Cyclisme

Bora Hansgrohe : saison 2023, Effectif, Hindley, Vlasov et Objectifs

BORA HANSGROHE

Ce n'était pas une équipe entièrement nouvelle, étant donné qu'Emanuel Buchmann avait déjà terminé juste à côté du podium du Tour de France il y a trois ans, mais la décision de Bora-Hansgrohe de s'orienter plus nettement vers le classement général des Grands Tours ne pouvait guère mieux se passer qu'en 2022.

Jai Hindley et Aleksandr Vlasov étaient les recrues phares de l'ère post-Peter Sagan, et leur arrivée a marqué un net changement d'orientation. Même une série de résultats décevants au printemps – due en grande partie au fait qu'un grand nombre de coureurs étaient malades – a été accueillie avec un calme relatif par la direction, qui compte désormais Rolf Aldag.

Depuis le début de l'hiver, Bora-Hansgrohe a fait du Giro d'Italia la pièce maîtresse de sa nouvelle stratégie de classement général, et a déployé la plupart de ses meilleurs grimpeurs – à l'exception de Vlasov – sur la course, avec l'intention de porter le maglia rosa à Vérone. L'ampleur du talent de leur équipe s'est fait sentir lors de la 14ème étape, un circuit vallonné autour de Turin, où Wilco Kelderman s'est imposé avant que Hindley ne prouve qu'il avait le même niveau que le favori de la course, Richard Carapaz.

L'attaque de l'après-midi a été planifiée par un autre nouveau venu, le directeur sportif Enrico Gasparotto, et son invention tactique a été mise en avant une fois de plus dans l'avant-dernière étape de la Marmolada, où Lennard Kämna s'est retiré de l'échappée matinale pour produire une accélération qui a changé la course au nom de Hindley. L'Australien, à son tour, a saupoudré un peu de poussière d'étoile sur un Giro riche en suspense mais pauvre en émotions avec son accélération victorieuse dans les 3 derniers kilomètres.

“Nous ne sommes pas ici pour mettre des chaussettes sur des mille-pattes, mon pote”, est devenu le slogan d'Hindley sur le Giro, et il résume parfaitement l'attitude qui distingue Bora-Hansgrohe de tant d'autres équipes ayant une force de frappe similaire. Plutôt que de faire du sur-place en imposant son rythme, Bora-Hansgrohe a choisi ses moments tout au long du Giro, convaincue qu'une attaque bien placée est plus efficace qu'une démonstration de force continue

Hindley fera ses débuts sur le Tour de France 2023

Hindley

Foto Gian Mattia D'Alberto/LaPresse
29 Maggio 2022 Verona, Italia sport ciclismo Giro d'Italia 2022 – edizione 105 – tappa 21 – Gara cronometro individuale – Verona – Verona (Cronometro delle Colline Veronesi) Nella foto: HINDLEY Jai (BORA – HANSGROHE) maglia rosa, vincitore Photo Gian Mattia D'Alberto/LaPresse
May 29, 2022 Verona, Italy sport Cycling
Giro d'Italia 2022 – 105th edition – stage 21 –
Individual time trial – Verona – Verona (Cronometro delle Colline Veronesi) – In the pic: HINDLEY Jai (BORA – HANSGROHE) pink jersey, winner – Photo by Icon sport

En 2023, Bora-Hansgrohe ne sera plus une surprise, bien sûr, même si Hindley fera ses débuts sur le Tour en tant qu'outsider avec la présence de Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) et Tadej Pogacar (UAE Team Emirates). Le parcours montagneux, avec seulement 22 km de contre-la-montre, sera certainement du goût de Hindley, et bien que ses exploits au Giro n'aient pas été réalisés contre Pogacar et al, certains des chiffres qu'il a produits en Italie en 2020 et 2022 étaient comparables à ceux des meilleurs coureurs en France.

