Wozniacki de retour au sommet, les Tricolores brillent dans l’ombre

0
Crédit photo : CBC.ca
Ligue 1

Alors que le tableau masculin de l’Open d’Australie ne nous a réservé que très peu de rencontres « pop-corn » (deux seuls chocs entre membres du Top 10 dont la finale entre Roger Federer et Marin Cilic), le tournoi féminin a été éclatant de suspens avec le triomphe au bout du compte de la nouvelle numéro 1 mondiale, Caroline Wozniacki qui ouvre par la même son palmarès en Majeur. Retour sur une quinzaine étincelante…

6 ans après, Wozniacki de nouveau patronne de la WTA !

Nous vous contions dans le résumé de la première semaine de l’Open d’Australie des problèmes de constance des têtes de série et plus précisément de la numéro 1 et de la numéro 2 mondiale que sont Simona Halep et Caroline Wozniacki. Ces deux dernières ont eu les mêmes difficultés lors de la 2ème semaine mais ont laissé transparaitre un véritable mental de guerrières pour atteindre la finale et tenter de décrocher la timbale, c’est à dire leur tout premier titre en majeur… mais également la place de numéro 1 mondiale. Une finale disputée sous le chaud soleil de Melbourne, 35 degrés lors des premiers coups de raquette d’une bataille s’annonçant épique … et elle l’a été ! Wozniacki, 27 ans, patronne du tennis mondial en janvier 2012, telle une véritable muraille lors des premiers échanges a rapidement mené 3-0. Mais le plan de la Danoise ne pouvait se dérouler sans accroc en raison de la légendaire combativité de Simona Halep. Cette dernière a longtemps repoussé l’échéance durant cette première manche qu’elle a finalement concédée au tie-break (7/2). Le peu d’énergie qu’il lui restait lui a permis de chiper la deuxième manche 6/3 puis de mener 4/3 service à suivre dans l’ultime manche.

Le premier sacre en Grand-Chelem était proche pour la désormais triple finaliste en Majeur… mais il lui en a encore manqué de très peu face à une Wozniacki de ce calibre-là. La protégée de Piotr Wozniacki, son père et entraineur s’impose finalement (7/6[2] 3/6 6/4) et décroche son premier Majeur au moment où on l’attendait le moins étant donné ses blessures récurrentes lors des dernières années (même si elles semblaient la lâcher depuis la saison précédente) et de ses difficultés en début de tournoi. En effet, la jeune Croate, Jana Fett (21 ans,119ème WTA) a mené 6/3 2/6 5/1, 40-15 face à une 2ème mondiale qui a frôlé l’implosion et qui aura sauvé les meubles de façon miraculeuse. Cette rencontre a finalement servi d’électrochoc à “Woz” qui a fait preuve de sérieux lors de la suite de son tournoi contre des filles en pleine éclosion telle que Elise Mertens (37ème WTA et battue en 1/2 finale) ou en pleine renaissance comme Carla Suarez Navarro (39ème WTA et battue en 1/4 de finale)… avant ce final en apothéose !

Halep termine à l’hôpital…

Pour ce qui est de Simona Halep, elle pourra se consoler par des victoires références lors de cet “Aus Open” qui pourraient et qui doivent lui permettre d’ouvrir son palmarès en Grand-Chelem, à l’image de Wozniacki, durant les prochaines échéances que sont Roland-Garros, Wimbledon ou l’US Open. La Roumaine, qui évolue sans sponsor textile (ndlr : lâchée par Adidas) aurait pu être la première femme de l’histoire à enlever un Majeur après avoir sauvé des balles de match lors de deux rencontres. En effet, lors de son 3ème tour, elle a dû écarter pas moins de 3 “match points” contre Lauren Davis (76ème WTA) avant de s’imposer d’extrême justesse sur le score de 15/13 dans la manche décisive après près de 4h de combat.

La combative joueuse de Constanta a même remis le couvert contre Angelique Kerber (16ème WTA), qu’elle a écartée sur le score de 6/3 4/6 9/7, en sauvant 2 balles de match dans une 1/2 finale au niveau de jeu bluffant. Au final, Halep aura des regrets de ne pas être parvenue à éteindre Wozniacki en finale, une joueuse au style de jeu comparable au sien constituée d’une couverture de terrain impressionnante et de nombreux contres de fond de court tonitruants. Mais le carburant de la future ex-numéro 1 mondiale était plus que consumé… Au bout de l’effort, Halep a même fini à l’hôpital à l’issue de la finale, en raison d’une importante déshydratation. Souhaitons un prompt rétablissement à une joueuse dont les efforts consentis mériteraient de déboucher sur le saint graal, c’est-à-dire décrocher un premier sacre en Grand-Chelem.

