Cyclisme

Davide Rebellin, 51 ans, tué dans une collision avec un camion

Rebellin

Davide Rebellin est décédé à l'âge de 51 ans après avoir été heurté par un camion alors qu'il s'entraînait près de Vicence mercredi matin.

Selon le journal local Il Gazzettino, Rebellin a été tué sur le coup lors de l'incident, qui a eu lieu à Montebello Vicentino peu avant midi. Il Gazzettino rapporte que le conducteur ne s'est pas arrêté sur le lieu de la tragédie, bien qu'il ne soit pas clair s'il était conscient de l'impact.

La police travaille à la reconstitution de l'incident et cherche à retrouver le conducteur. Rebellin avait récemment tiré le rideau sur sa longue carrière professionnelle lors de la Veneto Classic, où il avait été fêté devant son public à l'arrivée à Bassano del Grappa le mois dernier.

Rebellin, un modèle de longévité

Originaire de San Bonifacio, près de Vérone, Rebellin est passé professionnel immédiatement après avoir représenté l'Italie aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992. Il a ensuite passé 30 ans dans le peloton, avec des victoires comme Liège-Bastogne-Liège, Flèche Wallonne, Amstel Gold Race, Tirreno-Adriatico, Paris-Nice, Clásica San Sebastián et Züri-Metzgete. Il a également porté le maglia rosa pendant cinq jours lors du Giro d'Italia 1996, où il a terminé sixième au classement général.

Rebellin est ensuite devenu le premier athlète italien à se voir retirer une médaille olympique lorsqu'il a été contrôlé positif à la CERA aux Jeux de Pékin en 2008. Il est revenu dans le peloton professionnel en 2011 et, bien que les portes du WorldTour lui soient restées fermées jusqu'à la fin de sa carrière, il a continué à courir pour des équipes telles que CCC, Meridiana-Kamen et Kuwait-Cartucho avant de mettre un terme à sa carrière de coureur avec l'équipe italienne Continental Work Service.

Rebellin a porté le maillot italien lors des premiers Championnats du Monde de Gravel UCI en octobre, et il avait signalé son intention de continuer à participer à des épreuves de Gravel après la fin de sa carrière sur route.

L'entraîneur national italien Daniele Bennati a parlé au nom de beaucoup de personnes lorsqu'il a réagi à la tragédie dans un message sur les médias sociaux mercredi après-midi : “Dites-moi que ce n'est pas vrai.”


Dernières publications

En haut