Les 16 rookies à suivre pour la saison 2020

1
Ligue 1
Après une saison 2019 marquée par les révélations de Sergio Higuita, de Remco Evenepoel et de Tadej Pogacar, les écuries World Tour ont recruté pour cette nouvelle saison les meilleurs espoirs pour récupérer la perle rare. Une centaine de coureurs découvriront le World Tour. 

 

Quinn Simmons (Trek Segafredo)

Champion du monde juniors en 2019 sur l’exigeant parcours du Yorkshire, Quinn Simmons a rejoint la Trek Segafredo sans passer par la case “espoir” comme un certain Remco Evenpoel. Contrairement au Belge, le natif du Colorado semble aimer les classiques Flandriennes. Lauréat de Gand-Wevelgem juniors, Quinn est une sacrée machine à rouler de 1 mètre 85 et 72 kilos qui devrait découvrir dès son année “rookie” le Omloop Het Nieuwsblad, Kuurne-Bruxelles-Kuurne, E3 Binck Bank Classic, Gent Wevelgem et Paris-Roubaix.

 

Ethan Hayter (Team Ineos)

En attendant Thomas Pidcock, la formation Ineos va lancer dans le grand bain un coureur polyvalent : Ethan Hayter. Vainqueur de deux étapes sur le Baby Giro ainsi que le maillot par point, Hayter est rapide au sprint, bon puncheur, bon rouleur et apprécie les mauvaises conditions climatiques que l’a prouvé sa victoire d’étape sur le Tour de l’Avenir. Le champion de Grande-Bretagne sur route espoirs pourrait même avoir des envies de Flandriennes (1er de Kuurne-Bruxelles-Kuurne juniors 2016). En tout cas, Ethan fait partie des plans dans le futur de la formation Britannique.

 

Andrés Camilo Ardila (UAE Team Emirates)

UAE Team Emirates a elle aussi sa pépite colombienne avec Andrés Camilo Ardila qui a dominé le Baby Giro avec deux succès d’étape. Il a pris également la 3e place du Tour de Colombie espoirs avec deux nouveaux bouquets. Maintenant, on verra si ce grimpeur réussira à passer un cap comme un Egan Bernal ou un Miguel Angel Lopez ou va caler chez les pros à l’image d’un Carlos Betancur. Une année dans une formation continentale pro pour s’acclimater à l’Europe aurait pu être une solution.

 

Mikkel Bjerg (UAE Team Emirates)

On reste chez UAE Team Emirates avec le triple champion du monde du chrono espoirs, le Danois Mikkel Bjerg. L’ancien membre de l’équipe Hagens Berman Axeon comme un certain Jasper Philipsen, a fini 6e du Tour du Danemark l’été dernier. Bjerg sera utile dans la plaine en 2020 pour rouler en tête du peloton et devrait se distinguer dans son domaine prédiction. Chez UAE, on aurait pu citer aussi Brandon McNulty, vainqueur du Tour de Sicile.

 

Andrea Bagioli (Deceuninck Quick Step)

Après Remco en 2019, un autre grand espoir du cyclisme mondial débarque chez Deceuninck Quick Step pour 2020 : Andrea Bagioli. Le grimpeur-puncheur Italien vient de sortir deux grosses saisons chez les espoirs. En 2018, il avait remporté la Toscana Terra di Ciclismo Eroica et avait fini sur la “boîte” de Liège-Bastogne-Liège (battu par son futur équipier João Almeida sur les couleurs de la Wolfpack) et du Tour de Lombardie. Malgré ses échecs sur le Baby Giro et sur le Tour de l’Avenir, Andrea a dominé la Ronde de l’Isard et l’éxigeant Trofeo Città di San Vendemiano avant de conclure sa saison sur un superbe succès sur le Il Piccolo Lombardia. Le Bergamasque a un profil pour briller sur les Ardennaises et sur les courses Italiennes dans le futur.

 

Ilan Van Wilder (Sunweb)

3e du dernier Tour de l’Avenir, Ilan Van Wilder a crevé l’écran cet été jusqu’à signer chez Team Sunweb qui recherche sans doute le successeur de Tom Dumoulin. Le Belge est seulement âgé de 19 ans et devrait passer une première année à apprendre son métier chez les pros. Grimpeur régulier et bon rouleur, il a fini l’an dernier 3e des championnats de Belgique du chrono espoirs derrière Brent van Moer et Jasper De Plus ainsi que 7e de la Ronde de l’Isard.

 

Samuele Battistella (Team NTT)

Un autre gros espoir du cyclisme Italien arrive dans le World Tour avec Samuele Battistella en attendant Giovanni Aleotti l’an prochain. Battistella semble tailler pour les courses d’un jour comme le montrent ses succès aux championnats du monde espoirs et sur le Giro del Belvedere. En signant au sein de la Team NTT, il disputera le Tour Down Under pour première course pro. En 2020, il devrait jouer les équipiers pour des coureurs comme Michael Valgren ou Edvald Boassen Hagen.