Hindley, en d'autres termes, ne doit pas être sous-estimé, même s'il reste à voir si Bora-Hansgrohe peut faire le même genre de ravages en juillet contre un peloton beaucoup plus profond que celui du Giro. Buchmann encadrera Hindley sur le Tour, et bien que le départ de Kelderman – maintenant chez Jumbo-Visma – soit une perte, Bora-Hansgrohe peut toujours compter sur des coureurs du calibre de Sergio Higuita et Max Schachmann sur un terrain accidenté.

Non pas que l'équipe ait tout misé sur le classement général en juillet, où Sam Bennett est prévu pour les sprints. En effet, comme en 2022, Bora-Hansgrohe semble prêt à envoyer une équipe de classement général d'une profondeur considérable au Giro, avec Vlasov – 4ème au classement général de la course en 2021 – en tête.

Vlasov a terminé 5e au classement général lors de ses débuts sur le Tour en 2023, bien qu'il ait contracté le COVID-19 peu avant, et il a été solide mais peu spectaculaire de Copenhague à Paris. Il a été solide mais peu spectaculaire de Copenhague à Paris, dans la lignée d'une saison inaugurale très impressionnante chez Bora, au cours de laquelle le Russe a remporté le Tour de Romandie et la Volta a la Comunitat Valenciana, et s'est classé troisième à la Flèche Wallonne et à Itzulia Pays Basque.

Les 70 km de contre-la-montre du Giro plairont certainement à Vlasov, qui est l'un des hommes les plus susceptibles de défier le favori Remco Evenepoel, tandis que Kämna et le nouveau venu Bob Jungels constituent l'épine dorsale de son équipe de soutien. Pour la deuxième année du pivot de Bora vers les Grands Tours, ils partiront des Abruzzes avec une ambition de remporter à nouveau le maillot rose.

Les autres dossiers à suivre en 2023 chez Bora Hansgrohe

  • Sam Bennett a connu un retour très frustrant chez Bora-Hansgrohe, mais deux victoires d'étape à la Vuelta a España ont confirmé qu'il reste l'un des coureurs les plus rapides du peloton. 2022 étant 2022, Bennett a quitté la course avec le COVID-19 peu après, mais il peut envisager la nouvelle campagne avec une confiance justifiée. Si Bennett peut gagner tôt et souvent en 2023, il devrait revenir sur le Tour, indépendamment de la concentration de l'équipe sur le classement général
  • Avec deux épisodes de COVID-19, la trajectoire ascendante de la carrière de Max Schachmann s'est quelque peu arrêtée en 2022, mais le double vainqueur de Paris-Nice cherchera à se remettre sur les rails cette année, en commençant par le Tour Down Under. Les courses à étapes d'une semaine et les classiques ardennaises seront à nouveau au centre de ses préoccupations, même si son instinct agressif pourrait également le mener loin au Tour des Flandres, qu'il a ajouté à son programme cette année.
  • Cian Uijtdebroeks est passé directement du peloton junior aux rangs professionnels l'année dernière, bien que Bora ait sagement tenu le Belge à l'écart des courses WorldTour pour lui permettre de se développer tranquillement. Le jeune homme de 19 ans a néanmoins souligné son potentiel en devenant le plus jeune vainqueur du Tour de l'Avenir, et il est prévu qu'il participe à un programme de course plus intense en 2023. Il ne serait pas surprenant qu'il obtienne un ou deux gros résultats en cours de route.
  • En raison de l'endofibrose artérielle, Bob Jungels a passé la majeure partie de son séjour de deux ans au sein de l'équipe AG2R dans l'ombre, mais sa victoire d'étape sur le Tour de France est venue lui rappeler ses talents. À seulement 30 ans, et avec ses problèmes physiques qui semblent maintenant derrière lui, la dextérité de Jungels fait de lui une signature judicieuse pour Bora-Hansgrohe. Le Luxembourgeois devrait viser le Tour des Flandres en avril avant de participer, aux côtés de Vlasov, à un Giro riche en contre-la-montre.

Dernières publications

En haut