Cyclisme

Bora-Hansgrohe, l’ère après-Sagan réussi

Bora-Hansgrohe

Wilco Kelderman a salué la fin de son Giro d'Italia avec beaucoup d'euphémisme. “C'est agréable”, a-t-il souri. “C'était trois semaines très agréables.” Le Néerlandais venait de terminer le contre-la-montre final à Vérone, et il attendait maintenant des nouvelles de son coéquipier de Bora-Hansgrohe, Jai Hindley, dans l'épreuve de 17,4 km.

Il y a deux ans, Kelderman était le compagnon de route de Hindley chez Sunweb lorsque l'Australien défendait sans succès la maglia rosa lors de la dernière journée à Milan. À cette occasion, Kelderman avait terminé la course à la troisième place du classement général et regrettait la stratégie adoptée par l'équipe lors de l'étape cruciale du Stelvio.

Cette fois-ci, et malgré l'incident mécanique qui l'a privé de sa propre victoire au classement général à la fin de la première semaine, Kelderman a quitté le Giro avec des sentiments totalement différents. Si Hindley a fini par remporter ce Giro grâce à son attaque fulgurante au sommet du Passo di Fedaia samedi, le ton de la course de Bora-Hansgrohe a été donné une semaine plus tôt à Turin, lorsque Kelderman a déchiqueté le groupe de tête avec une démonstration impressionnante d'accélération.

“Je ne pense plus à la déception pour moi-même. Cela me donne tellement plus que de penser à moi, cet effort d'équipe. Ce n'est pas seulement Jai qui a gagné. C'est un super effort d'équipe”, a déclaré Kelderman. Hindley n'avait pas encore atteint le point de contrôle intermédiaire, mais sa confiance en son coéquipier était totale.

L'année dernière, Kelderman s'est classé cinquième au classement général du Tour de France pour sa première saison avec Bora-Hansgrohe, mais pour 2022, consciente de la domination de Tadej Pogačar en juillet, l'équipe allemande a pris la décision délibérée d'envoyer la plupart de ses meilleurs coureurs de courses par étapes au Giro, Aleksandr Vlasov étant retenu pour le Tour. Kelderman a formé un triumvirat de leaders au départ de Budapest avec Emanuel Buchmann et le nouveau venu Hindley, tandis que les grimpeurs Lennard Kämna et Ben Zwiehoff faisaient également partie de la sélection. Leur force collective s'est révélée l'égale d'Ineos, vainqueur de trois des quatre précédentes éditions.

” C'est fou. Cet hiver, nous avons fait le plan d'aller au Giro avec l'équip et vous voyez que cela fonctionne maintenant”, a déclaré Kelderman. “Pour Ralf Denk, [le manager], il était si ému et si heureux. Il a décidé de viser le classement général, c'est génial.”

Kämna, vainqueur au sommet de l'Etna lors de la quatrième étape, a largement contribué au tournant de toute la course sur le Passo Fedaia samedi. L'Allemand s'est retiré de l'échapée matinale pour produire un court mais crucial relais de rythme pour le compte de Hindley. Alors qu'il faisait monter la pression à 3 km du sommet du dernier col du Giro, la résistance de Carapaz s'est finalement effondrée. “J'ai tiré une fois très fort, tout ce que j'avais, et Carapaz a été lâché, et Jai a pu prendre beaucoup de temps”, a déclaré Kämna presque en toute objectivité lorsqu'il a atteint le sommet de la Fedaia. J'étais un peu surpris, mais d'un autre côté, j'étais super content de ça. Pour nous, c'était un scénario de rêve”.

Kämna n'était guère plus effusif après avoir terminé son contre-la-montre à Vérone, dimanche. “C'était un sentiment agréable d'être là et d'aider à faire quelque chose de bien”, a-t-il simplement déclaré. Heureusement pour les journalistes rassemblés dans l'Arena, Kelderman était beaucoup plus loquace.

“C'était fou, en fait. J'étais assez près derrière et j'ai tout entendu dans l'oreillette. J'ai vu des visages familiers dans la montée et les émotions sont sorties. C'était fou, j'avais une larme à l'œil de bonheur”, a déclaré Kelderman. “Je savais qu'il était fort, mais Carapaz avait déjà gagné le Giro et il est super fort. Donc vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu'il le lâche aussi fort dans la dernière montée. C'était magnifique, en fait.”

L'ère post-Sagan chez Bora-Hansgrohe

Lorsque Bora-Hansgrohe a fait son entrée dans le WorldTour en 2017, elle l'a fait en grande partie grâce au total de points de la nouvelle recrue Peter Sagan. Le triple champion du monde a défini les ambitions de l'équipe au cours de ces années, en glanant trois autres maillots verts sur le Tour et une victoire à Paris-Roubaix en 2018.

Bien que Bora-Hansgrohe ait déjà commencé à se concentrer sur le développement des talents allemands dans la dernière partie du mandat de Sagan, l'accent de l'équipe a changé encore plus après son départ pour TotalEnergies l'hiver dernier. Sam Bennett est revenu d'un séjour de deux ans chez QuickStep pour devenir le sprinter principal de l'équipe, mais l'équipe a aussi soigneusement réfléchi à la meilleure façon de déployer ses talents dans les courses par étapes. Malgré sa saison 2021 difficile, Hindley a offert à Bora-Hansgrohe une nouvelle dimension pendant trois semaines. La décision a été prise de se concentrer sur le Giro plutôt que sur le Tour.

” Jai avait déjà été deuxième au Giro et ce n'est pas quelque chose que l'on fait par accident “, a déclaré à BiciPro le Directeur Sportif Enrico Gasparotto – un autre nouveau venu. “Il a fait preuve d'une constance incroyable non seulement sur ce Giro mais aussi tout l'hiver, entre les courses et les préparations. Il a également été cinquième à Tirreno-Adriatico, ce qui en est la preuve. “

Kelderman, pour sa part, a vu des parallèles avec son ancienne équipe et celle de Hindley. En 2017, Kelderman faisait partie de l'équipe de soutien de Tom Dumoulin lors du Giro, même si une chute l'a forcé à abandonner prématurément. Il a regardé le reste de la course depuis chez lui, arrivant à la conclusion que la victoire finale de Dumoulin avait changé la dynamique de toute l'organisation. Kelderman a affirmé que la victoire de Hindley au Giro pourrait donner à Bora-Hansgrohe un élan similaire.

“Cela fait beaucoup”, a déclaré Kelderman. “Beaucoup. Je discutais déjà avec les directeurs sportifs. Je me souviens de 2017, quand Tom a gagné le Giro avec Sunweb, il a gagné le Giro, puis dans le Tour, ils ont eu le maillot vert, le maillot à pois et quelques victoires d'étape. J'ai été quatrième à la Vuelta, puis nous avons remporté le contre-la-montre par équipe des Championnats du monde. Je pense que tous ceux qui sont assis à la maison de Bora-Hansgrohe sont plus motivés et ont un meilleur moral. Je pense qu'il y a plus dans la poche pour cette saison”.

Une heure plus tard, lorsque Hindley a clôturé sa conférence de presse de vainqueur de course, il a laissé entendre que sa victoire au Giro n'était qu'un début. “Je pense que c'est la première fois que Bora a un coureur sur le podium d'un Grand Tour [Buchmann était quatrième du Tour 2019 – ndlr] Il faudra certainement faire attention à Bora-Hansgrohe dans les futurs Grands Tours”, a déclaré Hindley, avant de se fendre d'un sourire, “parce que nous ne sommes pas là pour mettre des chaussettes aux mille-pattes, mon pote.” 

 

Dernières publications

En haut