Cyclisme

Biniam Girmay, une victoire pour l’histoire

Biniam Girmay

Biniam Girmay (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) est entré dans l'histoire de Gent-Wevelgem, l'Erythréen s'est imposé en devançant Christophe Laporte (Jumbo-Visma) dans les 250 derniers mètres de la classique pavée pour remporter la plus grande victoire de sa jeune carrière.

Le jeune homme de 21 ans faisait partie du groupe de quatre hommes qui s'est échappé sur le parcours plat vers l'arrivée après l'ascension finale du mythique Kemmelberg. Le quatuor a résisté à une vive poursuite de l'arrière pour disputer le sprint, Dries van Gestel (TotalEnergies) prend la troisième place devant Jasper Stuyven (Trek-Segafredo).

“C'est incroyable, incroyable. Je ne pouvais pas m'attendre à cela. Nous avons juste changé mon plan il y a quelques jours, le vendredi. Nous sommes juste venus pour un bon résultat. Cette course est incroyable. Incroyable”, a déclaré Biniam Girmay après l'arrivée à propos de son statut de premier vainqueur africain de la course.

“Je ne pense pas [que je vais rester pour le Tour des Flandres]. Je suis resté longtemps ici – trois mois. Ma femme et ma fille me manquent alors je rentre à la maison. “

Le bon coup de la course s'est formée à 24 km de l'arrivée, lorsque Girmay, Laporte, Stuyven et Van Gestel se sont détachés d'un grand groupe qui s'était formé après l'ascension finale du Kemmelberg. Avec les sprinters Arnaud Demare (Groupama-FDJ), Tim Merlier et Jasper Philipsen (tous deux Alpecin-Fenix) toujours présents dans ce groupe, il y avait une poursuite engagée, mais le quatuor de tête a roulé assez bien ensemble pour rester en tête. Le sprint pour la victoire s'annonçait serré, les quatre coureurs ayant tous une belle pointe de vitesse.

“Bien sûr, je me sens beaucoup mieux, mais il y a aussi des gars très forts avec moi, alors j'ai un peu peur. Mais je me suis senti en confiance dans les 250 derniers mètres. C'est incroyable, oui. Cela a changé beaucoup de choses à l'avenir, surtout pour tous les coureurs africains”, a déclaré Girmay.

“J'ai perdu beaucoup de places, surtout dans la première section et sur les premiers pavés. Je me sentais un peu mal à l'aise. Mais après, je me suis senti de mieux en mieux, j'ai roulé intelligemment, j'ai suivi. Puis à la fin, vous savez que tout le monde attend Van Aert, alors je l'ai joué un peu facile.”

Le déroulement de la course

Dans une course qui dépend souvent de la force du vent, les coureurs qui espéraient une course plus sélective ont été déçus de se réveiller dans des conditions calmes et douces. Pourtant, il y avait trois ascensions du Kemmelberg à affronter, ainsi que six autres montées majeures, et trois secteurs de gravier “Plugstreet”. La première moitié de la course, plate, s'est donc déroulée sans incident, les coureurs attendant le début des montées pour se lancer dans la course.

Une échappée de sept coureurs a pris la route, composée de Jelle Wallays (Lotto Soudal), Johan Jacobs (Movistar), Nikias Arndt (Team DSM), Alexander Konychev (BikeExchange-Jayco), Lars Saugstad (Uno-X), Ludovic Robeet (Bingoal-Pauwels Sauces-WB) et Lindsay De Vylder (Sport Vlaanderen-Baloise).

Leur avance a frôlé les sept minutes, mais le travail des QuickStep-AlphaVinyl et des Jumbo-Visma les a maintenus sous contrôle. Le rythme s'est accéléré dans le peloton, les équipes se disputant les positions avant la première ascension de la journée, le Scherpenberg, à 97 km de l'arrivée.

