WTA Finals Shenzhen : Barty conclue son année en beauté !

Cela fait quelques mois que tout sourit à l’australienne de 23 ans, Ashleigh Barty. Victorieuse cette saison à Miami, à Roland Garros et à Birmingham, celle qui est réputée pour son revers slicé campe désormais en pôle position du classement WTA. Face à elle, en finale, l’ukrainienne de 25 ans, Elina Svitolina qui n’a pas ajouté de titre à son palmarès cette saison et qui avait fort à faire pour défendre son titre au Masters pour clore cette année.

Et c’est Barty pour le show

Une finale qui ôte au quelconque tous ses aspects pour nous offrir un combat extrêmement serré entre les deux femmes. Une variation maîtrisée pour l’australienne qui nous livre sur un plateau en argent une fluidité qui vous conduirait presque sur un court en vous disant « c’est facile en fait le tennis ». Il faut avouer que la native du Queensland redonne cette saveur à la fois douce et piquante (pour ses adversaires) au tennis féminin souvent trop linéaire.

Percutante et à l’aise dans toutes les parcelles du court, Barty ne laisse que quelques miettes d’espoir à son opposante. Scénario de jeu similaire à son match expéditif face à la tchèque Petra Kvitova en phase de groupes quelques jours plus tôt. Bis repetita cette année pour l’ukrainienne qui récidive comme en 2018 ; après une fin de tournée décevante, elle réussit à imposer son jeu au Masters et à se hisser jusqu’en finale. En ce dimanche, elle parvient à trouver des zones face à l’australienne et propose un jeu intéressant qui malgré tous ses efforts ne suffit pas à prendre le dessus. Elle concède le premier set 6/4 à la future adversaire de la France en Fed Cup le week-end prochain.

Eli, c’est fini 

Dans le deuxième set, Barty maintient le cap, impressionnante d’engagement face à la tenante du titre. Et pourtant, Svitolina fait partie de ces joueuses expérimentées qui qui savent s’adapter au jeu adverse et retourner la vapeur lorsqu’elles se retrouvent dos au mur. Elle qui avait déclaré fin septembre « Avant que je n’atteigne la demi-finale de Wimbledon, j’étais très en colère de ma saison. La seule chose que j’avais gagnée, c’était du poids ». Une déclaration décalée qui en disait long sur la frustration de Svitolina sur cette saison.

Dans cette lignée, le « coup de moins bien » de Barty n’est jamais arrivé. Plus rapide, plus précise, plus engagée et avec une pincée supplémentaire de chance, l’australienne continue de mener la danse et s’adjuge le break au meilleur moment pour mener 5/3 dans le deuxième set. Dans un dernier élan, elle plante les derniers points et conclue le match sur le score de 6/4 6/3.

Le match de la numéro 1 mondiale est tout à fait représentatif de la saison qui s’achève. Des émotions contrôlées, des attaques de fond de court et surtout un jeu complet et sans fioritures. La souveraineté d’Ashleigh Barty s’est confirmée dans ce Masters dont elle s’empare avant de s’envoler pour Perth pour la finale de la Fed Cup la semaine prochaine. 

A propos de l'auteur

Passionnée de sport en général avec une préférence pour le tennis et le biathlon ! On dit qu'en Bretagne il ne pleut que sur les cons... ça tombe bien, je ne vis que des journées ensoleillées.

Poster un commentaire

Praesent accumsan commodo leo. mi, lectus pulvinar eleifend