Formule 1

F1 : Fernando Alonso furieux contre Aston Martin

Dix-neuvième du GP de F1 d'Émilie-Romagne, neuvième au général, Fernando Alonso traverse un début de saison compliqué au volant de son Aston Martin. En conférence de presse, la légende espagnole a fait part de son grand désarroi. 

GP F1 Émilie-Romagne : Aston Martin encore distancé

Comme on pouvait s'y attendre, le week-end dernier, sur le Grand-Prix de F1 d'Émilie-Romagne, c'est le champion du monde Max Verstappen qui s'est montré le plus rapide. Le pilote de chez Red Bull a eu très chaud. Mais pour moins d'une seconde, il a su laisser Lando Norris et McLaren derrière lui sur la ligne d'arrivée. Autre fait hélas prévisible, la course d'Aston Martin. Seule maigre satisfaction, le Canadien Stroll est rentré dans les points avec sa neuvième place (2). Fernando Alonso, lui, a terminé à la dernière place, seul Alex Albon n'ayant pas terminé la course. Forcément préoccupant pour le vétéran espagnol, qui en a dit plus sur le week-end écoulé.

“Nous avons juste utilisé la course comme un test”, Fernando Alonso dépité

En conférence de presse d'après-course, Fernando Alonso est revenu sur ce Grand-Prix de Formule 1 d'Émilie-Romagne : “Notre seul espoir, pour être honnête, était juste une voiture de sécurité, ou des voitures de sécurité, des drapeaux rouges ou des choses comme ça. C'est pourquoi nous avons commencé avec le pneu rouge, au cas où quelque chose n'allait pas. Nous avions toujours les pneus jaunes et durs, les meilleurs pneus de course pour les conditions de course. Mais nous sommes partis en queue de peloton, rien ne s'est passé pendant toute la course, donc nous avons juste utilisé la course comme test.”

Avant de détailler : “C’était comme prévu. Malheureusement, dans cette course, nous espérions seulement une voiture de sécurité, un drapeau rouge ou quelque chose qui pourrait perturber un peu la course. Cela ne s'est pas produit, donc c'était un peu ennuyeux de rester derrière, toujours dans le trafic, d'essayer différentes stratégies, de multiples arrêts aux stands, tout ce genre de choses, pour obtenir des données pour l'équipe. Mais pour le pilote, vous ne pouvez pas faire grand-chose.” Autant dire que Fernando Alonso espère vivre un GP bien plus passionnant dans quelques jours à Monaco.

Nordiste pure souche, amoureux du sport avec un grand S. Pas croyant, mais pratiquant (badminton, tennis, course à pied, football...), capable de dévorer n'importe quelle épreuve de n'importe quelle discipline. L'union fait la force, la diversité sportive proposée par WeSport en est une, aussi !

Dernières publications

En haut