Boxe

Les 30 Moments marquants de 2021 : Canelo Álvarez, unanime chez les super-moyens

Après onze mois fournis en évènements sportifs, notamment à cause du report de nombreuses compétitions qui devaient avoir lieu l’an passé, le mois de décembre conclut un cru 2021 encore riche en émotions. De la septième bague de Tom Brady au titre de champion du monde de Fabio Quartararo en Moto GP, en passant par les Jeux olympiques et paralympiques, We Sport revient sur 30 moments marquants qui ont rythmé l’année civile. Aujourd’hui, retour sur le chef d’œuvre de Canelo Álvarez, devenu le premier super-moyen à unifier les quatre ceintures de sa catégorie.

NB : les quatre fédérations majeures de boxe sont ci-après abrégées en WBA (World Boxing Association), WBC (World Boxing Council), WBO (World Boxing Organization) et IBF (International Boxing Federation).

Champion partout, surtout champion

Né en juillet 1990 à Guadalajara au Mexique, Santos Saúl Álvarez Barragán, dit Canelo Álvarez, n’est pas devenu l’un des meilleurs boxeurs du monde en 2021. Loin de là même, puisqu’il était déjà une superstar depuis de nombreuses années. Professionnel depuis 2005, celui qui a comme promoteur la légende de la boxe mexicaine Oscar De La Hoya va marcher sur son pays avant de marcher sur le monde. À tout juste vingt ans, il comptabilise déjà trente-trois victoires pour un match nul avant de se lancer dans ses premières quêtes de titres mondiaux.

Le 5 mars 2011, il remporte sa première ceinture mondiale, le championnat du monde WBC des super-welters alors laissé vacant par la légende Manny Pacquiao, en battant aux points le Britannique Matthew Hatton. Il s’empare ensuite de la ceinture WBA en battant l’Américain Austin Trout sur décision unanime des juges, puis connaît son premier faux-pas en perdant contre un certain Floyd Mayweather Jr. pour le titre mondial unifié WBA & WBC. À ce jour, c’est encore la seule défaite de Canelo Álvarez chez les professionnels, et la suite ne sera que domination. Entre 2014 et 2019, il remporte onze des douze combats auxquels il participe, son seul accroc étant un match nul face au Kazakh Gennady Golovkin en 2017. Durant ce laps de temps, le Mexicain enchaîne les ceintures, tout en montant peu à peu de catégories : champion du monde WBO des super-welters, mais aussi WBC, WBA et IBF chez les poids moyens ou encore le titre mondial WBO des mi-lourds. De quoi prouver sa valeur avant de réaliser l’une des plus grandes prouesses de sa carrière.

Fin 2020, après que la Covid-19 ait annulé presque tous les évènements sportifs et que le monde soit touché de plein fouet par la pandémie mondiale, Canelo Álvarez prépare son retour dans la catégorie des super-moyens. Le Mexicain n’a alors disputé qu’un seul combat dans cette catégorie, combat qui s’est soldé par une victoire contre le Britannique Rocky Fielding en 2018 sur TKO. Fin 2020 donc, il se dirige vers un nouveau défi avec un combat prévu contre le champion du monde WBA de la catégorie, le Britannique Callum Smith. Objectif de cet affrontement ? Unifier le titre WBA avec celui WBC, laissé vacant par l’Américain David Benavidez. Si Smith n’a jamais perdu depuis son passage chez les professionnels en 2012, le Britannique ne pourra rien face à un Canelo Álvarez un ton au-dessus, qui récupère les ceintures sur décision unanime des juges. Grâce à cette victoire, sa route vers l’unification des ceintures des super-moyens est officiellement lancée.

L’étape Billy Joe Sanders

Après avoir défendu avec brio ses ceintures fin-février 2021 face au Turc Avni Yildirim, Canelo Álvarez put reprendre sa marche en avant en allant défier un nouveau boxeur britannique : Billy Joe Saunders. À 31 ans, le natif de Welwyn Garden City arrivait invaincu : en trente combats, il s’était toujours imposé, l’emportant même à quatorze reprises avant la limite. Champion WBO des super-moyens depuis juillet 2019, ce combat contre le Mexicain représentait le plus grand défi de sa carrière. Malheureusement, le 8 mai 2021 ne sera pas une date qui marquera sa vie de boxeur dans le bon sens du terme.

Dans un AT&T Center d’Arlington, Texas, presque entièrement acquis à la cause de Canelo Álvarez, le Britannique va sombrer. Malmené par le natif de Guadalajara, il encaisse les coups et se retrouve en bien mauvaise posture à l’aube du huitième round. C’est à ce moment-là qu’Álvarez va mettre fin aux espoirs de Saunders. Pratiquant une boxe offensive pour faire craquer son opposant, il le touche directement à l’œil. Inquiet, le camp du Britannique préférera jeter l’éponge et en rester là, redoutant une potentielle fracture de la pommette du boxeur. Canelo Álvarez est désormais champion du monde de trois fédérations différentes (WBA, WBC et WBO), et il peut légitimement fanfaronner. « Je savais que le combat allait commencer au huitième round, mais ce n’était pas aussi difficile que ce à quoi je m’attendais » déclara-t-il après sa victoire. Sûr de sa force, il ne lui manque alors qu’une ceinture pour unifier tous les titres majeurs des super-moyens.

La consécration face à Caleb Plank

Pour franchir cette dernière étape, l’ultime adversaire de Canelo Álvarez se nommait Caleb Plant. Champion du monde IBF depuis sa victoire contre le Vénézuélien Jose Uzcategui en janvier 2019, l’Américain a déjà défendu avec succès son titre à trois reprises. Lui aussi invaincu avant de faire face à El Canelo, il s’apprête également à faire face au plus grand défi de sa carrière dans une MGM Grand Arena de Las Vegas gonflée à bloc. Mais, là encore, le challenger de Canelo Álvarez va déchanter.

Dès les premiers rounds du combat, le Mexicain domine outrageusement et fait ressentir sa supériorité à son adversaire. Au sommet de son art, Álvarez ne laisse pas Caleb Plant respirer, et son sacre semble de plus en plus inéluctable au fur et à mesure que les secondes s’égrainent. L’Américain résiste plus qu’il ne combat, et finira par craquer au cours de la onzième et avant-dernière reprise. D’un enchaînement crochet gauche-droite-droite, il envoie une première fois Plant au tapis, mais, même si l’arbitre le compte, il parvient à se relever. Cette résistance n’est toutefois que de courte durée, car le Mexicain réalise un nouvel enchaînement quelques instants plus tard qui renvoie le combattant originaire du Tennessee au sol. Ce dernier parvient à nouveau à se relever mais s’en est trop pour l’arbitre, qui décide d’arrêter le combat. Canelo Álvarez peut exulter, il devient le premier boxeur à unifier les quatre ceintures chez les super-moyens, n’étant que le sixième homme de l’histoire à réaliser une telle performance toutes catégories confondues. Déjà grandiose, le Mexicain est devenu légendaire le soir du 6 novembre 2021.

Désormais seul champion chez les super-moyens, Canelo Álvarez a inscrit un peu plus son nom dans la légende, lui qui est déjà considéré par certains comme Mike Tyson comme le meilleur boxeur de sa génération. Rendez-vous demain pour la suite de notre série, où nous reviendrons sur certains moments marquants des Jeux paralympiques de Tokyo.

Crédit image en une : Getty Images


Louis Rousseau

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire. Mon cœur pleure la retraite de Drew Brees et la solitude de RJ Barrett au Madison Square Garden.

Dernières publications

En haut