Ça roule…

Le top 100 des meilleurs cyclistes (du 100è au 91è)

el grande lucho

Entre le Giro et le Tour de France, la rédaction cyclisme de WeSportFr a décidé de classer les 100 meilleurs cyclistes de la deuxième moitié du XXè siècle à nos jours. On commence par les 10 derniers de notre classement !

Entre le Giro et le Tour de France, la rédaction cyclisme de WeSportFr a décidé de classer les 100 meilleurs cyclistes de la deuxième moitié du XXè siècle à nos jours. On commence par les 10 derniers de notre classement !

Mais d’abord, un point méthodologique ! Nous avons été 7 à voter et à délivrer 100 points à celui qui nous considérions le meilleur et 1 point à celui qui nous paraissait le plus faible. Ce sont donc plus de 35000 points qui ont été distribués et qui ont servi à établir le classement.

Wild Card : 101è Sandy Casar

Résultat de recherche d'images pour "sandy casar"

On aurait adoré que le grand Sandy Casar figure dans notre top 100. Malheureusement il est arrivé hors délai !

100è : Oscar Camenzind

Résultat de recherche d'images pour "oscar camenzind"

On part sur des bases élevées qui soulignent le niveau général de ce classement sans demi-sel ! Oscar Camenzind a été champion du monde sur route en 1998 et a remporté deux monuments : le Tour de Lombardie la même année, et Liège-Bastogne-Liège en 2001. Une époque troublée du cyclisme que le Suisse ne traversera pas blanc-bleu : en 2004, et alors qu’il est pensionnaire de la Phonak de Tyler Hamilton, il est contrôlé positif à l’EPO. L’histoire lui a coûté sa carrière, et quelques points dans le classement !

99è : Alexander Kristoff

Résultat de recherche d'images pour "alexander kristoff"

Le Norvégien est le premier coureur en activité à apparaitre de notre série. Et la première surprise ? S’il n’est pas dans la forme de sa vie jusqu’à présent en ce début de saison, il n’en demeure pas moins qu’il a toute sa place dans ce classement. Double champion national, champion d’Europe, le coureur d’UAE-Emirates a remporté 3 étapes du Tour de France et deux monuments. On parle bien sûr de la Primavera 2014, remportée au nez et à la barbe de Fabian Cancellara et Ben Swift ; et du Ronde 2015, devant Nikki Terpstra et Greg Van Avermaet.

98è : Gerrie Knetemann

Résultat de recherche d'images pour "gerrie knetemann"

Encore un champion du Monde ! C’est en 1978 que le coureur néerlandais a décroché le maillot arc-en-ciel devant Francesco Moser et Jorgen Marcussen : sa plus grande année. Car, en plus du championnat du monde, Gerrie Knetemann a remporté Paris-Nice et trois étapes du Tour de France, le premier remporté par Bernard Hinault. De quoi se faire une place dans notre top 100 !

97è : Walter Godefroot

Résultat de recherche d'images pour "walter godefroot"

C’est le premier détenteur d’un maillot distinctif sur un Grand Tour à apparaitre dans ce classement ! En 1970, Walter Godefroot a emporté le maillot vert du classement par points du Tour de France devant l’ogre Eddy Merckx. Ce n’est pas le seul fait d’arme du Belge qui, en l’espace d’une dizaine d’années, s’est adjugé 3 des Monuments du cyclisme (Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et le Tour des Flandres).

96è : John Degenkolb

Résultat de recherche d'images pour "john degenkolb"

Pour l’Allemand, la grande année restera sans aucun doute 2015 ! Avec deux Monuments et l’étape de clôture dans le Tour d’Espagne, John Degenkolb a marqué de son empreinte cette année-là. C’est, du reste, au sein des teams Giant-Shimano et Giant-Alpecin que l’Allemand connaitra ses victoires les plus mémorables, à l’exception notable de la 9è étape du dernier Tour de France remportée à Roubaix un certain 15 juillet.

95è : André Greipel

Résultat de recherche d'images pour "andré greipel"

Le pur sprinteur. L’archétype des grosses cuisses qui gagnent partout. Avec 22 étapes glanées sur les 3 Grands Tours, André Greipel est parmi les coureurs qui auront marqué le cyclisme de la décennie 2010. Alors que lui manque-t-il pour apparaitre plus haut dans le classement ? Certainement un autre maillot distinctif que celui glané dans le Tour d’Espagne en 2009. Aujourd’hui chez Arkéa-Samsic, le sprinteur allemand ne semble néanmoins plus dans les dispositions pour en espérer un autre.

94è : Luc Leblanc

Résultat de recherche d'images pour "luc leblanc"

Il est l’avant-dernier champion du monde français. Sur les terribles pentes siciliennes, Luc Leblanc met en échec Claudio Chiapucci et devient le premier français depuis Bernard Hinault à revêtir la tunique arc-en-ciel. C’était en 1994, une année exceptionnelle pour “Lucho” qui finit 6è de la Vuelta et 4è du Tour de France. De quoi figurer dans notre classement sans trembler.

93è : Evgueni Berzin

Evgueni BERZIN.jpg

C’est l’histoire d’un beau gâchis. Evgueni Berzin est devenu, en 1994, le premier Russe à l’emporter dans un Grand Tour (le Giro), et le premier à battre sa majesté Miguel Indurain dans une telle épreuve. La même année, il s’était imposé devant Lance Armstrong dans la Doyenne Liège-Bastogne-Liège. Voici, hélas, le seul fait d’armes (avec une deuxième place dans le Giro 1995) d’un coureur surdoué mais qui, de son propre aveu, n’aimait pas assez s’entraîner.

92è : Daniel Martin

Résultat de recherche d'images pour "dan martin"

On ne sait pas très bien quoi attendre de Daniel “Dan” Martin. Si l’Irlandais a des références évidentes en classiques – il a remporté deux Monuments, et dans des courses par étape toujours suivies de près par les connaisseurs, on ne peut pas s’empêcher de se demander si le dossard en “1” de leader sur les Grands Tours lui sied.

91è : Jose Maria Jimenez

Résultat de recherche d'images pour "jose maria jimenez"

“Chaba” n’était pas un nul. Le coureur espagnol était même ce que l’on fait de plus gracile et explosif sur un vélo. Quatre fois meilleurs grimpeur du Tour d’Espagne entre 1997 et 2001, il y a remporté 9 étapes et un maillot du classement par points en 2001. Jimenez est, avec Marco Pantani, le symbole du cyclisme de la fin des années 90, devenu un sport mortel. Jose Maria Jimenez est mort à 32 ans d’une crise cardiaque dans un hôpital psychiatrique qu’il avait décidé de rejoindre pour soigner sa dépendance aux anti-dépresseurs et la cocaïne ainsi qu’une dépression carabinée. Celui qui devait être le successeur de son Général en chef Miguel Indurain n’a jamais connu la même gloire.

Demain, c’est au tour des coureurs classés entre la 90è et la 81è place de passer au laminoir de notre 100 top des meilleurs cyclistes !

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Curabitur mattis ipsum Nullam leo elit. id