Garcia n’a pas trouvé la clé face à Keys. 

Conquérante mais accrochée durant le début de la quinzaine australienne, on pouvait légitimement penser que Caroline Garcia, 8ème mondiale et auteure d’une fin de saison 2017 en boulet de canon, allait hausser son niveau pour passer en 1/4 de finales …mais que nenni ! La Lyonnaise a été étouffée par la puissance de frappe de l’Américaine Madison Keys (20ème WTA). Finaliste lors du dernier Majeur, à l’US Open cette dernière a impressionné par sa faculté à contrer Garcia, qui a pourtant pris le filet durant la majeure partie de la rencontre. Score final 3/6 2/6 à l’encontre de “Flying Caro” qui n’aura finalement trouvé aucune ouverture dans ce match. Elle pourra se consoler avec le meilleur bilan de la quinzaine du côté tricolore ainsi que son meilleur classement en carrière, lundi prochain, puisqu’elle atteindra la 7ème place mondiale. La reverra-t-on par ailleurs lors du week-end de Fed Cup contre la Belgique les 10 et 11 février ? Rien n’est moins sûr pour la joueuse de 24 ans qui s’est refusée à tout commentaire sur le sujet à l’issue de son 1/8ème de finale.

Crédit photo : Ouest France

Junior : La sensation française, Clara Burel toque à la porte de l’équipe de France de Fed Cup !

Alors que le contingent français a déçu à Melbourne Park, en simple, l’espoir est venu des mains d’une jeune pousse  de la génération 99. Clara Burel (33ème ITF) a en effet fait preuve de beaucoup de talent pour atteindre la finale du tableau junior. Pas dégonflée du tout face à des joueuses au physique imposant, la jeune française a signé de nombreux exploits grâce à sa belle vision de jeu et à un sens tactique hors du commun. La Bretonne a notamment écarté la très redoutable et très puissante Xinyu Wang (4ème ITF), tête de série numéro 1 en demi-finale. Burel, pourrait par ailleurs avoir tapé dans l’œil du “cap’tain” Noah.

Une sélection en Fed Cup pour la rencontre du 10 et 11 février face à la Belgique serait peut-être un peu précoce mais pas si farfelue que cela étant donné les soucis que Yannick Noah aura pour constituer son groupe. En effet, Alizé Cornet a été mise hors-jeu en raison de l’ouverture d’une procédure disciplinaire envers la Niçoise qui a accumulé 3 « no show » ou plus précisément 3 absences à un contrôle antidopage. Ajoutons à cela, la présence incertaine de la numéro 1 Française, Caroline Garcia, qui pourrait de nouveau faire l’impasse sur la compétition et la méforme de Kristina Mladenovic (ndlr : en simple), Océane Dodin et Pauline Parmentier qui n’arrivent pas à stopper leur hémorragie de défaites actuelles.

Double féminin : Mladenovic fait preuve de caractère et enlève le titre avec Babos !

Complètement hors sujet en simple où elle empile les défaites et se rapproche des records (ndlr : 15 défaites successives), Kristina Mladenovic a su faire preuve de caractère pour se révolter en double avec sa copine de longue date, Timea Babos. Libérée comme jamais, elle semble se délivrer de ses chaînes qui la tenaillent tant en simple lorsqu’il s’agit de jouer en équipe. C’est ainsi, qu’avec un jeu ultra propre au filet de la part de la 11ème mondiale et d’une rare solidité de Babos en fond court que le duo franco-hongrois a pu tracer sa route jusqu’à la finale. Une finale qu’elles ont survolé face, pourtant, au duo redoutable que composaient Ekaterina Makarova et Elina Vesnina. Breakées en début de partie Babos et “Kiki” ont ensuite largement maitrisé les débats pour triompher en deux petits sets 6/4 6/3.

Mladenovic remporte déjà le 4ème Grand-Chelem de sa carrière (ndlr : double féminin et double mixte confondus) tandis que Babos a enlevé son tout premier Majeur. Mladenovic enchainera avec la défense de son titre à Saint-Petersbourgh où elle devra se débloquer au niveau de la confiance en “solo” puis avec le week-end de Fed Cup où “elle sera là, à fond, pour se battre”, a-t-elle ajouté à L’Equipe tout en taclant sa compatriote Caroline Garcia par une petite phrase qui n’est pas passée inaperçue. “Aider son pays est un devoir !”, a lâché la tricolore telle une bombe.

Adrien Chirac

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here