Cyclisme

Cyclisme : B&B Hotels en grand danger et pourrait disparaitre

b&b hotels

L'avenir de l'équipe française B&B Hotels ProTeam sera décidé d'ici la fin du mois, Jérôme Pineau reconnaissant que son équipe est en “grand danger” mais s'accrochant à l'espoir de pouvoir sortir quelques sponsors du chapeau à la dernière minute.

En juillet dernier, Jérôme Pineau a présenté des plans ambitieux pour l'équipe française de deuxième division qu'il a créée en 2018. La ville de Paris et d'autres sponsors importants devraient contribuer au développement du “projet”, qui prévoit également la création d'une équipe féminine et d'une équipe de développement.

Cependant, bien qu'il ait semblé conclure des accords avec un certain nombre de coureurs, au premier rang desquels Mark Cavendish, dans l'idée que le Manxman vise le record de victoires d'étapes sur le Tour de France en 2023, rien ne s'est concrétisé.

La date limite initiale pour l'enregistrement des équipes pour la nouvelle saison est passée à la mi-octobre, avant qu'une présentation d'équipe prévue à Paris ne soit annulée avec un jour de préavis. Aujourd'hui, Pineau a dû demander une dérogation spéciale à l'UCI et à la DNCG (l'organisme de réglementation des équipes en France) pour prolonger la date limite du 30 novembre.

B&B Hotels proche de la disparition ?

“Si nous attendons toujours une réponse le 15 novembre, nous pouvons dire que notre avenir est menacé”, a admis Pineau au journal français L'Equipe dans une rare interview. “Nous avons pris du retard, mais je vais continuer à y croire jusqu'à la dernière minute du dernier jour. Cela pourrait être le début de quelque chose d'autre ou la fin de tout”.

Pineau est resté bouche cousue alors que l'incertitude s'intensifiait tout au long de l'automne, mais il a maintenant exposé plus en détail la situation précaire dans laquelle se trouve son équipe. Bien que l'accord avec B&B Hotels reste en place, et qu'il y ait apparemment toujours une “collaboration étroite” avec la Ville de Paris, il est apparu au cours de l'été que Paris ne prêterait que son nom et pas d'argent. Plus important encore, les liens avec de grandes entreprises telles qu'Amazon et Carrefour ne se sont pas encore concrétisés.

Blâmant “l'instabilité sociale économique”, M. Pineau a confirmé qu'il n'avait pas de nouveaux fonds en place et qu'il devait faire face à une course folle au cours des dix prochains jours. “Pour l'instant, nous sommes toujours dans l'attente. Nous avons contacté les autorités compétentes, françaises et internationales, pour les informer de notre besoin de disposer de 15 jours supplémentaires pour présenter un dossier solide. Nous avons jusqu'au 30 novembre pour présenter un dossier complet et officiel avec le budget correspondant”, a-t-il déclaré.

“Nous avons organisé des réunions en vue d'une décision finale avec cinq entreprises qui suivent notre projet. Nous attendons des réponses concrètes les 21, 27 et 28 novembre. Ce sont des pistes très sérieuses avec lesquelles j'ai eu beaucoup de contacts. Nous espérons des réponses positives afin de pouvoir mettre en place ce que nous avons prévu en juillet.”

L'avenir de l'équipe est très incertain, et il est fort possible qu'elle disparaisse complètement. En début de semaine, le coureur italien Luca Mozzato a déclaré qu'il n'était pas inquiet car, selon lui, l'équipe continuerait au moins sous sa forme actuelle. Cependant, Pineau a semblé contredire cette opinion.

S'accrochant à l'espoir pour sa configuration à trois, il a reconnu qu'il “ne pouvait pas exclure de devoir s'adapter et de travailler sur un projet réduit”, mais a indiqué que cela dépendait toujours des résultats positifs avec les nouveaux bailleurs de fonds. “Si les cinq pistes n'aboutissent à rien, nous sommes alors en grand danger et l'équipe pourrait ne pas survivre”, a-t-il déclaré.

“Le budget des partenaires déjà à bord ne serait pas suffisant pour progresser au niveau que nous espérons. Si demain je dois présenter à la DNCG et à l'UCI uniquement les contrats de B&B Hotels et de ces fidèles partenaires techniques, je ne pourrais pas présenter un plan viable pour faire une autre série au niveau ProTeam.”

Cela laisse toute la liste des coureurs actuels dans les limbes, ainsi que toute nouvelle recrue potentielle. Les coureurs sont libres de signer ailleurs après la date limite d'inscription de l'UCI à la mi-octobre, mais jusqu'à présent, “aucun n'a quitté le navire”, selon Pineau.

Pendant ce temps, Cavendish, vainqueur de 34 étapes du Tour de France et désireux de reprendre le record d'Eddy Merckx l'année prochaine, est encore moins sûr de son avenir. Pourtant, il semble être resté fidèle à Pineau. “Si je n'avais pas été en contact avec Mark et s'il ne croyait pas en notre projet, il aurait déjà signé ailleurs”, a déclaré Pineau, reconnaissant pour la première fois le contact avec Manxman.

“Il fait partie des gens qui veulent faire partie de cette équipe. Je le veux aussi, mais il sait bien qu'à ce moment-là, il n'en fait pas encore partie. Il est derrière nous et il est avec nous à chaque étape du processus. Je ne peux donc pas cacher qu'il fait partie de nos projets pour atteindre le niveau supérieur.”


Dernières publications

En haut