Antoine Dupont, Gaël Fickou : joyaux des Stades

Encore coéquipiers l’année dernière du côté de Toulouse, Antoine Dupont et Gaël Fickou ont chacun pris des trajectoires différentes depuis un peu moins d’un an. Leur point commun ? Depuis leur “nouveau départ”, ils rayonnent sur les terrains de Top 14. On a encore pu le voir ce week-end, où les deux joueurs ont été les joueurs clés du Stade Toulousain et du Stade Français, contribuant donc grandement au succès de leur équipe.

 

Antoine Dupont : le bout du tunnel

C’était le 3 février dernier, à la 75ème minute d’un France-Irlande pour le compte du Tournoi des 6 Nations. Antoine Dupont tente son traditionnel “crochet” pour échapper à deux joueurs irlandais, lorsque le genou lâche… Le jeune demi de mêlé sort, désemparé. Il ne le sait pas encore, mais il souffre d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit. Sa saison est terminée. Commence alors une longue phase de doute pour le numéro 9 toulousain. Pendant 8 mois, il va travailler, patienter, et même réapprendre à marcher. Il va aussi consulter un préparateur mental, qui va chercher à lui faire oublier l’appréhension qu’il a autour de son genou lors de son retour sur le terrain. Autant d’efforts qui lui font d’autant plus savourer son retour sur les terrains à l’occasion d’un match espoir entre le Racing et le Stade Toulousain cet été.

Résultat de recherche d'images pour "antoine dupont blessure"

Crédit photo : Stade Toulousain

Après quelques bouts de matchs disputés depuis le début de la saison, Antoine Dupont était donc titularisé pour la première fois ce samedi à Perpignan. Un essai refusé en début de match pour un en-avant ne sera qu’une prémice de la prestation XXL qu’il va réaliser. Dupont a retrouvé toutes ses capacités physiques, et se fond toujours aussi bien dans le collectif toulousain, en témoigne son deuxième essai du soir, où il profite d’un ballon de récupération pour filer dans l’en-but à l’issue d’une course de 40 mètres. Mieux, son troisième et dernier essai est marqué à l’issue d’un numéro de funambule le long de la ligne de touche, grâce à une feinte de corps, geste similaire à celui qui avait causé sa blessure au genou droit. L’international français peut-être rassuré. Il inscrit donc le premier triplé de sa jeune carrière, et permet presque à lui tout seul au Stade Toulousain de repartir d’Aimé-Giral avec un point de bonus offensif qui lui permet de prendre place sur le podium du Top 14 !


Gaël Fickou, adaptation rêvée

Le problème est tout autre pour Gaël Fickou. Pas de blessure, mais un changement de club pour le désormais néo-parisien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son intégration a été idyllique, peut-être aidé par la venue avec lui de Yoann Maestri en provenance de Toulouse. Le joueur aux 35 sélections en équipe de France s’est avéré à plus d’une reprise depuis le début de la saison. Un doublé face à Clermont, un autre face à Toulon et un à Pau, il est l’une des figures fortes du début de saison parisien, avec Kylan Hamdaoui, entre autres. Hier soir, il a encore éclaboussé de son talent la rencontre entre le Stade Français Paris et Montpellier. C’est tout d’abord lui qui réalise la dernière passe pour le premier essai de Waisea Nayacalevu qui permet à Paris de mener 10-0 au quart d’heure de jeu. C’est ensuite lui qui inscrira l’essai sur la sirène pour permettre aux parisiens de virer en tête à la pause (15-10). C’est enfin lui qui, alors que son équipe est dans le dur et menée 18-20 à cinq minutes de la fin, transpercera la défense montpelliéraine pour amener l’essai de Macalou. Gaël Fickou est donc impliqué sur les trois essais parisiens du soir, et aura encore réalisé une masterclass lors d’un grand match.

Résultat de recherche d'images pour "gael fickou stade français"

Crédit photo : La Croix

 

Les deux internationaux français ne cessent d’impressionner et rejoindront dans quelques jours Marcoussis, pour démarrer une course contre-la-montre qui les mènera au Japon pour la Coupe du Monde 2019. Les joyaux sont là, il ne reste plus qu’à trouver la combinaison qui sera la plus adéquate pour les faire jouer ensemble, et ainsi tenter de mener les Bleus au succès dans un an.

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

Nullam commodo fringilla Curabitur felis leo. consequat. ipsum efficitur. dictum mattis venenatis,