Cyclisme

Cyclisme : Valentin Madouas champion de France après une course dantesque

Valentin Madouas est le nouveau champion de France. Le coureur de la Groupama FDJ succède à Florian Sénéchal. Sur le terrible parcours de Cassel, le Breton devance son coéquipier Rudy Molard et Julien Bernard (Trek Segafredo).

C'est le championnat du siècle. Ce dimanche, Valentin Madouas devance Rudy Molard et Julien Bernard et devient le nouveau champion de France sur route. Le coureur de la Groupama FDJ est parti seul à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée. La formation de Marc Madiot rassure à quelques semaines du Tour de France dans une course où seulement 23 des 130 coureurs au départ sont venus à bout des 224 kilomètres à Cassel.

Madouas de prince de Bretagne à roi de France

Le routier breton parti seul à 20 kilomètres de l'arrivée était le plus fort ce dimanche. La Groupama FDJ a vite durci la course dans le premier des 15 tours du circuit. Très vite, les coéquipiers de Madouas se sont retrouvés en supériorité dans le groupe de tête (8). Avec l'aide de David Gaudu et Rudy Molard, les trois équipiers se sont isolés à 2 tours de la fin. Au bout des 4300 mètres de dénivelé, le 4×4 breton s'impose et déroche la plus belle victoire de sa carrière. Le Brestois ému à la fin de la course fait part de sa fierté au micro de France 3 :

C'était une course dantesque. Le maillot, je vais le porter toute une saison, mais c'est grâce à mes coéquipiers, mes techniciens. Le maillot, c'est un rêve pour moi. Ca fait des années que j'attend d'être champion de France, je l'ai fait en amateur, c'était magnifique. Mais, je ne pensais qu'à ce championnat depuis deux ans, depuis que j'ai vu le parcours. J'ai dit à tous mes proches de venir, que je le sentais bien. Et, gagner devant tout le monde, je n'ai pas de mot.

Troisième, Julien Bernard s'est offert une belle place aujourd'hui devant son fils qui assisté pour la première fois à des championnats de France et il a tenu à remercier son coéquipier Tony Gallopin à la fin de la course :

“Pour moi, c'est un beau jour, je suis un petit équipier toute l'année. Tony Gallopin m'a offert la 3e place, il m'a dit que je pourrais aller sur le podium dans tous les cas, un grand merci à lui. C'est un grand coureur, il a fait un grand geste.”

À lire aussi : Victoire Berteau sacrée championne de France

Un parcours dantesque

224 kilomètres, c'est la distance à parcourir lors de ce championnat de France de cyclisme sur route. Les coureurs ont réalisé les 15 tours du circuit de Cassel, avec les montées de la Porte de Dunkerque et de la Porte d'Aire, pour un total de 4 300 mètres de dénivelé positif, quasiment autant qu'une étape de montagne du Tour de France. Le départ fictif a été donné à 11h du matin du côté de Hazebrouck. Couru sur un énorme rythme, ce championnat de France laissera des traces. La chaleur (30 degrés) n'a pas non plus aidé les coureurs, seul 23 d'entre eux ont terminé la course.

Le top 10 :

1er : Valentin Madouas (Groupama-FDJ)

2e : Rudy Molard (Groupama-FDJ) à 1'49”

3e : Julien Bernard (Trek-Segafredo) à 1'57”

4e : Tony Gallopin (Trek-Segafredo) à 2'13”

5e : Nans Peters (AG2R-Citroën) à 3'29”

6e : Elie Gesbert (Arkéa-Samsic) à 4'05”

7e : Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) à 4'45”

8e : Matis Louvel (Arkéa-Samsic) à 5'12”

9e : Anthony Perez (Cofidis) à 6'19”

10e : Maxime Jarnet (Van Rysel – Roubaix Lille Métropole) à 6'21”

Gaudu rassure, Alaphilippe craque

Le coéquipier de Valentin Madouas et leader du prochain Tour de France David Gaudu a rassuré ses supporters ce dimanche. Quatrième du Tour de France l'an passé, le Breton a connu un Dauphiné très compliqué et a subi de nombreuses critiques. Lors de ces championnats de France, Gaudu était en forme et il l'a montré. Le coureur de la Groupama a su reboucher 40 secondes en 500 mètres dans la côte de la Porte d'Aire afin de revenir sur le groupe de tête et aidé son coéquipier.

Julian Alaphilippe était lui le favori aujourd'hui dans ces championnats de France. L'ancien champion du monde s'est fait piéger dès le début de la course en ne suivant pas le groupe se dégageant en tête. Victime d'un problème mécanique, le coureur de la Soudal Quick Step a dû produire un gros effort pour réintégrer le peloton. Effort fatal lorsque l'équipe AG2R Citroën a accéléré à l'avant. Le coureur de 31 ans, lâché à environ 7 tours de l'arrivée, abandonne, malade et victime de la chaleur.

Quatorzième ce dimanche, Benoit Cosnefroy a tenu à féliciter la stratégie de la Groupama FDJ à l'arrivée :

“Il n'y a aucune autre équipe en France qui est capable d'appliquer cette tactique malgré qu'elle soit lisible. J'ai fait des longs efforts et je n'ai jamais pu récupérer. C'est dommage car j'avais des bonnes jambes.”

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut