WTA – Formula TX : Julia Goerges domine logiquement Sakkari



Pour ce deuxième jour à Saint Pétersbourg, la journée débute avec le duel entre Julia Goerges, 16ème WTA et Maria Sakkari, 37ème WTA. Bien que la Grecque avait réalisé un beau parcours à l’Open d’Australie la semaine passée, elle s’est faite dépasser par la rapidité d’action de l’Allemande. 

Goerges assure 

Dans le premier set, Julia Goerges n’a littéralement laissé aucune chance à Maria Sakkari de mettre en place son jeu d’habitude agressif et puissant. Dépassée de toute part, la Grecque a subit les coups ultra rapides de l’Allemande. La joueuse de 30 ans break sur le deuxième jeu de service de Sakkari et s’adjuge une avance qu’elle ne perdra plus. Malgré les conseils de son coach de jouer au milieu en retour de service et de ne pas déborder l’Allemande, la réalisation est plus complexe et les excellents services de Goerges ne lui facilitent pas la tâche. Malgré une pause médicale pour Julia Goerges à 4-1, elle conclue le premier set sur le score de 6-2 quelques minutes plus tard.

Sakkari y était presque

Après un premier set perdu en 31 minutes, un regain d’orgueil s’empare de la Grecque qui réalise un break d’entrée et remporte rapidement son service derrière. Son attitude bien plus agressive et les fautes de l’Allemande lui permettent de mener la danse. En tête, une bonne partie du set, Maria Sakkari pouvait espérer un troisième set mais l’Allemande colle au score et parvient à revenir à une parfaite égalité. Enfin, Julia Goerges lâche les chevaux et retrouve ses zones pour clôturer le deuxième set sur le score de 7-5.

En cette “Journée de la danse”, je vous avais préparé une conclusion rythmée par le tube de Santana “Maria Maria” afin de vous déhancher en cas de victoire de Maria Sakkari. Mais, il n’en est point alors je vous souhaite simplement une bonne journée tennistique. 

Sources : TennisActu



A propos de l'auteur

Passionnée de sport en général avec une préférence pour le tennis et le biathlon ! On dit qu'en Bretagne il ne pleut que sur les cons... ça tombe bien, je ne vis que des journées ensoleillées.

Poster un commentaire

justo elit. Praesent mattis ante. Sed