Cyclisme

Plus de 100 coureurs professionnels en fin de contrat et toujours sur le marché pour 2023

coureurs

Le calendrier va bientôt passer au mois de décembre, et les derniers plaisirs de l'intersaison seront bientôt remplacés par les préparatifs de 2023 – mais certains coureurs n'ont aucun plan pour la saison prochaine.

Cette année encore, une longue liste de coureurs se retrouve sans contrat et sans équipe à ce stade avancé de l'hiver. La pandémie mondiale a faussé le marché des transferts pendant deux ans et a laissé des tas de coureurs talentueux à la recherche d'une équipe. Aujourd'hui, l'instabilité économique et politique a créé une situation similaire.

Il y a 28 coureurs actuellement au niveau WorldTour qui ne sont toujours pas sûrs de leur avenir. Avec plus de 75 coureurs des ProTeams également sans contrat, il y a plus de 100 coureurs professionnels sur le marché, à un mois de l'entrée en vigueur des contrats 2023.

Mark Cavendish, où ira le sprinteur le plus titré de tous les temps ?

coureurs

Le sprinter le plus titré de tous les temps est confronté à l'incertitude quant à sa carrière et à la question essentielle de savoir s'il peut battre le record absolu de victoires d'étapes du Tour de France. Mark Cavendish est prêt à signer avec l'équipe B&B Hotels depuis l'été. Le problème est que l'avenir de l'équipe est très incertain. Une série de sponsors importants ont été évoqués, mais à ce jour, il n'y a pas d'argent pour mener à bien le projet d'expansion dont rêve le patron de l'équipe, Jérôme Pineau, et même pas assez d'argent pour être sûr de continuer.

Cavendish aurait accepté de rejoindre l'équipe mais n'a pas signé de contrat officiel. Il devrait y avoir une résolution bientôt, d'une manière ou d'une autre, Pineau ayant manqué deux dates limites pour enregistrer son équipe mais négociant une troisième, qui est le mercredi 30 novembre.

Cavendish attend patiemment, si ce n'est avec anxiété, sachant que cela représente sa meilleure chance d'obtenir un contrat de premier plan pour 2023 – peut-être le dernier de sa carrière. Ce n'est un secret pour personne que son salaire, lorsque QuickStep l'a récupéré en 2021, n'était plus que l'ombre de ce qu'il était auparavant, et après être revenu au sommet du sprint de manière si spectaculaire, il a engagé un nouvel agent ce printemps pour rétablir le déséquilibre. Si Pineau s'en sort, tout sera en place, et le coureur et l'équipe seront pratiquement assurés d'être invités au Tour. Si ce n'est pas le cas, Cavendish aura sûrement encore des options mais, en décembre, alors que de nombreuses équipes sont déjà prises en compte si ce n'est déjà complètes, il n'aura peut-être pas le dessus à la table des négociations. Certains managers du WorldTour attendent des nouvelles et sentent qu'ils peuvent faire une bonne affaire.

Cavendish n'est pas le seul coureur à attendre patiemment sur le pas de la porte du B&B. Max Richeze, le vétéran de la tête de course recruté par Cavendish, est prêt à prolonger sa carrière si l'équipe va de l'avant. L'Argentin a failli prendre sa retraite l'année dernière à la même époque, mais il a finalement obtenu une prolongation temporaire de six mois chez UAE, et il est maintenant à nouveau libre.

Cees Bol, un autre sprinter qui peut également courir les classiques, est censé se diriger vers B&B depuis l'équipe DSM, tout comme un autre meneur d'hommes, Ramon Sinkeldam, qui a brillé pour Arnaud Démare chez Groupama-FDJ cette année. Stephen Williams, qui est de retour sur les rails après ses premières saisons gâchées par des blessures, quitte Bahrain Victorious et a été associé à l'équipe, tout comme Nick Schultz, l'Australien de 28 ans qui a passé les quatre dernières saisons chez BikeExchange-Jayco.

Nairo Quintana : trouver une équipe en plein tempête

Le Colombien est un autre coureur très décoré qui n'a pas de projets précis pour 2023, après s'être séparé de son équipe Arkéa-Samsic à la suite de ses contrôles positifs au tramadol. Nairo Quintana avait accepté de prolonger son contrat avec l'équipe française de deuxième division qu'il avait rejointe en 2020, mais il n'a jamais signé le contrat final et les deux parties ont décidé de se séparer avant même que le Tribunal arbitral du sport ne confirme ses sanctions.

