Cyclisme

Mark Cavendish : Le retour au Tour de France du “plus grand sprinter du cyclisme”.

Sur une longue route rectiligne de la province d'Alicante, Mark Cavendish est assis dans une vallée poussiéreuse, souriant avec ses coéquipiers pendant une pause dans l'entraînement de la journée parmi les collines dentelées et les orangers de l'est de l'Espagne.

Le temps est anormalement chaud et venteux pour un mois de janvier, mais le moral de Cavendish est manifestement au dessus des rafales continuelles, ainsi que des répliques flamandes de ses compagnons de course. La joie se lit sur son visage – aucun soupçon de l'horreur du cambriolage de novembre à son domicile dans l'Essex, ou des côtes cassées et du poumon affaissé lors d'une lourde chute lors d'une course sur piste le même mois.

Il est le plus petit permis ses coéquipiers de son équipe belge Quick-Step Alpha Vinyl, et il est assis en marge de la foule, mais il est le patriarche. On peut le sentir – il est le plus grand sprinter du cyclisme. En juillet dernier, Cavendish a triomphé à quatre reprises au Tour de France, égalant ainsi le record de 34 victoires d'étape d'Eddy Merckx. À 36 ans, c'est l'un des plus grands retours en force du sport.

Cavendish n'avait pas gagné d'étape du Tour depuis cinq ans. Il avait subi revers sur revers, saison après saison. Blessure, maladie et dépression se sont conjuguées pour lui faire envisager la retraite à la fin de 2020. Ce fut un retour émouvant et qui a résonné fortement chez les fans de cyclisme.

“C'était la première fois que… en tant que sportif, vous êtes dissocié d'un point de vue humain une grande partie du temps. C'est le sentiment le plus fort que j'ai ressenti dans toute ma carrière, avec les fans“, dit Cavendish. “Ils ne vous regardent pas faire quelque chose, ils le vivent avec vous. Tout ce que je peux dire, c'est que la plus grande joie que j'ai ressentie en 2021, c'est que les gens m'ont dit “merci”. Je n'avais jamais entendu cela auparavant – on me disait souvent ‘bien joué' ou ‘félicitations'. Mais on m'a dit ‘merci pour la joie et l'espoir que vous nous donnez'. C'est touchant, vous savez”.

“J'ai eu des années difficiles, mais beaucoup de gens ont eu des années pires. J'espère que je peux donner l'espoir que… si vous poussez assez fort, tout le monde peut revenir et se tenir sur la première marche ou ce que vous voulez.” ajoute t-il dans une récente interview.

Patrick Lefevere, le manager de son équipe, a déclaré que ce qui s'est passé l'été dernier était “un miracle”. Mais il savait aussi à quel point le Britannique avait été déterminé à s'entraîner tout au long de l'année. Cavendish, qui aura 37 ans en mai, doit être l'homme le plus travailleur du cyclisme. Souvent, il s'assure que tous les autres travaillent aussi dur. Il peut être fougueux lorsqu'il est frustré. “Quand il sort du bus de l'équipe, vous ne savez jamais s'il va revenir dans cinq minutes comme un taureau sauvage parce que quelque chose ne va pas avec le vélo”, sourit Tom Steels, lui-même ancien sprinter et directeur sportif de l'équipe pendant le Tour de l'année dernière. “Mais vous pouvez toujours parler avec lui et une fois que c'est réparé, c'est fini. Ce n'est jamais personnel, mais on ne sait jamais comment il peut réagir.”

Plus tard, alors que l'entraînement du jour est terminé, Cavendish est entouré de journalistes, d'athlètes et d'entraîneurs dans une grande salle qui résonne de bavardages. Il est mécontent, et tout le monde le sait. On lui demande s'il ira au Tour de France cette année. Encore une fois. C'est une autre source de frustration.

Pour certains, il pourrait sembler être un candidat idéal pour ce qui pourrait être sa dernière chance d'établir un nouveau record avec une 35e victoire. Mais ce n'est pas si simple. L'année dernière, il n'a été inclus que suite à la blessure de son coéquipier Sam Bennett. Et une fois de plus, la concurrence sera féroce. Obtenir une nouvelle chance ne sera pas une mince affaire. Mais cela n'a jamais été simple pour Cavendish. C'est ce qui a fait de lui ce qu'il est.

