Cyclisme

Ineos : saison 2023, Effectif, Objectifs

Bernal

Les Ineos-Grenadiers ont toujours le plus gros budget du cyclisme, et ils ont toujours l'un des effectifs les plus profonds du peloton, mais le plus grand prix du sport leur échappe maintenant depuis trois années consécutives – la plus longue sécheresse dans l'histoire d'une équipe fondée en 2010 avec la victoire du Tour de France comme raison d'être. Et il est peu probable que la sécheresse prenne fin en 2023.

Entre 2012 et 2019, Ineos (anciennement Team Sky), a remporté sept des huit Tours avec quatre coureurs différents. Depuis le début de l'ère Tadej Pogačar en 2020, leur tableau de bord affiche deux podiums en trois éditions. Plus troublant, le talent générationnel de Pogačar n'est pas le seul obstacle qui se dresse devant eux – en juillet, au moins, Ineos a été fermement dépassé par Jumbo-Visma.

Comme ce fut le cas en 2022, la jeune équipe d'Ineos brillera encore sur tous les terrains la saison prochaine et ramassera quelques prix importants en cours de route, mais lorsque Rod Ellingworth et son équipe se sont assis pour planifier leur campagne cet hiver, une quantité non négligeable d'énergie aura sûrement été consacrée à l'élaboration d'un plan pour revenir sur leur perchoir en juillet.

Après une présentation décousue avec un quadrumvirat de dirigeants en 2021, Ineos était beaucoup plus cohérent en 2022 – grâce, peut-être, à la présence du nouveau directeur sportif Steve Cummings dans la voiture de tête de l'équipe – et la troisième place  sur le Tour de Geraint Thomas était sans doute la meilleure performance athlétique de toute sa carrière.  C'est là, cependant, que réside une grande partie du problème pour Ineos.

Lorsque Rohan Dennis a quitté Ineos pour Jumbo-Visma au début de l'année 2022, il a affirmé que sa nouvelle équipe avait surpassé son ancienne équipe en tant que la plus innovante du sport. Mais en fin de compte, la question sous-jacente est une question de coureurs et de talent autant que de prétendus gains marginaux.

Comme Tom Dumoulin l'a toujours affirmé, Sky n'a pas remporté le Tour en série simplement parce qu'elle disposait du plus gros budget et de l'équipe la plus forte : en fin de compte, elle avait besoin que son leader soit également l'homme le plus fort de la course. Au vu des résultats de cette année, Ineos a encore du chemin à parcourir sur ce plan. Pour l'instant, en tout cas, Pogačar et le vainqueur Jonas Vinegegaard semblent capables d'aller là où aucun membre de l'équipe Ineos ne peut (encore) aller.

Thomas, quant à lui, a déjà laissé entendre que le Giro d'Italia, avec son quota important de kilomètres de contre-la-montre, sera probablement son objectif en 2023. Si le Gallois reproduit ses chiffres de juillet dernier – et s'il évite la malchance qui a assailli ses précédentes expéditions au Giro – il pourrait bien être l'une des belles surprises de la saison 2023.

L'homme à suivre : Egan Bernal

Bernal

14-09-2022 Giro Della Toscana; 2022, Ineos – Grenadiers; Bernal Gomez, Arley; Pontedera; – Photo by Icon sport

Egan Bernal est donc l'homme le plus susceptible de mener la ligne d'Ineos au Tour, mais il y a naturellement peu de garanties quant à ses perspectives, alors qu'il poursuit son rétablissement après la chute dramatique qui l'a écarté de la course pendant la majeure partie de 2022. Le Colombien avait l'air d'un multiple vainqueur du Tour en devenir lorsqu'il est arrivé à Paris avec le maillot jaune en 2019, mais une blessure tenace au dos a ruiné sa défense du titre un an plus tard, au moment où Pogacar confirmait ses promesses.

La belle victoire de Bernal sur le Giro 2021 n'a fait qu'aiguiser l'appétit pour un véritable duel Pogacar-Bernal sur le Tour 2022, mais il va au contraire passer la majeure partie de l'année à se remettre de son horrible série de blessures, dont des vertèbres fracturées, une fracture du fémur droit, une fracture de la rotule droite, un traumatisme thoracique, un poumon perforé et plusieurs côtes fracturées. C'est déjà un miracle que Bernal soit de retour sur son vélo et participe à nouveau à des courses, mais de là à remporter le Tour une fois de plus, ce serait un exploit comparable au retour de Greg LeMond en 1989.

