Cyclisme

Pour qui Mark Cavendish courra-t-il en 2023 ?

Mark Cavendish

Noël arrive et nous nous rapprochons de plus en plus du début de la nouvelle saison du Tour Down Under. Les équipes et les coureurs élaborent leurs plans pour 2023 et reprennent le chemin de l'entraînement. À ce jour, Mark Cavendish est toujours sans équipe pour la prochaine saison.

La fenêtre de transfert du cyclisme professionnel se poursuit alors que les équipes complètent leur liste pour 2023, mais malheureusement, la débâcle des B&B signifie que Mark Cavendish doit confirmer si et où il courra en 2023. Le Manxman, ancien champion du monde et 34 fois vainqueur d'étapes du Tour de France, est la dernière star du peloton à ne pas avoir confirmé son avenir.

B&B Hotels-KTM : une simple utopie ?

B&B Hotels-KTM a été pratiquement confirmé comme sa destination pour 2023, mais avec l'équipe qui a échoué dans sa recherche de sponsors, il est peu probable qu'elle existe la saison prochaine. Les rumeurs d'un transfert de Cavendish vers le ProTeam français circulaient depuis l'été, et au fur et à mesure que les mois de la fenêtre des transferts d'hiver s'éternisaient, le transfert semblait de plus en plus proche.

Cependant, l'avenir de l'équipe s'est lentement effiloché au cours des deux derniers mois, alors que le patron de l'équipe, Jérôme Pineau, a mené une bataille perdue d'avance pour trouver de nouveaux sponsors afin d'augmenter son budget et d'engager Cavendish et un solide train de tête.

Avec la nouvelle de la semaine dernière selon laquelle Pineau a dit aux coureurs et au personnel de l'équipe qu'ils étaient libres de chercher des contrats ailleurs, la certitude que Cavendish s'alignerait avec l'équipe bretonne s'est maintenant évaporée. Cees Bol et Ramon Sinkeldam (qui a maintenant signé pour Alpecin-Deceuninck) étaient censés signer avec Cavendish pour former le train de tête du Manxman. Cependant, à moins que Pineau ne parvienne à conclure un accord de dernière minute avec un sponsor, ce projet semble bien mort.

Israël-Premier Tech : Cavendish en Israël, la décision la plus logique ?

Dans le cadre des tentatives désespérées de Pineau pour sauver son équipe, le Français aurait cherché à conclure un accord de fusion avec Israel-Premier Tech, qui devrait être relégué du WorldTour au niveau ProTeam l'année prochaine (ce que Pineau a démenti). L'équipe israélienne a connu de grandes difficultés en 2022, remportant deux grandes victoires au Tour de France mais n'obtenant que peu de résultats de ses recrues de renom telles que Jakob Fuglsang, Giacomo Nizzolo et Chris Froome.

Israel-Premier Tech a longtemps semblé être une destination logique pour Cavendish, même si l'équipe ne courra pas au plus haut niveau l'année prochaine. Le copropriétaire de l'équipe, le milliardaire Sylvan Adams, n'a pas peur d'investir dans des stars, même si elles sont au crépuscule de leur carrière.

L'équipe sera l'un des principaux candidats pour une place de wildcard sur le Tour de France la saison prochaine, ce qui sera sûrement gravé dans le marbre si Cavendish signe, tandis que l'équipe a également un train de tête tout prêt pour lui. Il n'y a pas encore eu de lien concret entre les deux parties, mais cette décision semble être la plus logique.

Movistar : le choix étrange

L'équipe espagnole est un choix étrange pour Cavendish, étant donné que sa liste est essentiellement orientée vers les Grands Tours et le classement général. L'équipe n'a pas souvent engagé un sprinter de haut niveau, mais Fernando Gaviria a signé après deux saisons difficiles chez UAE Team Emirates.

Ces facteurs n'ont pas empêché La Gazzetta dello Sport d'associer Cavendish à un changement de Movistar l'année prochaine, l'amitié du sprinter avec le directeur sportif Max Sciandri semblant être le point central du rapport.

Movistar n'a pas tardé à faire taire les rumeurs d'une signature de Cavendish, se rendant sur Twitter pour “rappeler gentiment à tout le monde” qu'ils avaient déjà confirmé leur équipe complète de 30 coureurs pour 2023. Ce n'est tout simplement pas le cas.

