Football

XV de France : Et ça continue encore et encore

Ce samedi soir, le XV de France retrouvait le Stade de France pour son premier test-match de la tournée d’automne, contre la Nouvelle-Zélande. Et sans grande surprise, l’équipe de France s’est de nouveau inclinée, 18-38.                                                                                       

L’ambiance autour de ce match était, tout au long de la semaine dernière, divisée entre deux extrêmes : l’enthousiasme de ceux qui espéraient une victoire et la froideur de ceux qui promettaient l’enfer à nos tricolores. Cette ambiance d’avant match s’est donc ressentie durant même le match. Avec une première période totalement ratée et 26 points de retard (5-31) à la pause, on pouvait s’attendre au pire du pire. Voire même à côtoyer les sommets de l’historique et les très lourdes défaites 61-10 lors d’un test-match à Wellington en juin 2007 ou encore le 62-13 du quart de finale de la dernière coupe du monde, en 2015 en Angleterre. Mais c’était sans compter sur un esprit de révolte qui a poussé le XV de France tout au long d’une seconde mi-temps gagné 13-7.

L’optimisme et l’espoir de la seconde période

L’équipe de France a réalisé une seconde période pleine d’entrain, d’envie et de combativité. Condition sine qua none pour ne pas perdre pied face à la meilleure équipe du monde. Mais ne nous voilons pas la face. Si l’état d’esprit tricolores à bien changé pendant la mi-temps, il faut reconnaître qu’elle a également su profiter de la baisse de régime, volontaire ou non des All-Blacks. Car l’engagement nouveau des français est entré en contradiction avec le relâchement NéoZélandais, ce qui les a poussés à commettre des fautes inhabituelles chez eux, jusqu’à se prendre un carton jaune et un essai de pénalité.

Avec un Stade de France se sentant revivre et poussant ses hommes sur chaque ballon récupéré, sur chaque initiative et geste bien inspiré, le XV français a mis à mal pendant une vingtaine de minute son adversaire du soir. Mais contrairement à eux, elle n’aura pas réussi à concrétiser ces temps forts et ses poussées, manquant d’efficacité, échouant constamment à quelques centimètres de la ligne ou en touche. Il faudra s’en remettre à deux coups de pied d’Anthony Belleau pour grappiller quelques points. Les All-Blacks finiront leur match comme ils l’ont commencé, en reprenant le dessus et allant aplatir derrière la ligne française son cinquième et dernier essai, à la sirène.

950d5[191]

Crédit photo : GettyImages

 

…En contraste du désastre de la première période.

Si l’on peut se réjouir de l’état d’esprit français dans le second acte et de tous ces motifs d’espoir quant-à des jours meilleurs, il ne faut pour autant pas oublier le premier acte. 4 essais encaissés, des fautes à répétition, les placages manqués, les turnovers, un carton jaune et une occupation du camp NéoZélandais proche du néant (26%) ont de quoi laisser le public pantois, bouche bée. Et ce n’est pas l’essai de Teddy Thomas à la 27e minute, sur la seule vraie occasion franche des bleus, qui peut servir d’arbre cachant une forêt bien trop dense. Car si le réalisme français, pour l’occasion, est malgré tout à souligner, il ne peut faire oublier tous les manquements observés, que ce soit d’ordre tactique, technique ou disciplinaire.

 Un match à deux visages, à ne pas totalement jeter.

Au final, l’apprentissage aura été rude et compliquée pour la jeune garde française alignée par Guy Novès. Mais suite à la cauchemardesque première période, il faudra retenir que cette même jeune garde, incarnée par un très bon et remuant Antoine Dupont, est parvenue à redresser le menton et à reprendre les armes en montrant ce dont elle est capable en jouant libéré et causant des problèmes à l’indestructible machine NéoZélandaise lors du second acte. Il faudra maintenant confirmer les espoirs du soir contre l’Afrique du Sud, lourd perdant 38 à 3 en Irlande ce week-end, samedi prochain. Que cela serve de point de départ vers des jours meilleurs.

fe9f5[190]

Crédit photo : GettyImages

France – Nouvelle-Zélande : 18-38

  France Nouvelle-Zélande
Essais 2

(Teddy Thomas 27′, collectif 47′)

5

(Dane Coles 9′, Waisake Naholo 22′, Ryan Crotty 36′, Sam Cane 39′, Waisake Naholo 80′

Transformations 0 5

(Beauden Barrett 10′, 24′, 38′, 41′, 81′)

Pénalités 2

(Anthony Belleau 42′, 52′)

1

(Beauden Barrett 17′)

Résultats des test-matchs du week-end :

Italie 19-10 Fidji

Écosse 44-38 Samoa

Angleterre 21-8 Argentine

PaysDeGalles 21-29 Australie

Irlande 38-3 AfriqueDuSud

À noter que les Barbarians français, emmenés par l’inusable Clermontois Aurélien Rougerie, ont battu les Maori All-Blacks 19-15, vendredi soir à Bordeaux.

Prochain match : France – Nouvelle-Zélande mardi à 18h55 à Lyon.

XV de départ : 15. Spedding (Clermont); 14. G. Lacroix (La Rochelle), 13. Chavancy (Racing 92), 12. Danty (Stade Français), 11. H. Bonneval (Toulon); 10. Trinh-Duc (Toulon), 9. Lesgourgues (Bordeaux-Bègles) – 7. Macalou (Stade Français), 8. Tauleigne (Bordeaux-Bègles), 6. Lauret (Racing 92) – 5. R. Taofifenua (Toulon), 4. Maestri (Toulouse) – 3. Hamadache (Pau), 2. Chat (Racing 92), 1. Priso (Toulouse).

Remplaçants : 16. Tolofua (Saracens), 17. Boughanmi (Stade rochelais), 18. Pointud (Stade toulousain), 19. Le Devedec (Brive), 20. Sanconnie (Brive), 21. Machenaud (Racing 92), 22. Plisson (Stade français), 23. Rattez (Stade Rochelais).

 

Anthony Demessence ; @AnthoDms



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
vel, mattis mi, risus commodo et,