Rugby

Rugby : les Pumas, tel un phoenix

Après avoir enchaîné les défaites et les faibles prestations ces dernières années, les Pumas semblent être de retour en pleine lumière, comme en témoigne leur succès historique face aux All Blacks (25-15). Mario Ledesma, entraîneur depuis 2018, n’y est certainement pas pour rien.

 

La flamme est en passe de se rallumer après de longues années d’obscurité. Et ce n’est pas Pablo Matera, capitaine des Pumas, qui dira pas le contraire. L’équipe d’Amérique du Sud, habituée à jouer les cadors du rugby mondial, a enfin triomphé face à la meilleure équipe du mois de novembre lors du Rugby Championship. Un succès qui sonne comme une renaissance pour le rugby argentin. Pourtant, peu de monde aurait misé sur une victoire face à la Nouvelle-Zélande avec cette équipe en voie de reconstruction.

Mario Ledesma, après être passé par le staff australien lors de la Coupe du monde 2015, s’est donné la mission de remettre son équipe nationale sur le chemin de la réussite. Son mandat n’a pourtant pas commencé par une franche réussite, avec une élimination dès les phases de poules du Mondial 2019 au Japon. Un drop assassin de Camille Lopez lors du match d’ouverture les a contraints à quitter prématurément la compétition. L’Argentine a connu un parcours semblable à celui de l’équipe de France ces 10 dernières années, en enchaînant défaites et désillusions. Mais qu’en est-il de l’avenir ?

https://images.lindependant.fr/api/v1/images/view/5d86636ed286c2507103aaf5/large/image.jpg?v=1

Crédit photo : L’Indépendant

 

Des arguments à faire valoir

Si l’Argentine est parvenue à faire un exploit en 2020, cela n’est pas dû au hasard. Le XV des Pumas a construit une équipe solide autour d’une nouvelle génération de joueurs. Pablo Matera et Nicolás Sánchez forment la clé de voûte de l’effectif. Les deux joueurs évoluant au Stade Français apportent à cette équipe une plus-value en terme d’expérience, et contribuent à la montée en puissance du XV argentin.

Le deuxième, qui a marqué les 25 points de la victoire face aux All Blacks, prouve qu’il reste indispensable dans le XV de départ. Le numéro 10 est irréprochable face aux perches. C’est le meilleur marqueur d’Argentine avec 748 points inscrits depuis 2010. Une donnée offensive non-négligeable, quand on sait que le jeu de l’Argentine est davantage tourné vers la défense.

En effet, c’est en mettant les barbelés pendant 80 minutes qu’ils parviennent généralement à faire déjouer leurs adversaires. En témoigne le match contre les Blacks. Le capitaine Matera est devenu la hantise des attaques adverses. Toujours le premier dans les rucks, il récupère les ballons pour son équipe lorsque qu’elle est en difficulté. La « grinta » semble avoir été retrouvée, et ce tempérament de fugacité et de hargne typique des Pumas les rend inévitablement plus forts sur le terrain.

Nouvelle-Zélande / Argentine - Nouvelle-Zélande / Argentine - Télé-Loisirs

Crédit photo : Getty Image

 

Des résultats à confirmer

2020 restera une année noire pour le rugby en Argentine. L’Argentine a été fortement impactée par la Covid-19. Le rugby Championship est la seule compétition de l’année pour la sélection. On ne pouvait pas espérer que l’Albicéleste soit à ce niveau après un an de confinement qui fait suite aux rencontres de Coupe du monde au pays du Soleil levant. La tournée d’été étant annulée, les entraîneurs ont pris le temps pour reconstruire leur sélection en partant sur de nouvelles bases. En douze mois, « Super Mario » a refait de l’Argentine une nation redoutable. Le match contre les Kiwis n’est pas le seul puisque les Wallabies aussi ont été tenus en échec par l’Argentine avec deux matchs nuls, dont un en Australie ! Une dynamique à poursuivre en 2021.

Le sélectionneur argentin avait été très ému après la victoire des siens contre les All Blacks ©Media365

  • Twitter, le scandale qui fait tâche

Malgré le vent nouveau qui souffle sur le rugby argentin, l’histoire est entachée par un scandale évitable. En novembre, une source anonyme a fait remonter des entrailles du réseau social Twitter des insultes racistes prononcées par des joueurs de l’effectif argentin. Une sortie médiatique malvenue alors que le monde du sport en général se bat contre les discriminations. Les joueurs concernés ont été sanctionnés, et se sont entre-temps excusés, mais ont tout de même quelques peu sali l’image de leur sélection.

 

France 2023 : objectif numéro un

L’Argentine est une habituée des phases finales. Décevante en 2019, les joueurs auront à cœur de redorer le blason dans la plus grande compétition du rugby. Le tirage au sort effectué lundi 14 décembre à Paris a placé l’équipe dans une poule coriace. Les Ciel et Blanc retrouveront l’Angleterre pour la deuxième fois consécutive en phase préliminaires. Les Anglais partent favoris de ce groupe D.

L’enjeu pour les Argentins devrait être le match qui les opposera aux Japonais. Révélation de la Coupe du monde 2015, l’équipe nippone progresse chaque année. Le rugby s’est grandement développé dans le pays leur permettant d’avoir désormais de l’espoir face aux plus grandes nations : l’Afrique du Sud en 2015, mais aussi coup sur coup, l’Irlande et l’Écosse présentes dans leur poule en 2019.  L’émergence de stars du ballon ovale popularise le sport dans le pays. Kotaro Matsushima, arrivé en septembre dans l’effectif clermontois, a fait couler beaucoup d’encre dans le pays. L’Argentine devra tout mettre en œuvre pour réussir ce match si elle espère disputer les phases éliminatoires.

 

Le rugby mondial semble donc avoir retrouvé l’un de ses cadors. Après une période sombre, l’Albicéleste aperçoit peut-être le bout du tunnel, ce qui laisse présager un avenir prometteur. Les promesses argentines devront cependant être confirmées.

 

Crédit pour l’image de couverture : © Getty Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire