St Petersburg : Kvitova et Mladenovic en finale

0
Kristina Mladenovic of France celebrates his victory over Dominika Cibulkova of Slovakia during the St. Petersburg Ladies Trophy ATP tennis tournament match in St. Petersburg (Photo by Igor Russak/NurPhoto)
Ligue 1

Les demi-finales du tournoi Premier de Saint Petersburg ont vu cet après-midi la victoire de deux joueuses étant à la recherche de confiance il y a encore une semaine. Et c’est de façon brillante qu’elles sont parvenues à décrocher leur place pour la finale.

Julia Goerges et Petra Kvitova pour lancer la journée 

La première demi-finale a vu un match de très haute volée entre Julia Goerges et Petra Kvitova. Cette opposition entre deux joueuses dont les jeux se marient parfaitement à l’indoor a tenu toutes ses promesses et ce pendant plus de deux heures. Il fallait d’ailleurs s’y attendre au vu de leurs rencontres précédentes comme à Stuttgart en 2013 ou en Fed Cup l’année précédente.

Le début de match a donné tout de suite le ton avec des jeux de service parfaitement tenus des deux côtés. Du côté allemand, Goerges a sauvé des balles de break avec des secondes balles puissantes sur le corps, poussant Kvitova à la faute. Du côté tchèque, Kvitova a également connu une alerte à 3-3 (menée 0-40) avant d’enchaîner cinq points gagnants. La première manche connaît un tournant à 4-4 lorsque Petra Kvitova ne parvient plus à passer sa première balle de service et que son adversaire réussi à se montrer extrêmement offensive. Avec des accélérations sur la moindre frappe moyenne, la numéro 2 allemande s’offre le break et la possibilité de servir pour le gain de ce set. Mais Goerges n’en fait rien : sous le poids d’une cadence de jeu importante, cette dernière se tend et part à la faute dans l’échange. La tchèque en profite pour débreaker et décrocher dans la foulée le premier set 7-5. Sur les conseils de son coach, Julia Goerges repart à l’assaut dans la deuxième manche. La tête de série numéro 5 multiplie les séquences au filet et parvient surtout à tenir la cadence de jeu face à Kvitova (chose qui s’était révélée impossible pour les adversaires précédentes de la tchèque). Sous pression, cette dernière concède logiquement le break à 2-2. Ce break, Goerges va le tenir jusqu’au bout contrairement au premier set, et ce, en gérant parfaitement les points importants. La 12e mondiale remporte la seconde manche 6-4 et maintient le suspens dans cette première demi-finale.

Mais le dernier set va permettre à Petra Kvitova de justifier son statut de reine de l’indoor : la double lauréate de Wimbledon va considérablement élever son jeu d’attaque et mettre à mal le point faible de son adversaire ; à savoir le revers. La tchèque va rapidement concrétiser un break d’entrée pour mener 3-0 et maintenir une pression conséquente sur Goerges. Cette dernière pourra tout de même se targuer d’avoir sauvé une balle de double break à 4-1, ainsi qu’une première balle de match à 5-2 sur son service avec un superbe passing de coup droit. Mais la deuxième balle de match sera la bonne pour Petra Kvitova qui remporte sur un coup droit gagnant le dernier set 6-2. Elle disputera demain sa première finale sur le circuit depuis le tournoi de Birmingham en juin dernier et peut se rapprocher du top 20 demain en cas de victoire pour un 21ème titre (le 4ème en indoor).

Quant à Julia Goerges, malgré la défaite, elle confirme avec cette demi-finale sa très bonne forme obtenue ces derniers mois et pourrait intégrer le top 10 lundi si Mladenovic s’incline en finale.

Kasatkina et Mladenovic pour clore les demi finales

La deuxième demi-finale entre la russe Daria Kasatkina et la française Kristina Mladenovic s’est déroulée en 2 temps. En effet, malgré un break d’entrée de la part de la tenante du titre et quelques égarements côté coup droit pour Kasatkina, cette dernière a rapidement pu installer son jeu et ce, de manière efficace. Mladenovic (récente membre du top 10) a beau multiplier les offensives vers l’avant, le jeu tout en variation de la russe fait des merveilles comme hier face à la numéro 1 mondiale Caroline Wozniacki. Elle parvient à enchaîner patiemment les jeux en sa faveur (3-1 au bout de 30 minutes!) et les quelques moments de tension chez la 23ème mondiale ne suffiront pas à la française de revenir dans cette première manche. Les deux double-fautes consécutives commises par cette dernière à 4-3 30A permettent à la russe de servir pour le set et de l’emporter 6-3.

La seconde manche débute sur les mêmes bases : Kasatkina profite des imprécisions de son adversaire qui n’avait plus atteint ce stade de la compétition depuis avril dernier et mène 2-1, service à suivre. C’est alors que le match va basculer et ce, à la charge de la russe. Elle va en effet complètement se dissiper en perdant de vue ses schémas de jeu et en redonnant du rythme à la française. Cette dernière à coup de « Forza ! », parvient à revenir à égalité et à breaker sa cadette. Le coach de « Dasha » Kasatkina a beau intervenir au changement de côté et lui demander de mettre davantage de conviction dans ses frappes et d’impact dans son coup droit, la russe multiplie les erreurs et Kristina Mladenovic gagne le deuxième set 6-3.

Le troisième set est une véritable torture mentale pour Kasatkina et pour son public. Elle a en effet perdu tout sens tactique sur le court et à l’inverse, son adversaire qui engrange de la confiance, se montre de plus en plus performante à la volée et obtient rapidement un double break 3-0. Malgré un sursaut et un coup droit un peu plus percutant qui lui permet d’annuler un break (3-2), la confiance bancale de la tête de série 8 est progressivement mise en lumière par le jeu vers l’avant de « Kiki » Mladenovic. Devant le manque criant de variation et d’intention de la russe, la française réalise à nouveau un double break qu’elle parviendra cette fois-ci à conserver pour décrocher l’ultime manche 6-2.

Mladenovic a donc gagné le droit d’essayer de conserver jusqu’au bout son unique titre et par la même occasion sa place dans le top 10. Pour Kasatkina, la défaillance mentale observée cet après midi (et qui n’est malheureusement pas nouveau chez elle) se pose en paradoxe avec l’attitude relâchée qu’elle a présentée toute la semaine et ce malgré la pression de jouer à domicile, ainsi que la solidité de son jeu qui lui a permis de battre hier une numéro 1 mondiale pour la troisième fois de sa carrière.

Romain Therry

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here