L'ancien vainqueur du Giro et de la Vuelta a depuis envoyé une série de messages étranges lorsqu'il a été interrogé sur son avenir par les médias de son pays natal, la Colombie. Il a déclaré presque du même souffle qu'il avait déjà une équipe pour l'année prochaine, puis qu'il “étudiait les options“.

Il a évoqué l'idée que son ancienne équipe, Movistar, était l'une de ces options, même si, en laissant de côté leur histoire compliquée, l'équipe espagnole a déjà le maximum de 30 coureurs engagés pour 2023. Du côté d'EF Education-EasyPost, Jonathan Vaughters a déclaré publiquement que l'équipe était également complète. Bahrain Victorious a également démenti ces liens. Reste-t-il quelqu'un ? Intermarché-Wanty-Gobert est encore une autre équipe dont la rumeur semble avoir été lancée au hasard, et son directeur Aike Visbeek a fait une comparaison avec Cristiano Ronaldo pour y mettre fin, preuve que c'est devenu un sujet de comédie.

Quintana a depuis insisté une fois de plus sur le fait qu'il est prêt pour l'année prochaine, mais il ne peut pas encore dire de qui il s'agit. Il a refusé une proposition plutôt publique de l'équipe colombienne Medellin-EPM, affirmant qu'il courra au plus haut niveau en 2023. Il est difficile de l'imaginer dans une équipe WorldTour à ce stade, et il faudrait que ce soit une autre ProTeam avec un accès décent aux courses WorldTour. Mais même cela semble compliqué pour un coureur qui a l'habitude d'être bien payé et qui – même si ce n'était pas, à proprement parler, un cas de dopage – a une association avec une substance interdite. Le départ de Quintana signifie également la fin de sa clique colombienne chez Arkéa, avec son frère Dayer Quintana et son coéquipier de longue date Winner Anacona également sans domicile pour 2023.

Domenico Pozzovivo, le vétéran cherche un dernier challenge

Le corps de l'Italien a été mis à rude épreuve au cours de sa carrière et il doit en être de même ces deux dernières années. Pozzovivo se trouve dans une situation déprimante, semblable à celle de l'année dernière, voulant poursuivre sa carrière mais sans beaucoup d'options pour le faire. L'hiver dernier, il a été l'un des coureurs déracinés lors de la dissolution de l'équipe Qhubeka, avec un contrat en place mais soudainement sans équipe pour laquelle courir. Ce n'est qu'en février qu'il s'est retrouvé à l'Intermarché-Wanty-Gobert.

Pozzovivo aura peut-être 40 ans demain, mais il a prouvé cette saison qu'il est toujours compétitif, avec des top 10 au Giro d'Italia – le septième de sa carrière – et au Tour de Suisse. Il a été éliminé prématurément de la Vuelta a España mais il a rebondi lors des classiques italiennes avec une 5ème place à la Coppa Agostoni, une 3ème place au Giro dell'Emilia, une 8ème place aux Tre Valli Varesine, avant qu'une autre chute ne l'élimine de la Lombardie dans ce qui fut, dit-il, l'un de ses “meilleurs jours”.

Pozzovivo aimerait prolonger avec Intermarché, et ils ont une place, mais jusqu'à présent un nouveau contrat n'a pas été conclu.

“Il y a quelques discussions avec certaines équipes, mais ma priorité reste de renouveler avec Intermarché”, a-t-il déclaré à SpazioCiclismo. “Ma principale demande est de pouvoir attaquer les grands tours et aussi les grandes classiques”.

Autres grands noms en fin de contrat

Comme Pozzovivo, Jan Bakelants n'a pas été conservé par Intermarché, l'équipe qu'il a rejoint en 2020 en tant que formation de deuxième division avant de passer les deux dernières saisons avec elle au niveau WorldTour. L'ancien vainqueur d'étape du Tour de France a réagi avec colère à son non-renouvellement, qualifiant le raisonnement de “ridicule”, de la part d'un directeur (Aike Visbeek) qu'il affirme avoir contribué à mettre en place avec un emploi. “D'une certaine manière, vous devriez garder à l'esprit : “Il a fait beaucoup pour nous et, dans l'ensemble, il ne nous a pas coûté grand-chose”, a récemment déclaré Bakelants à Het Nieuwsblad. “Avec beaucoup de gens, vous auriez de la bonne volonté pour cela, apparemment pas ici”.

