Zion vers les Pelicans, et après ?

La nuit passée, la lottery a été riche en enseignements. Avec le first pick envoyé à New Orleans, les Pelicans devraient vraisemblablement choisir le phénomène Zion Williamson (voir ici) lors de la Draft le 20 juin prochain. Mais après ? à quoi pourra bien ressembler le NOLA New-Look ? Petit passage en revue des scénarios possibles (par ordre de probabilité).

L’échange : Les Pels tradent Anthony Davis pour entourer Zion

On le sait depuis des mois, Anthony Davis veut partir. Le numéro 1 de la draft 2011 est allé au clash avec ses dirigeants pour rejoindre Los Angeles avant la trade-deadline, et il ne devrait pas avoir changé d’avis. Plusieurs options s’offrent à lui et il pourrait rapporter très gros à 1 an de la fin de son contrat. New-York, Boston et surtout les Lakers sont les destinations les plus probables.

Boston est l’outsider pour ce deal, avec une intersaison déja compliquée à gérer (FA de Irving, Rozier ou encore Marcus Morris), Danny Ainge a rappelé qu’il souhaiter toujours enrôler l’ailier de la Nouvelle-Orléans et qu’il le voyait comme une des raisons qui pourraient pousser Kyrie Irving à prolonger l’aventure aux Celtics. Mais Boston devra envoyer du lourd s’ils veulent récupérer Davis et Jayson Tatum ou Jaylen Brown pourraient être concernés.

Avec leur 4e pick obtenu hier, les Lakers partent avec une longueur d’avance. Déja tout proches de le faire signer il y a quelques mois en proposant une partie importante de leur young-core (Ingram, Kuzma, Ball, Hart), Rob Pelinka a confirmé à ESPN qu’inclure maintenant ce 4e pick un peu inespéré ne lui ferait pas peur. Un deal comprenant Ingram, Ball et le 4e choix de draft n’est donc pas à exclure. La donne est sensibement la même du côté des Knicks qui veulent AD pour se consoler d’avoir manqué Williamson. Là encore, leur 3e choix pourrait servir de monnaie d’échange avec les Pels, si New Orleans est prêt à récupérer des joueurs comme Kevin Knox, Franck Ntilikina ou Mitchell Robinson dans l’opération. Des jeunes intéressants mais avec une valeur moindre que ceux des californiens. L’avantage qui pourrait faire pencher la balance en faveur de New-York serait la possibilité de choisir RJ Barret en #3 et ainsi reformer le duo ravageur de Duke.

Indice de probabilité : 85%

 

Volte-face : The Unibrow veut finalement rester et jouer avec Zion

On ne sait jamais, Anthony Davis n’est pas un joueur comme les autres et surtout, Anthony Davis voulait partir pour espérer gagner. Avec ce first pick, la donne a (un peu) changé et la chance est apparue du côté de la Louisiane. Est-ce que la volonté affichée par David Griffin de prolonger son franchise player sera suffisante pour le convaincre de rester ? Rien n’est moins sûr. Selon Shams Charania, la position du numéro 23 n’aurait pas bougé d’un iota et il serait toujours bien décidé à bouger. Malgré cela, on a bien vu en janvier et février que le Front-office des Pelicans savait tenir dur comme fer, et l’arrivée de l’ancien GM des Cavaliers pourrait changer un peu les données pour Anthony Davis.

Indice de probabilité : 12%

 

 

Apocalypse Now : la star de Duke fait un caprice et demande son trade

Ce serait bien évidemment un cataclysme. Jamais (corrigez-moi si je me trompe) on n’aurait vu ça dans la grande Ligue. Un prospect qui refuserait une franchise en étant first pick. On a bien des exemples (l’an dernier Mo Bamba aurait refusé un workout à Memphis car il refusait d’être mis en concurrence avec Marc Gasol, et avait été fianlement choisi par le Magic) mais jamais à ce niveau-là. Même si les rumeurs font état d’une certaine déception chez l’ailier de Duke qui aurait préféré les Knicks (selon Marc Spears d’ESPN), ce serait aller loin que de l’imaginer tout faire pour ne pas jouer à New-Orleans.

Synopsis du pire des scénarios (hypothétique bien sûr, je ne suis pas devin) : Zion Williamson ne veut pas jouer pour NOLA, il n’aime pas la franchise, ses coéquipiers, la ville. Il rêve de la grosse pomme, de jouer au Madison Square Garden avec Kevin Durant ou de côtoyer Lebron James. Bien évidemment, impossible pour lui de refuser la Draft, au risque de se forger une mauvaise réputation. Par contre, ce n’est pas impossible de faire comprendre au Front-office des Pels qu’il ne sera pas heureux et préfère être échangé. Dès lors, séisme sur la planète NBA, toutes les équipes tentent de monter des deals incluants, All-Stars, picks de draft, jeunes à fort potentiel, des trades à 3 voire 4 franchises se montent, Davis est inclus dans le deal pour contre-balancer les contrats, bref l‘apocalypse sur la planète NBA. Brrr, on ne préfère pas y penser.

Indice de probabilité : 3%

 

On l’a vu, la nuit aura chamboulé pas mal de choses en NBA, à commencer par les plans des Pels qui n’avaient certainement pas tablé sur un tel don du ciel. Que deviendront les Pels de Zion ? Réponse certainement très très vite.

A propos de l'auteur

Si ma fille en avait, elle se serait appelée LeBron, j'ai découvert la NBA avec Kobe et The Answer, je l'ai aimée avec TP et el Manu.

Poster un commentaire

et, in dolor mi, massa eleifend ipsum eget nec Sed fringilla