Ineos Grenadiers : un retour à la maison pour Cavendish

Un retour dans la seule équipe britannique du WorldTour ? Cavendish a passé un an dans l'équipe il y a dix ans, remportant trois victoires d'étape du Tour de France, alors que Bradley Wiggins et Chris Froome réalisaient un doublé à Paris, sûrement l'apogée du boom du cyclisme britannique moderne.

L'idée d'un retour chez Ineos semble toutefois très éloignée de la réalité. Ces dernières saisons, l'équipe s'est tournée de plus en plus vers la jeunesse, avec 15 coureurs âgés de 25 ans ou moins dans la liste de l'année prochaine. Dans ces conditions, la signature d'un coureur de 37 ans semble une option peu probable.

L'équipe emploie déjà un sprinter en la personne d'Elia Viviani, mais l'Italien n'a pas connu une grande saison. Par ailleurs, leur équipe de Grand Tour est en pleine mutation, Geraint Thomas jouant peut-être sa dernière saison et personne d'autre ne semblant prêt à défier des coureurs comme Jonas Vingegaard et Tadej Pogačar en juillet prochain.

En théorie, l'absence d'un “train Sky” et d'un vainqueur incontesté du Tour pourrait laisser la place à un sprinter. Mais cela représenterait un énorme changement de plan pour Ineos, et un retour de Cavendish serait donc très improbable. Pourtant, cela pourrait, en théorie, justifier la signature de Cavendish pour une dernière saison d'adieu.

Le reste

En dehors d'Israel-Premier Tech, il y a peu – voire aucun – autre prétendant à la signature de Cavendish en deuxième division cycliste. Lotto Dstny a déjà choisi Caleb Ewan et Arnaud De Lie, tandis que les équipes d'Espagne, d'Italie, de Belgique et d'ailleurs ne seraient pas en mesure de payer son salaire, même si elles pouvaient lui garantir une wildcard pour le Tour de France.

Parmi les équipes du WorldTour 2023, sept ont leur liste complète de 30 coureurs pour l'année prochaine, dont EF Education-EasyPost, Astana Qazaqstan et BikeExchange-Jayco, tandis que les autres ont toutes entre une et trois places à confirmer.

Certaines de ces équipes – Soudal-QuickStep, Groupama-FDJ, UAE Team Emirates, Jumbo-Visma entre autres – n'ont que très peu de sens pour un transfert de Cavendish. Quelques-unes des autres équipes sont des options un peu plus plausibles. Bahrain Victorious compte 27 coureurs confirmés pour l'année prochaine et, bien que Phil Bauhaus ait réalisé la meilleure saison de sa carrière avec deux victoires en WorldTour, il lui manque un sprinter vedette.

Cavendish a passé l'année 2020 avec l'équipe, mais avec son ancien mentor Rod Ellingworth (maintenant chez Ineos) qui n'est plus à bord, une réunion semble peu probable. Uno-X vise une place de wild card pour le Tour de France mais n'a jamais fait de démarche pour Cavendish, qui a signé avec le Norvégien Alexander Kristoff.

Il y a une dernière équipe qui pourrait être un bon candidat, cependant…

Arkéa-Samsic : Cavendish finalement en France

Enfin, nous arrivons à une autre équipe française, Arkéa-Samsic. Bien sûr, l'équipe a un sprinter de premier plan en la personne de Nacer Bouhanni, bien qu'il n'ait pas gagné de course WorldTour en quatre ans et qu'il n'ait participé qu'une seule fois au Tour de France pendant cette période.

Le départ de Nairo Quintana, le leader du classement général et la plus grande star de l'équipe, laisse un grand vide dans la liste pour 2023, et on peut penser qu'une partie de leur budget est également libéré par son départ.

L'équipe semble prête à monter en WorldTour pour la saison prochaine et offrira donc une place garantie au Tour de France, même si elle ne risque pas de manquer une wildcard dans tous les cas. Il n'y aurait pas non plus de problème à placer Cavendish dans un groupe de huit coureurs, les Warren Barguil et Clément Champoussin pouvant faire leur travail sans trop de soutien.

Avec 28 coureurs confirmés pour 2023, il reste encore deux places disponibles pour l'année prochaine, tandis que David Dekker, Hugo Hofstetter, Amaury Capiot et le Britannique Dan McLay ressemblent à un train de tête tout prêt. Il n'y a aucun lien ferme avec Cavendish, mais à première vue, un transfert à Arkéa est logique pour plusieurs raisons.


Dernières publications

En haut