Le match du week-end : Toulouse vs Racing, malheur au vaincu !

Auteurs de débuts de saison médiocres, toulousains et franciliens se retrouvent ce dimanche (16h50) pour le compte de la troisième journée de Top 14. Si les deux équipes sont handicapées par un grand nombre de joueurs absents, elle devront gagner, afin de glaner des points qui leur permettraient de souffler au classement. 

 

Des absents qui manquent

C’est le lot de beaucoup de clubs importants du Top 14 lors des événements internationaux : de nombreux joueurs majeurs du XV partent en sélection, et délaisse provisoirement leur club pour défendre les couleurs de leur pays. Champion de France en titre, le Stade Toulousain est évidemment touché par le phénomène. Des français Antoine Dupont, Thomas Ramos, Maxime Médard ou encore Romain Ntamack au sud-africain Cheslin Kolbe (pour ne citer qu’eux), les Rouges et Noirs vont devoir composer notamment avec les jeunes du centre de formation pour combler ces absences. Cependant, il est évident que la qualité générale du groupe, que cela soit l’équipe titulaire ou le banc, s’en retrouve impactée, et que l’écart avec les plus petites équipes se réduit inévitablement.

Conséquences directes, les hommes d’Ugo Mola ont concédé deux défaites lors de leurs deux premiers déplacements, à Bordeaux (30-25) et à Lyon (22-12). Si la première sortie avait été encourageante, la deuxième l’a beaucoup moins été, et a posé plusieurs questions. L’équipe est-elle assez expérimentée ? Sûrement, vu les ex-pointures internationales présentes dans le groupe (Kaino, Holmes ou Gray), qui sont en plus combinées à la fougue de jeunes talents (Belan, Tauzin, Bonneval etc). La profondeur de banc est-elle suffisante ? Pas vraiment en revanche qualitativement parlant, même si cela est assez logique au vu de ce contexte de Coupe du monde.

 

Le Racing sur la corde raide

Du côté des Ciels et Blancs, le début de saison est tout aussi laborieux. Malgré la victoire face à Castres (23-14), le jeu n’est pas vraiment au rendez-vous, et les Franciliens ont déjà perdu à la maison, il y a deux semaines face à l’Aviron Bayonnais (17-24). Par rapport au calendrier, le bilan comptable n’est pas plus satisfaisant que celui du Stade Toulousain, même s’ils comptent plus de points que leurs homologues du sud. Alors que cinq de leurs internationaux préparent le Mondial, les Racingmen se cherchent encore, et ont provoqué l’agacement de leur directeur général, Laurent Labit, le week-end dernier : “Nous sommes content de la victoire, mais nous aurions aimé un peu plus que ça car il y avait de la place pour aller chercher un bonus offensif. Quand on voit la prestation sur les quarante premières minutes en terme de volume, d’intensité et d’efficacité, c’est positif. Mais sur la deuxième mi-temps, on n’a pas mis d’intensité. On a été de mêlée en touche, de touche en mêlée sans intensité. C’est dommage et je suis un peu agacé.” Comme les Haut-et-Garonnais, il n’y a pas encore d’urgence, mais le Racing devra rapidement prendre des points lors des prochaines semaines, s’il ne veut pas se retrouver distancer dans la course au Top 6 au sortir de la période de Coupe du Monde.

 

Le face-à-face

Le Stade Toulousain reçoit donc le Racing 92 dimanche à Ernest-Wallon. L’occasion pour les Rouges et Noirs de se relancer à domicile, après deux défaites à l’extérieur. Vainqueurs des quatre derniers duels, et des deux derniers à Toulouse, les coéquipiers de Sébastien Bezy partiront favoris de cette confrontation. S’ils retrouvent leur discipline, leur agressivité et qu’ils se montrent suffisament réalistes, il n’y a pas de raison pour que Toulouse ne lance pas véritablement sa saison ce dimanche. En revanche, s’ils ne parviennent pas à rendre une copie de meilleure facture que celle de la semaine dernière, attention à un Racing dont l’effectif n’est finalement pas si dégarni que ça, eux qui ont “réussi” à conserver des joueurs tels que Simon Zebo, Cedate Gomes Sa, Henri Chavancy, Juan Imhoff ou encore Brice Dulin pendant cette période de Mondial.

Après seulement deux matchs, difficile de connaître la vraie valeur des équipes et des effectifs qui composent notre Top 14. Cette rencontre sera une nouvelle opportunité d’avoir encore d’autres éléments de réponses sur les états de forme du Stade Toulousain et du Racing 92, dans une période déjà cruciale pour les futurs comptes de fin de saison.

 

Crédit photo de l’image en Une : actu.fr

 

Grégoire ALLAIN

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

Curabitur porta. dolor dolor. justo mattis libero dictum ipsum felis