Formule 1

F1 : 5 choses à savoir avant le Grand Prix de Monaco

GP Monaco Formule 1

Le Grand Prix de F1 de Monaco est de retour ce week-end. Avant l'un des événements les plus prestigieux de l'année, voici les 5 choses à savoir avant de rendre dans la Principauté.

Leclerc peut-il mettre fin à sa poisse de Monaco ?

Parfois, les pilotes se sentent à l'aise dans un certain endroit, et pour d'autres, cela ne fonctionne pas. Mais quand il s'agit de votre course à domicile, cela devient un peu plus poignant d'une manière ou d'une autre. Charles Leclerc est le pilote national de Monaco, mais bien qu'il ait passé ses premières années à prendre le bus pour aller à l'école le long des routes utilisées pour le circuit, il n'a pas encore terminé une course à domicile.

C'est une série qui a commencé avec ses débuts chez Alfa Romeo en 2018, mais sa malchance à l'événement remonte à plus loin que cela, car il a été contraint d'abandonner après avoir démarré en pole position en Formule 2 l'année précédente, ce qui l'a amené à démarrer la course de vitesse à l'arrière et à ne pas faire beaucoup de progrès…

Avec Ferrari, il a abandonné en Q1 après une erreur de l'équipe en 2019, puis a vu la course annulée l'année suivante et la saison dernière, il a tristement décroché la pole position mais a crashé sa voiture lors de son dernier passage en Q3 et n'a pas pu prendre le départ de la course après que des dommages à la voiture aient fait surface sur son chemin vers la grille.

Comme si cela ne suffisait pas, Leclerc a souffert d'une défaillance des freins lors de la démonstration d'une des Ferrari classiques de Niki Lauda plus tôt ce mois-ci, ce qui l'a fait chuter à Rascasse. Sûrement, sûrement, sa chance va bientôt tourner…

Une lutte à trois pour la pole position

Bien qu'il ait déjà décroché quatre pole positions cette saison, Leclerc n'aura certainement pas la tâche facile ce week-end. Ferrari et Red Bull se sont échangés la voiture la plus rapide à différents endroits, et maintenant il y a une nouvelle menace.

Mercedes a finalement fait le pas en avant qu'elle menaçait depuis longtemps, avec George Russell qui s'est qualifié quatrième et a terminé troisième en Espagne, tandis que Lewis Hamilton a été le pilote le plus rapide sur toute la distance depuis la fin du deuxième tour jusqu'à ce qu'il rencontre des problèmes de fiabilité en fin de course, après avoir été ralenti par une crevaison dans le premier tour.

Non seulement ce rythme était impressionnant, mais Russell a déclaré qu'il pensait que Mercedes serait encore plus forte à Monaco, où l'absence de vitesse élevée devrait signifier que les équipes ont moins de difficultés avec le “porpoising” que sur d'autres sites. Mais c'est un domaine dans lequel Mercedes semble avoir fait de nets progrès, en débloquant beaucoup plus de rythme dans la voiture. Tout indique que trois équipes arrivent à Monaco avec l'impression qu'elles ont une chance de se battre pour la pole position.

Une séance de qualification absolument spectaculaire

Qu'ils se battent pour la pole ou qu'ils essaient de sortir de la Q1, tous les pilotes doivent avoir une confiance absolue dans leurs voitures sur le circuit serré et sinueux, où les petites marges ont tendance à faire la différence. Il n'y a guère de plus beau spectacle en Formule 1 qu'une voiture à la limite absolue de sa vitesse et de sa légèreté lors d'une séance de qualification autour de Monaco, flirtant avec les barrières à la recherche d'un millième de seconde supplémentaire.

La moindre erreur peut s'avérer désastreuse. Non seulement une erreur a tendance à se terminer dans le mur, mais une mauvaise place en qualification signifie généralement peu de chances d'avancer dans la course et peut s'avérer fatale pour les espoirs d'un pilote pendant le week-end. Aucune séance de qualification ne compte autant qu'à Monaco, et c'est fantastique à regarder.

Des voitures difficiles à dompter dans les rues

Le règlement 2022 a livré des voitures qui permettent aux pilotes de courir plus près les uns des autres que les années précédentes, mais certains aspects sont un peu plus difficiles que par le passé. L'un d'entre eux concerne les voitures à basse vitesse, car elles sont plus lourdes que leurs prédécesseurs et génèrent leur force d'appui de manière différente. Cela signifie qu'elles sont plus difficiles à manier dans les sections à basse vitesse, ce qui est essentiellement tout ce qui compose Monaco.

Après s'être habitués aux styles de conduite requis pour les nouvelles voitures sur de nombreux circuits différents jusqu'à présent, Monaco exigera une nouvelle adaptation de la part des pilotes pour obtenir le meilleur temps au tour des nouvelles voitures. Ajoutez à cela le fait que les enjoliveurs de roues introduits cette année ont légèrement réduit la visibilité des pneus avant et les pilotes auront un défi encore plus difficile à relever pour voir l'apex – généralement défini par une barrière – tout au long du tour.

Si Monaco n'a pas été assez difficile par le passé, il sera encore plus éprouvant cette année.

Un risque de pluie à Monaco

Toutes les courses ont tendance à être pimentées par le temps humide, mais à Monaco, la pluie peut transformer une course souvent processionnelle en une affaire beaucoup plus ouverte que ce qui serait possible autrement. Et devinez ce que les prévisions météorologiques annoncent pour ce week-end….

La dernière course sous la pluie remonte à 2016 et a vu Daniel Ricciardo manquer la victoire après avoir dominé la course en raison d'un arrêt au stand lent, mais les courses les plus mémorables à Monaco ont peut-être aussi été marquées par la pluie. Olivier Panis s'est imposé depuis la 14e place sur la grille de départ alors qu'il était l'une des trois seules voitures à voir l'arrivée en 1996, et Alain Prost de McLaren a tenu tête à Ayrton Senna – dans une Toleman – lors d'une course écourtée en 1984.

Il est encore tôt, bien sûr, mais il y a une menace d'au moins une averse dimanche, ainsi que plus tôt dans le week-end, qui pourrait avoir un impact sur la piste. Le temps évolue rapidement et le risque pourrait bien se dissiper d'ici le week-end des courses, mais l'incertitude fait partie du plaisir, non ?

 

Dernières publications

En haut