World Tour Grand Finals 2019 : L’hégémonie chinoise toujours d’actualité

0

Du 12 au 15 décembre à Zhengzhou, dans la province du Henan en Chine, se déroulaient les WTGF 2019. Les 16 meilleurs hommes et femmes du circuit étaient réunis pour cette compétition, ceux qui ont obtenu les meilleurs résultats lors du de l’ITTF World Tour 2019. Il fallait évidemment s’en douter, mais la Chine est toujours extrêmement présente dans cette compétition de clôture.

 

Un tournoi masculin absolument formidable

Ils sont donc 16. 16 hommes à pouvoir espérer remporter ces WTGF 2019. Parmi eux, 11 asiatiques, 4 européens et un sud-américains. La Chine étant évidemment très bien représentée, avec pas moins de 6 joueurs. Ce sera encore plus édifiant pour le tableau féminin.

Pour ce qui est du tableau masculin donc, au sortir des huitièmes de finale, il n’y a plus aucun européen. En effet, les 3 allemands (Timo Boll, Dimitrij Ovtcharov et  Patrick Franziska) ainsi que le suédois Mattias Falck sont tous tombés au premier tour de la compétition. Le “meilleur” résultat est pour Dimitrij Ovtcharov, qui parvient à prendre 2 sets à Liang Jingkun.

Il n’y a donc que Hugo Calderano, brésilien, qui se hisse en quart de finale, en dehors des asiatiques. Il a effectivement battu pour son premier match Jun Mizutani, un des deux japonais présent lors de cette compétition, 4 sets à 1.

En quart de finale, nous retrouvons donc Hugo Calderano, Lin Yun-Ju (jeune taïwanais de 18 ans) ainsi que le petit prodige japonais Tomokazu Harimoto 16 ans seulement. Il faut évidemment rajouter à cela, l’armada chinoise: Xu Xin, Fan Zhendong, Ma Long, Lin Gaoyuan et Liang Jingkun.

Pour ce qui est de ce tour, les favoris n’ont pas tremblé et se sont imposés plus ou moins facilement.

Il y a notamment eu un match d’anthologie entre Xu Xin et Tomokazu Harimoto. Après avoir sauvé 3 balles de matchs, dont deux dans le sets décisif, Xu Xin parvient à se sortir du piège japonais en s’imposant 13-11 dans le dernier set. Il y a eu pendant ce match des points exceptionnels, un niveau lui aussi tout impressionnant.

Lors des demi finales, on a eu le droit a un match entre deux légendes, Xu Xin et Ma Long, respectivement 1er et 3ème mondial. Ils ont tous les deux remportés plusieurs fois l’or mondiale, que ce soit aux Championnats du monde, en Coupe du monde, ou même aux Jeux Olympiques pour Ma Long.

Après 6 sets, c’est le plus expérimenté des deux jouers, Ma Long, qui s’impose face à son compatriote 4 sets à 2.

Dans l’autre demi finale, c’est Fan Zhedong qui l’emporte aussi 4 sets à 2 contre Lin Gaoyuan.

La finale fut quant à elle quasiment sans partage. En effet, Fan Zhedong n’a laissé quasiment aucune chance à Ma Long. Il a été d’une efficacité chirurgicale, et l’emporte 4 sets à 1. Il remporte ainsi son deuxième grand titre en quelques jours, après son succès lors de la Coupe du monde, à Chengdu.

 

Les chinoises en pleine domination

Sur les 16 joueuses composant le tableau féminin, les chinoises prennent déjà 10 places. Le reste du tableau est constitué de 4 japonaises, d’une taïwanaise et d’une singapourienne.

Cependant, la japonaise Sato Hitomi (17ème mondiale), parvient à éliminer Ding Ning (7ème mondiale et 3 fois championne olympique) en huitième de finale.

Il y a donc, en quarts de finale, 3 oppositions 100% chinoises, et un match 100% japonais. Cela permet au pays du soleil levant d’avoir une joueuse en dem- finale, Ito Mima, numéro 4 mondiale.

Cependant, elle s’incline face à la grandissime favorite, Chen Meng en 5 sets.

Et finalement, c’est bien Chen Meng qui va s’imposer en finale face à Wang Manyu, également en 5 sets.

 

Fan Zhedong aussi titré en double

Oui, il a fait le doublé. Fan Zhendong, juste avant de remporter son titre en simple, est parvenu avec Xu Xin à remporter le titre en double. Après n’avoir perdu aucun set avant la finale, la paire chinoise s’impose sur le score de 3 sets à 1 face à la paire taïwanaise, composée de Liao Cheng-Ting et de Lin Yun-Ju.

Pour ce qui est du double féminin, les japonaises Kihara Miyuu et Nagasaki Miyu s’imposent en finale face aux sud-coréennes Jeon Jihee et Yang Haeun 3 sets à 0.

Sinon, c’était dans le tableau du double mixte que l’on pouvait voir les seuls français de la compétition. Malheureusement, Tristant Flore et Laura Gasnier se sont inclinés en 3 sets face aux finalistes japonais, Mizutani/Ito. C’est la paire chinoise Xu Xin/ Liu Shiwen qui l’emporte difficilement, 3 sets à 2 en finale.

 

Ces World Tour Grand Finals ont donc été dominés par la Chine. A part dans le double féminin, elle a tout raflé. Mention spéciale à Fan Zhendong qui remporte deux titres (simple messieurs et double messieurs) ainsi que Xu Xin qui remporte lui aussi deux titres (double messieurs et double mixte).

Ces WTGF ont encore une fois de plus permis de montrer que l’Asie et plus précisément la Chine dominent encore et toujours le tennis de table mondial. C’est sans quasi doute que les prochaines échéances internationales vont se jouer entre pays asiatiques. On pense évidemment aux J.O de Tokyo l’année prochaine avec un beau match Japon/Chine en perspective.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here