Baby Giro : le premier maillot rose pour Ropero

0
Ligue 1

Partie ce matin d’Urbino, la première étape de ce Baby Giro 2020 s’est achevée par une victoire d’Aljendro Ropero Molina. À priori dédiée à un sprinter passant bien les bosses, cette étape s’est avérée plus que surprenante. 

Un début de course mouvementé

Si le circuit tracé dans le nord de l’Italie ne semblait pas particulièrement escarpé, il n’en était pas non plus tout plat. C’est donc sur ce relief que l’échappée du jour s’est formée. Sortie à la pédale, cette échappée devint rapidement imposante. Le groupe des fuyards aura, sur cette étape, compté jusqu’à 25 unités. Dans ce groupe, quasiment toutes les formations étaient représentées. Toutefois, un groupe d’une telle ampleur n’est pas adapté à une fuite efficace. C’est donc assez naturellement que le groupe d’échappés s’est fragmenté.

Cette implosion nous a amenés à voir 5 groupes différents devant le peloton à 40 km du but. À cet instant, Visintainer de la formation Generale Store avait une dizaine de secondes d’avance sur deux groupes qui le chassaient. Un troisième groupe était également en chasse 20” plus loin. Le peloton lui n’était pas bien loin puisqu’il naviguait à peine 2′ derrière. Le coureur italien fut alors repris et la physionomie de course devint plus classique avec un peloton groupé et en chasse. Toutefois, l’échappée étant conséquente, peu d’équipes étaient décidées à mener la chasse.

Une fin de circuit musclée

crédits : twitter conti Groupama-FDJ
Montée finale

Avant de nous intéresser aux mouvements de course du final, intéressons-nous d’abord brièvement à son relief. Relativement plats, les derniers hectomètres ont amené les coureurs jusqu’à une ultime bosse pavée. Loin d’être un mont flandrien, cette montée ressemble beaucoup plus au final des Strade Bianche.

La situation de course à 40 km de l’arrivée était défavorable au peloton et elle ne se sera jamais améliorée pour celui-ci. En effet, il est particulièrement difficile de trouver des hommes pour rouler quand toutes les formations majeures ont des hommes à l’avant. C’est donc logiquement qu’on a vu le peloton se résigner. À ce moment, c’est une phase plus tactique qui s’est installée à l’avant. Lors de cette phase, on a vu un regroupement général des hommes de tête. Si bien sûr tout le monde n’a pas roulé, l’entente à l’avant fut suffisante pour mettre le peloton hors de position.

Le sprint final: Ropero le plus fort

Revenu du troisième groupe de chasse, Ropero a profité de la dernière montée pour s’extraire de l’échappée du jour. Il n’est toutefois pas sorti tout seul. En effet, il a été accompagné par Tiberi (Colpack-Ballan) et Vandenbeele, mais aussi d’un de ses coéquipiers. Une fois isolés, ces 4 hommes ont collaboré jusqu’au pied de la dernière ascension. C’est dans cet ultime kilomètre que l’Espagnol a fait la différence pour s’imposer en costaud. Le podium est complété par Vandenbeele (Lotto-Soudal U23) et Tiberi de la Colpack-Ballan.

Le maillot désormais entre les mains de la Kometa la course peut désormais se poser. Demain place à une étape plus plane entre Gradara et Riccione. 

photo en une : twitter Giro U23
Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here