Il serait bien sûr hâtif d'écarter Bernal, un coureur dont la classe sur le vélo n'a d'égal que son caractère déterminé en dehors. Même sa volonté d'admettre si ouvertement ses vulnérabilités – “J'ai gagné le Tour à 22 ans et je ne savais pas quoi faire de ma vie”, a-t-il avoué un jour – ressemble plus à une force qu'à une faiblesse.

Mais la seule force de la personnalité ne suffira pas à Bernal. Ses chances en juillet dépendent encore de sa récupération physique, et ses premières courses de 2023 seront instructives. Ineos cherchera à le guider du mieux qu'elle peut vers le Tour, mais elle doit également examiner de près les options de secours pour juillet.

Ineos, l'un des effectifs les plus riches du peloton

L'autre vainqueur de Grand Tour dans leur liste est Tao Geoghegan Hart, mais on sent que Daní Martínez ou Pavel Sivakov sont maintenant des alternatives plus probables pour mener le Tour. Le développement rapide de Carlos Rodríguez mérite également d'être suivi, mais l'Espagnol serait en train de se préparer pour le Giro ou la Vuelta avec la nouvelle recrue Thymen Aresman.

Il reste bien sûr Tom Pidcock, qui a fait forte impression en se classant 16e au classement général de son premier Tour en 2022. Sa victoire élégante à l'Alpe d'Huez a été le point culminant, mais ses performances au cours des trois semaines sont de bon augure pour ses perspectives futures dans les Grands Tours.

S'il s'agissait de l'équipe Sky d'il y a dix ans, l'attention du jeune homme de 23 ans aurait certainement déjà été tournée vers le Tour, mais pour l'instant, Ineos semble satisfait de laisser Pidcock être Pidcock, c'est-à-dire un talent multidisciplinaire ayant la liberté de choisir ses objectifs sur le calendrier. Cet hiver encore, Pidcock participe à un programme de cyclo-cross compact mais intense, mais il n'a pas encore ébauché son programme sur route pour 2023. Il fera certainement partie de l'équipe Tour d'Ineos, mais son rôle reste à définir.

” C'est un peu à moi de déterminer ce que je veux faire sur le Tour l'année prochaine “, a déclaré Pidcock à Cyclingnews en octobre. “Un jour, je veux essayer de gagner le Tour. Si je suis assez bon l'année prochaine, je ne sais pas”.

À plus long terme, Ineos est désireux de le découvrir. Ils ont permis à des coureurs de l'expérience de Richard Carapaz et Dylan van Baarle de partir cet hiver, car ils ont confiance en des jeunes comme Pidcock, Rodríguez, Ben Tulett, Ethan Hayter et Luke Plapp. Ils pensent à juste titre qu'ils ont déjà un futur vainqueur du Tour parmi eux, mais 2023 est une autre histoire. Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi, ici et maintenant, Jim Ratcliffe est apparemment si désireux de signer Remco Evenepoel.

Les autres points à suivre en 2023 chez Ineos

  1. Le vainqueur de Paris-Roubaix, Van Baarle, est peut-être parti chez Jumbo-Visma, mais la jeune unité Classics d'Ineos sera à suivre de près en 2023. Magnus Sheffield a été un vainqueur mérité de Brabantse Pijl en 2022, tandis que Ben Turner et Jhonatan Narváez ont fait des apparitions remarquées sur les pavés. Si Pidcock reste en bonne santé, Ineos peut s'attendre à de grandes choses en avril.
  2. L'année 2022 n'a pas été facile pour Filippo Ganna, mais il a terminé son année avec un record de l'heure UCI et un nouveau record du monde en poursuite individuelle. Il reste à voir si ses dons de rouleur peuvent être appliqués plus pleinement aux Classiques ou même aux Grands Tours, mais il devrait être divertissant de le voir le découvrir. Attendez-vous à le voir à Paris-Roubaix et dans un Giro riche en contre-la-montre.
  3. Pidcock attire naturellement les regards, mais Ineos possède un autre jeune talent dextre en la personne d'Ethan Hayter, qui alterne sprint, contre-la-montre et montagne avec une facilité déconcertante. Le jeune homme de 24 ans a les armes pour gagner à peu près n'importe quel type de course cycliste, une denrée inestimable à l'époque actuelle.

 


Dernières publications

En haut