Quoi qu'il en soit, le coureur de 36 ans, qui a déjà couru pour AG2R, Sunweb, QuickStep, Lotto et Radioshack, est à l'affût d'une année supplémentaire avant de mettre un terme à sa carrière. Si la liste des coureurs du WorldTour sans contrat ne contient pas tant de grands noms, celle des ProTeam de deuxième division est plus importante. Nous avons mentionné les Quintana et les Anacona, mais il n'y a pas non plus d'avenir décidé pour Julien Vermote, qui se retrouve une fois de plus sans équipe. Le Belge, qui a joué un rôle dans de nombreuses victoires au sprint pour QuickStep il y a plusieurs années, s'est entraîné seul pendant l'hiver 2020-2021 avant d'être finalement récupéré par Alpecin-Deceuninck, mais ils passent maintenant au WorldTour et ne renouvellent pas son contrat, le laissant dans la même situation désolante.

Sacha Modolo fait face à un avenir incertain et pourrait même prendre sa retraite après s'être séparé de Bardiani-CSF après une seule saison décevante. L'Italien a remporté près de 50 courses dans sa carrière, dont deux victoires d'étape au Giro d'Italia, mais n'a gagné qu'une fois depuis 2018. À 35 ans, la retraite pourrait bien se profiler à l'horizon.

Modolo

Niccolo Bonifazio a commencé sa carrière en courant aux côtés de Modolo à Lampre-Merida en 2014 et est également sur le marché. L'Italien a passé les quatre dernières années chez TotalEnergies et a remporté une étape de la Route d'Occitanie pour eux cette année, mais son départ a déjà été annoncé. Timothy Dupont est un autre Belge qui se retrouve étonnamment sans équipe. Il a maintenant 35 ans mais a remporté quelques sprints décents ces dernières années, battant cette année Olav Kooij et Elia Viviani au ZLM Tour, mais il ne fait pas partie des plans de Bingoal Pauwels Sauzen pour 2023.

Incertitude sur les équipes

Le sort incertain de B&B Hotels laisse de nombreux coureurs dans l'incertitude, et pas seulement des gens comme Cavendish. Alors que ces nouveaux visages potentiels n'ont pas encore de contrats officiels signés, il convient de souligner que 20 coureurs en ont un, avec Pierre Rolland et Luca Mozzato, qui sont toujours à bord pour 2023. Si le pire devait arriver, tous ces coureurs seraient également sur le marché.

Il y a également un certain manque de clarté chez Tudor Pro Cycling, qui laisse un certain nombre de coureurs de niveau WorldTour sans rien d'officiel en place. L'équipe est soutenue par Fabian Cancellara, elle commence comme une équipe de développement mais prévoit de concourir en tant que ProTeam de deuxième division à partir de 2023. Contrairement à B&B Hotels, il n'y a aucune allusion à des problèmes financiers et le manque de clarté semble simplement lié au fait que l'équipe n'a pas encore officiellement lancé son projet et révélé son équipe. Les noms de Sebastian Reichenbach (Groupama-FDJ), Simon Pellaud (Trek-Segafredo), Alexander Kamp (Trek-Segafredo), Matthew Holmes (Lotto Soudal) et Joel Suter (UAE Team Emirates) ont tous été fortement évoqués.

Le marché des ProTeams est déjà saturé en raison de la disparition de certaines équipes. Drone Hopper-Androni, l'équipe de longue date de Gianni Savio, qui a formé des coureurs comme Egan Bernal, est sur le point de passer au niveau continental en raison d'une pénurie de sponsors. Le budget et les plans précis n'étant pas encore en place, plusieurs des coureurs de l'équipe 2022 sont sans contrat pour l'année prochaine. De même, les sanctions actuelles contre les équipes russes signifient que les coureurs de Gazprom-RusVelo qui n'ont pas trouvé de solution à la mi-saison après l'invasion de l'Ukraine sont toujours sur le marché.

Les coureurs du WorldTour toujours sans contrat

Cofidis dit au revoir à un bon nombre de coureurs, avec quatre coureurs actuellement sur le marché qui n'ont pas reçu de prolongation de contrat. Davide Villella est le plus médiatisé d'entre eux, ayant couru 13 Grands Tours à travers des passages à Cannondale, Astana, et Movistar. Le coureur de 31 ans a rejoint Cofidis pour un an et n'a pas réussi à convaincre l'équipe de le garder.