On pourrait décrire les sprinters comme les rock stars du cyclisme – les coureurs les plus gladiateurs et combatifs. Cavendish pourrait être Liam et Noel Gallagher à la fois ; un héros acerbe et inaccessible, doté d'une sagesse sombre et d'un esprit acéré qui vous prend au dépourvu. Son attitude intransigeante s'est toujours distinguée.

“Mark est Mark et il ne retient pas ses émotions. S'il est en colère, il le dira”, déclare Lefevere, qui est lui-même connu pour avoir taillé quelques journalistes en pièces. “Je pense qu'il a beaucoup d'émotions, et que les émotions le poussent – mais cela ne doit pas cacher son immense talent. Ne l'oubliez pas.”

Le talent de Cavendish s'est d'abord manifesté sur un BMX, en grandissant sur l'île de Man. Située dans la mer d'Irlande, entre le nord-ouest de l'Angleterre et l'Irlande du Nord, l'île de Man est le lieu où, chaque année, les motos les plus rapides du monde roulent à 200 mph entre des murs de pierres sèches. “C'est dans le sang”, dit Cavendish.

Il y a une photo d'un Cavendish de 14 ans au Tour de France de 1999 avec l'un de ses idoles, le désormais retraité David Millar. Deux ans plus tard, le jeune homme avait quitté l'école pour travailler dans une banque, dans le but de gagner suffisamment d'argent pour tenter de devenir cycliste professionnel en Europe.

C'est ce qu'il a fait. À une époque extraordinaire où les sprinters sont les plus purs, Cavendish est surnommé le “Manx Missile” car il commence à montrer tout son potentiel au sein d'un groupe de pairs composé des coureurs les plus percutants et les plus agressifs physiquement, comme ses rivaux allemands Marcel Kittel et Andre Greipel.

Et Cavendish a remporté plus de victoires d'étape sur le Tour qu'eux tous – 30 fois entre 2008 et 2016 pour HTC Highroad, Team Sky, Etixx-Quick Step et Dimension Data.

Contrairement aux sprinteurs de 100 m en athlétisme – qui savent que leur couloir est le leur – les sprinteurs cyclistes savent que chaque bataille peut se terminer par une horrible chute, comme ce fut le cas pour Cavendish lors du Tour 2017, lorsque le coude de Peter Sagan a été utilisé comme outil de blocage. Sagan a été disqualifié et Cavendish a été contraint de se retirer avec une épaule cassée, après avoir été poussé contre des barrières métalliques. L'os a guéri. Mais avec le recul, ce moment semble avoir marqué un changement dans son esprit de compétition. Ce qui a suivi a été un voyage vers les profondeurs du désespoir.

Cavendish est revenu pour le Tour 2018, mais il a manqué le chrono lors de la 11e étape et a été éliminé. Une explication sur la raison est venue un mois plus tard lorsqu'il a été diagnostiqué avec le virus Epstein-Barr, qui provoque une fièvre glandulaire. Cela l'avait rincé de l'énergie nécessaire à la compétition et à l'entraînement.

Une période de “repos total” s'ensuit, mais lorsqu'un Cavendish inhabituellement calme revient, il subit des chutes étranges. Il a d'abord fait un énorme saut périlleux en percutant un îlot de circulation lors de l'éprouvant Milan-San Remo. Puis il s'est effondré derrière la voiture du commissaire avant même le début officiel du Tour d'Abu Dhabi.

Un changement d'équipe de Dimension Data à Bahrain-McLaren en 2020 n'a pas aidé, et à la fin d'une saison affectée par le Covid, il a déclaré en larmes lors de la classique de Gand-Wevelgem en Belgique qu'il avait disputé “peut-être la dernière course de ma carrière”.

Il n'y aurait eu aucune honte à se retirer alors. Cavendish était déjà le deuxième plus grand vainqueur d'étapes de l'histoire du Tour, un vainqueur du maillot vert et champion du monde sur route en 2011, un médaillé d'argent olympique et un triple champion du monde sur piste. Mais il ne s'est pas éloigné. Et son ancien patron Lefevere l'observait.