 

Johan Jacobs (Movistar)

La Movistar n’a pas l’habitude d’aller chercher des Flandriens dans le passée. Mais cet hiver, la formation Espagnole a été charmé par le potentiel du 2e de Paris-Roubaix Espoirs et du 7e du Ronde van Vlaanderen Beloften : Johan Jacobs. Le Suisse (oui son nom faisait penser à un Belge surtout qu’il courait chez Lotto U23) écoutera avec attention les conseils d’Imanol Erviti, le seul coureur de chez Unzué à être capable de briller sur les classiques Belges.

 

Clément Champoussin (AG2r La Mondiale)

Le grimpeur de 21 ans Clément Champoussin est issu de Chambéry CF comme Romain Bardet ou Nans Peters, l’antichambre de l’AG2r La Mondiale. Très bon grimpeur, il a remporté le Tour du Frioul-Vénétie julienne et a terminé deuxième du Tour de Lombardie Espoirs, troisième de la Ronde de l’Isard et quatrième du Tour de l’Avenir. Cependant, Clément a déjà posé ses roues dans le monde pro en étant stagiaire chez AG2r La Mondiale en 2018 et en 2019. D’ailleurs, il avait impressionné en octobre dernier en finissant 9e du Tour du Piémont en aidant son leader Nans Peters. Venant du VTT, il doit encore prendre de la bouteille sur la route.

 

Kaden Groves (Mitchelton Scott)

Membre de la Mitchelton – BikeExchange et de l’excellente SEG Racing Academy, le sprinteur Australien Kaden Groves cherchera à suivre les pas de Caleb Ewan chez Mitchelton-Scott. 10e de la Brussels Cycling Classic, il a prouvé qu’il pouvait frotter avec les pros. Vainqueur de deux étapes du Triptyque des Monts et Châteaux et du Circuit des Ardennes, il a une jolie pointe de vitesse ainsi qu’une belle capacité à passer les bosses.

 

Alberto Dainese (Sunweb)

Un autre élément issu de l’excellente SEG Racing Academy, le sprinteur Italien Alberto Dainese. Le Transalpin aura la possibilité de briller dans la jeune formation Sunweb comme a pu le faire Cees Col en 2019. Son CV chez les jeunes montre des grosses capacités qui va devoir confirmer chez les “grands” avec son titre de champion d’Europe et sa victoire d’étape sur le Tour de Tchéquie.

 

Stefan Bissegger (EF Pro Cycling)

On attendra jusqu’en août pour le voir rouler sous les couleurs de l’EF Education First mais le Suisse Stefan Bissegger a déjà lever les bras chez les pros, c’était lors de la première étape du Tour de l’Ain en battant au sprint des coureurs comme Lorrenzo Manzin et Boris Vallée. Bon escaladeur, il a également gagné une étape difficile sur le Tour de l’Avenir à Privas. D’ailleurs, le natif de Weinfelden aime la pluie et a fini à la 2e place des derniers championnats du monde espoirs.

 

Matteo Jorgenson (Movistar)

Avec les départs de Mikel Landa et d’Enric Mas ainsi que la future retraite d’Alejandro Valverde, la Movistar a également jeté son dévolu sur un autre espoir : Matteo Jorgenson, un jeune Américain venant de Chambéry Cyclisme Formation. Puncheur à l’aise dans la montagne, il a fini 4e du Trofeo Edil C et de la Ronde de l’Isard en début de saison avant de distinguer par sa régularité sur le Tour de l’Avenir avec quatre Tops 10 d’étape sur des étapes vallonnées.

 

Alexys Brunel (Groupama FDJ)

Stagiaire lors des deux dernières saisons chez Groupama-FDJ, Alexys Brunel est enfin passer pro. Ce bon rouleur a remporté la saison passée Paris-Tours espoirs grâce à un effort en solitaire donc il a le secret. 5e du tour de Bretagne, il a montré que les terrains vallonnés le dérangeait pas. De plus, l’équipe Française sait très bien couver ses jeunes comme Valentin Madouas et David Gaudu.

 

Tobias Foss (Jumbo Visma)

Un Norvégien vainqueur du Tour de l’Avenir, c’était une première ! Bon grimpeur, il aura du travail en 2020 avec l’armada de leader au sein de la Jumbo Visma. On attend plus que Torjus Sleen de passer pro en 2021 pour retrouver ce duo qui a écrasé le Tour de l’Avenir. Après, je suis sceptique sur sa capacité à encore progresser.

 

Kevin Inkelaar (Bahrain McLaren)

Enfin, le seizième nom est Kevin Inkelaar. Formé chez Polartec et la Conti Groupama FDJ, le Batave est un très bon grimpeur qui s’est classé 3e du Tour de la Vallée d’Aoste et 4e du Tour d’Alsace.

 

Photo : PHOTO EPA – EPA/MAXPPP

Sport en directMercato Football

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here