais ne rompt pas…

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here