WTA Finals : des demi-finales surprenantes

0
Sloane Stephens peut avoir un grand sourire, elle termine première de son groupe avec trois succès. Crédit : Roslan Rahman, AFP.
Ligue 1

Fin de la phase de groupe à Singapour, où il serait léger de dire qu’on ne s’attendait pas à un tel scénario. Aucune des quatre premières têtes de série n’a passé les poules, proposant deux affiches assez inattendues, au moins sur le papier.

Groupe rouge : repêchée comblée et vacances méritées

Dans le premier groupe, on retrouvait les deux favorites et gagnantes des deux derniers Grand Chelem de la saison, à savoir Wimbledon et l’US Open. D’abord, Angélique Kerber, qui a décroché le sésame en terre britannique, et donc Naomi Osaka, tombeuse de Serena Williams devant son public. Pour les arrêter, Sloane Stephens, dont la saison ressemble aux montagnes russes, et la repêchée, Kiki Bertens, qui a profité du forfait de Simona Halep.

Dès les premiers matches, la tendance est plutôt étonnante. Naomi Osaka fait de la survie avant de se désintégrer complètement dans le 3e set face à Stephens (7/5 4/6 6/1). Dans l’autre match, Kerber commence pied au plancher avant de céder face à Bertens (1/6 6/3 6/4). Ensuite, le match de la survie entre les deux qu’on pensait favorites tourne à l’avantage de l’Allemande, après une partie à suspense (6/4 5/7 6/4). Stephens dispose elle de Bertens après un énième match en dents de scie (7/6 2/6 6/3).

Enfin, Osaka jette l’éponge après avoir cédé le premier set à la Hollandaise (6/3 ab), alors que Stephens se débarrasse presque trop facilement de la tête de série numéro une allemande (6/3 6/3). Finalement, on retrouve donc Sloane Stephens en tête, avec 3 victoires, devant la surprise Kiki Bertens. Angélique Kerber et Naomi Osaka suivent et peuvent savourer des vacances bien méritées au vue de leur saison réussie.

Sloane Stephens peut avoir un grand sourire, elle termine première de son groupe avec trois succès. Crédit : Roslan Rahman, AFP.

Groupe blanc : La tenante du titre prend la porte

Dans le second groupe, on retrouvait un débat très ouvert, avec la tenante du titre et vainqueure de l’Open d’Australie, Caroline Wozniacki. La Danoise devait faire face au duo tchèque Petra Kvitova et Karolina Pliskova. Ainsi qu’Elina Svitolina.

Là encore, les deux premiers matches surprennent. Alors qu’on attendait une Wozniacki dominatrice, elle s’incline lourdement face à Pliskova (6/2 6/4). Un score sans appel identique dans l’autre rencontre, en faveur de Svitolina (6/3 6/3). Les deux têtes de série principales du groupe doivent se départager, là aussi, dans un match de la peur. Celui-ci profite à la Danoise après une partie accrochée face à Kvitova (7/5 3/6 6/2). Svitolina assure quasiment sa qualification face à l’autre Tchèque (6/3 2/6 6/3).

Pour conclure, Pliskova expédie sa compatriote sans trembler, ou presque (6/3 6/4), parachevant ainsi son billet pour les demi-finales. Svitolina sécurise une troisième victoire dans la poule après un match très engagé face à Wozniacki (5/7 7/5 6/3). L’Ukrainienne s’assure donc la tête du groupe, devant Karolina Pliskova. Comme dans l’autre groupe, les deux têtes de série attendues sortent. Wozniacki et Kvitova n’ont pas réussi à renverser deux joueuses décomplexées.

Carton plein aussi pour Elina Svitolina, qui s’ouvre le chemin des demi-finales de Singapour pour la première fois. Crédit : Roslan RAHMAN, AFP.

Le programme des demies

Ce n’était donc pas les affiches auxquelles on s’attendait. Mais demain, les demi-finales de Singapour opposeront d’abord, à 10 heures chez nous, Kiki Bertens à Elina Svitolina. Elle sera suivie, à 13h30, de Sloane Stephens face à Karolina Pliskova. On espère ainsi assister à trois derniers affrontements emballés, et emballants. Car s’il y a bien eu une constante durant la semaine, c’est le niveau plutôt moyen des matches, à une ou deux exceptions près.

Peut-être dû à la fatigue, ou las d’une saison longue et interminable pour certaines. Mais la motivation de décrocher les WTA Finals pour l’une de ces quatre joueuses pourrait proposer des matches complètement différents. Côté pronostic, si la logique voudrait nous laisser croire à une finale ukraino-américaine, méfiance. On a pu constater cette semaine que la logique n’était pas vraiment le maître mot de la compétition.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here