Au milieu de cette accélération, on assiste également à la première chute de la journée, plusieurs coureurs tombant dans un fossé, dont Florian Senechal (QuickStep-AlphaVinyl). L'incident a provoqué des scissions dans le peloton, avec de nombreux petits groupes qui ont dû se remettre en chasse, avec Tom Pidcock (Ineso Grenadiers), Matteo Trentin (UAE Team Emirates) et Sep Vanmarcke (Israel-PremierTech) parmi ceux qui ont été pris dans la chute.

Jumbo-Visma et Bahrain-Victorious ont gagné la bataille pour la position avant le Scherpenberg, et étaient toujours les équipes les plus en vue à la montée suivante, le Baneberg, mais ces dernières ont perdu un de leurs hommes après la montée, Kamil Gradek étant tombé dans une chute impliquant également Brent Van Moer (Lotto-Soudal).

Kasper Asgreen a mené le peloton pendant une partie de l'ascension, avant que Wout van Aert (Jumbo-Visma) ne prenne le relais au sommet. Le peloton était encore bien fourni après cette montée clé, mais il manquait Peter Sagan (TotalEnergies), qui avait été lâché.

Plutôt qu'une montée, c'est une section plate peu après le Kemmelberg, à 78 km de l'arrivée, qui a vu la première sélection dangereuse se former, lorsque Matej Mohorič (Bahrain-Victorious) a accéléré en tête du peloton, et a entraîné avec lui une quinzaine de coureurs dont Asgreen, Greg Van Avermaet (Ag2r Citroen), Biniam Girmay (Intermatche-Wanty-Gobert) et Arnaud Demare (Groupama-FDJ). Ce groupe a rattrapé l'échappée et ils ont maintenu un écart d'environ 20 secondes sur le peloton, où TotalEnergies menait la poursuite.

Van Aert et Asgreen étaient à nouveau les leaders dans dans la deuxième ascension du Kemmel, et ont emmené 13 coureurs avec eux, avec Mads Pedersen (Trek-Segafredo), Arnaud Demare et Victor Campanaerts (Lotto Soudal) particulièrement en vue. Mais comme cela s'est produit plus tôt, il y avait suffisamment de chasse organisée derrière pour les ramener, et la course était de nouveau réunie à 45 km de l'arrivée. Malgré quelques attaques de coureurs comme Van Avermaet et Tiesj Benoot (Jumbo-Visma) puis Anthony Turgis (TotalEnergies) et Jacobs, le groupe est resté soudé jusqu'à l'avant-dernière ascension du jour, le Baneberg, où Olivier Le Gac (Groupama-FDJ) et Tiej Benoot ont à nouveau tenté de s'échapper, en vain.

Il ne restait plus qu'une montée pour faire la différence, la troisième et dernière du Kemmelberg. Van Aert a commencé la montée avec quelques roues de retard par rapport à ce qu'il aurait souhaité, mais il a produit une accélération brutale pour passer en tête et atteindre le sommet avec un petit écart. Il a été rejoint par Asgreen, Mads Pedersen (TrekSegafredo), Søren Kragh Andersen (DSM), Mohoric, Dylan van Baarle (Ineos Grenadiers), et ses coéquipiers Benoot et Laporte dans la descente, dans ce qui était un groupe très fort.

Mais la présence de Van Aert et de tant de coureurs de Jumbo-Visma a semblé décourager les autres coureurs de travailler, et un autre groupe a pu les rejoindre à 27km de l'arrivée, qui comprenait les rapides Démare, Philipsen et Biniam Girmay.

Peu de temps après ce regroupement, le mouvement gagnant de la course a été fait, Laporte, Biniam Girmay, Styven et Van Gestel se sont dégagés à 24 km de l'arrivée. Van Avermaet et Rasmus Tiller (Uno-X) ont essayé de les rattraper, mais ont abandonné quand ils se sont retrouvés coincés entre les deux groupes. C'était très serré sur la ligne, car Girmay a lancé son sprint final très tôt à 250 mètres de l'arrivée – une distance énorme pour un sprint final – mais l'Erythréen a résisté à Laporte pour remporter la victoire.

Dernières publications

En haut