World Series 2019 : break capital pour Washington

Après une victoire serrée dans le match 1, Washington a déroulé, notamment dans la 7e manche, pour faire le break dans la série. Capital, avant que la série ne se déplace à Washington.

7e manche catastrophe pour Houston :

Le match a démarré fort, avec deux points inscrits de chaque côté lors de la 1ère manche (double de Rendon et home run de Bregman). Puis plus rien jusqu’au haut de la 7e manche. Une manche où les Nationals vont inscrire 6 runs. Washington lancera cette manche avec un home run inattendu du receveur Kurt Suzuki sur le 100e lancer de Justin Verlander. Une surprise qui va refroidir le Minut Maid Park. Sale soirée pour l’ace des Astros, qui concèdera en tout 4 runs et sera remplacé par Ryan Pressly. Soirée difficile également pour le reliever de Houston, qui va concéder des runs de Trea Turner, Juan Soto, Howie Kendrick et Asdrúbal Cabrera dans cette même 7e manche. Une manche terminée par un 3e lanceur, Josh James.

Les Astros dans le doute :

La manche suivante sera tout aussi décevante pour Houston, qui va concéder 3 nouveaux runs et voir l’écart grandir à +9 pour les Nationals. Un écart qui ne sera pas réduit, malgré un échange de home runs dans la dernière manche. Statistiquement, chaque joueur (sauf Gerardo Parra) passé au bâton pour Washington aura noirci la feuille de stat dans la colonne runs ou RBIs. Houston de son côté aura perdu les deux matchs disputés par Justin Verlander et Gerrit Cole. Deux matchs à domicile qui auraient dû parfaitement lancé les Astros. Ce sera finalement tout le contraire pour les joueurs d’AJ Hinch, qui arriveront dans la capitale américaine avec deux matchs de retard. Mais rien n’est encore joué.

2-0 pour Washington dans ces World Series 2019, alors que la série va se déplacer au Nationals Park potentiellement pour trois rencontres. Houston, pourtant favori, subi pour le moment la loi d’une équipe dans la forme de son histoire. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, mais Washington est bien lancé.

A propos de l'auteur

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire, tout comme le mot "Espoir" lorsque le sujet tourne autour des Knicks. Je considère Drew Brees comme un dieu et le Sport US comme ma religion.

Poster un commentaire

libero massa ultricies porta. leo risus. vel,