La situation d'il y a plus d'un an, il avait l'air désespéré à la télévision”, raconte le Belge. “Je l'ai vu et je me suis dit : ‘Non, ça ne peut pas être vrai'. J'ai appelé, il est venu dans mon bureau et nous avons trouvé un accord de dernière minute ; tout s'est passé comme un train.”.

Il est juste de dire que seuls quelques-uns ont observé les premiers signes réels de son retour à son meilleur niveau. Lors d'un Tour de Turquie misérablement couvert en avril 2021 – auquel pratiquement aucun coureur ne voulait participer en raison de la recrudescence des cas de coronavirus partout dans le monde – Cavendish a remporté quatre des huit étapes. La joie et le soulagement étaient évidents, même s'il affrontait des adversaires considérés comme de second ordre sur le World Tour.

“Il était là, il a gagné sa première étape et nous avons eu un appel Facetime et il s'est mis à pleurer”, se souvient Lefevere. “C'était le meilleur moment. J'ai raccroché le téléphone et j'ai dit ‘Maintenant on va boire du Dom Pérignon', parce qu'alors j'ai compris [qu'il était de retour].” Deux mois plus tard, un autre gros rebondissement est survenu. “ Bennett a toujours été le sprinter pour nous “, poursuit Lefevere. ” Mais sa blessure est survenue en juin. Au pied levé, nous avons placé Mark sur le Tour de Belgique. Quand il est devenu évident que Bennett ne pourrait pas faire le Tour non plus, j'ai appelé Mark et il m'a dit : “Patrick, tu ne peux pas penser ce que je pense. Ma valise est prête depuis deux semaines et je suis nerveux comme un junior'. C'est là que j'ai compris qu'il ferait un grand Tour. Quand il a gagné sa première étape, je pense que c'était l'une des plus grandes émotions que j'ai vues en 20 ans dans mon équipe, avec tout le monde”.

Le retour de Cavendish a été particulièrement remarquable pour un sport d'endurance, où la forme et les chiffres de rendement physique montrent rarement un virage à la hausse avec l'âge. Les victoires, les larmes et les crises de colère – le Tour de France 2021 a tout vu de la part de Cavendish. Et les fans veulent que tout cela recommence. Mais même pendant la préparation de l'étape finale de l'année dernière à Paris, où il a manqué une 35e victoire en terminant troisième, il n'a jamais semblé trop préoccupé par le record lorsqu'on l'interrogeait à ce sujet. C'est le pur plaisir de la compétition qui l'anime.

Il est trop modeste pour essayer de comprendre pourquoi il est si populaire, tant auprès des jeunes garçons qui veulent l'imiter – “il était mon idole en grandissant, et maintenant il me taquine comme il le fait avec tous les membres de l'équipe, c'est génial de l'avoir autour de soi”, déclare Ethan Vernon, 21 ans, compagnon de chambre et sprinter britannique – qu'auprès d'une génération plus âgée de fans féminines qui ont vu Beryl Burton courir dans les années 50, toutes gravitant autour d'un sportif doté de la plus admirable des qualités : l'esprit.

“Je ne suis pas Madame Soleil, je n'ai pas de boule de cristal”, dit Lefevere. “L'année dernière, personne ne savait que Mark viendrait dans l'équipe, et encore moins qu'il participerait au Tour, ou qu'il gagnerait quatre étapes. A mon avis, les meilleurs coureurs vont toujours vers la meilleure compétition”. Steels ajoute : “C‘est un leader, avec son humour britannique. Il crée l'équipe autour de lui – mais il le fait de manière naturelle, il ne force rien. Oui, parfois il est un feu d'artifice, mais seulement 10 minutes de feu d'artifice et il se calme à nouveau. Disons 10 à 20 minutes… et puis il est là. Je pense qu'il tire beaucoup de puissance de la bataille. Pour moi, c'est le meilleur sprinter qui ait jamais existé dans le cyclisme.”

À lire aussi – Le guide du World Tour féminin 2022

Coordinateur We Sport FR - Passionné de cyclisme - #TeamPogi

Dernières publications

En haut