Ma Lettre au Père Brunel

Cher Papa Brunel,

 

J’ai aujourd’hui décidé de t’écrire cette lettre parce que je suis un enfant triste. Un enfant à la recherche de la magie que le rugby m’apporte depuis tant d’années. Mon premier souvenir de cette équipe a eu lieu un soir d’automne, j’avais alors 10 ans et ce soir là, les français se sont dressés devant le hacka des néo-zélandais. Une belle ligne bleue-blanc-rouge à un mètre des terribles All Blacks. Cher Papa Brunel si tu savais les frissons en voyant ces joueurs avec cette hargne et cette envie, des frissons que je n’ai pu ressentir ces dernières années. Je t’envoie donc ma liste de souhaits afin de me dresser les cheveux sur la tête et d’avoir la larme à l’œil.

 

Tout d’abord, je souhaite voir Antoine Dupont titulaire, chacune des ses prises de balles et de ses raffûts est un plaisir et me fait lever de mon siège.  A ses côtés, je veux voir le petit Carbonel, associé à la doublette Ntamack et Fickou. Au diable la tactique, la défense et les coups de pieds d’occupation, je veux qu’ils foutent le feu. Avec Damien “je me faufile partout” Penaud et Yoann “j’ai les mains qui glissent” Huget sur les ailes ça va aller à 10 000 à l’heure. Enfin Thomas Ramos à l’arrière afin de surveiller cette cour de récréation.

 

Je souhaite aussi que tu officialises Abdoul comme mascotte officielle, je veux le voir partout afficher la bonne humeur de l’équipe de France. Et attention, devant ça va envoyer. Bamba et Priso vont distribuer des claques à tour de bras avec Camille Chat pour dynamiter tout ça. Lambey a fait ses preuves en allant cogner ces “salauds” d’anglais dimanche alors tu le gardes avec Iturria dans la cage. Camara, Lauret, Alldritt, Babillot, Macalou ou Jordan Joseph,  en 3ème ligne je te laisse te débrouiller mais faut que ça swingue. C’est le poste le plus sexy avec des types qui passent le match à foutre la tête, qui plaquent à gogo et qui marquent des essais alors je souhaite des types mort de faim en opération commando.

Enfin, cher Père Brunel, j’aimerais des joueurs qui chantent la marseillaise à tue-tête, la main sur le cœur et la larme à l’œil. Et si ils la connaissent pas, ils peuvent chanter la pena baiona ou le lac du Connemara. Un truc sympa que tout le monde peut reprendre et qui nous donne un sentiment d’unité.

Voila ma liste de vœux père Brunel et à défaut de la voir se réaliser, j’ai pris du plaisir à imaginer cette équipe qui va sûrement finir par exister. Demain, à la coupe du monde ou après, ces jeunes joueront un jour ensemble et vont nous redonner espoir. Un espoir que nous avons perdu dimanche sur la pelouse de Twickenham. Finalement c’est uniquement cela qu’on souhaite, l’espoir de frissonner, de vibrer et d’aimer cette équipe. Alors s’il te plaît papa Brunel, si tu redonnes espoir à tous les gamins de 10 ans et plus qui à tous les matchs souhaitent pousser derrière cette équipe, ça sera toi le père Noël.

 

Clément Volt ( @vltclem )

source image d’acceuil : RugbyCleek

Poster un commentaire

felis Curabitur lectus quis, at ipsum libero