Viella

Sander Armée a connu deux années mouvementées après un solide passage de sept ans chez Lotto Soudal, rebondissant sur Qhubeka Assos lorsque l'équipe a été sauvée à la fin de l'année 2020, puis se retrouvant chez Cofidis pour un contrat d'un an lorsque la Qhubeka a fini par disparaître. À 36 ans, il est proche de la fin, mais on comprend qu'il veuille continuer à courir. Tom Bohli a passé deux saisons dans l'équipe française, mais il ne fait pas partie de ses plans pour 2023. Le lien avec la Suisse pourrait l'associer à la nouvelle équipe Tudor, mais jusqu'à présent, rien n'a été dit à son sujet. Pendant ce temps, Kenneth Vanbilsen a passé huit ans à Cofidis mais a été jugé superflu.

Chez Astana Qazaqstan, l'avenir de Sebastian Henao est en suspens. Le Colombien – cousin de Sergio Henao – a mis sa carrière entre parenthèses cet été pour des raisons de santé et il n'y a pas eu de nouvelles de ses projets futurs, laissant sa carrière professionnelle en suspens. Le contrat de Michele Gazzoli a également été résilié cet été, mais pour des raisons de dopage après avoir été contrôlé positif au Tuaminoheptane. La suspension d'un an pour la violation “non intentionnelle” a été antidatée et Gazzoli pourra courir à partir de février, mais il devra se battre pour trouver une équipe qui l'accepte à la mi-saison, après la suspension.

Bien qu'il soit l'un des coureurs kazakhs d'Astana, Vladim Pronskiy n'a pas encore obtenu de nouveau contrat après être passé professionnel avec son équipe locale il y a trois ans. L'équipe a mis du temps à confirmer sa liste de coureurs pour 2023 – ce n'est que la semaine dernière qu'elle a annoncé le renouvellement du contrat du champion du monde kazakh des moins de 23 ans, Yevgeniy Fedorov – et elle a encore quelques places disponibles, mais elle a déjà 10 coureurs kazakhs à bord – le même nombre que l'année dernière.

Lotto Soudal est une autre équipe avec plusieurs coureurs à renouveler. Ils ont de la place sur leur liste mais ont pour priorité de trouver un directeur d'équipe, ce qui semble devoir se prolonger jusqu'en décembre. Matthew Holmes a été associé à Tudor, mais Carlos Barbero – qui n'a rejoint l'équipe qu'en mai après la disparition de Qhubeka – est dans l'embarras, tout comme le chef de file et spécialiste de la piste Roger Kluge, et Xandres Vervloesem. Deux recrutements ont été effectués la semaine dernière et il reste encore quelques places sur la liste.

Comme toujours, il y a eu une certaine confusion causée par la non-divulgation de la durée des contrats, ce qui a conduit à des rapports selon lesquels Esteban Chaves (EF Education-EasyPost) et Davide Formolo (UAE Team Emirates) étaient sur le marché, alors qu'en fait, les deux ont encore du temps sur leur contrat. Chez UAE, il en va de même pour Ryan Gibbons, Juan Sebastian Molano et Yousef Mirza, qui resteront tous en place en 2023. Oliveira Troia, qui est devenu professionnel avec l'équipe en 2017, est en route vers une autre équipe pour le moment, tandis que Joel Suter serait en route vers Tudor. Enfin, il y a une place dans le roster après que la dernière année du contrat d'Andres Camilo Ardila ait été dissoute, le Colombien devant rejoindre une équipe de deuxième division.

L'équipe Israel-Premier Tech, qui se prépare à quitter le WorldTour, a laissé partir les deux Canadiens James Piccoli et Alexander Cataford. “Cette année a été l'une des plus difficiles de ma carrière sportive et de ma vie”, a déclaré Piccoli, qui a laissé entendre qu'il aurait bientôt des nouvelles à partager.

Chez Bahrain Victorious, Ahmed Madan n'a pas encore de contrat pour 2023. Le jeune homme de 22 ans est un coureur maison de l'équipe mais n'a pratiquement pas couru pour elle. Alejandro Osorio, quant à lui, a vu son contrat résilié au printemps pour de “multiples violations” qui restent mystérieuses, et il semble prêt à poursuivre sa carrière de coureur au niveau continental en Colombie. Les autres coureurs du WorldTour qui n'ont pas de contrat pour 2023 sont Stijn Steels (QuickStep), Daniel Arroyave (EF), Anthony Julien (AG2R) et Alexander Konychev (BikeExchange-Jayco).


Dernières publications

En haut