Cyclisme

Pourquoi tant de coureurs sont-ils absents des championnats du monde ?

championnats du monde

Les Championnats du monde de cyclisme sur route UCI 2022 présenteront, comme toujours, les meilleurs cyclistes du monde se battant pour l'un des prix les plus prestigieux du cyclisme professionnel : le maillot arc-en-ciel. Cependant, on a le sentiment que les terrains ne sont pas ce qu'ils pourraient être.

Chez les hommes d'élite en particulier, il y a une foule de grands noms absents, pour toutes sortes de raisons. Certains, comme le favori local Caleb Ewan, n'ont tout simplement pas été sélectionnés. D'autres, comme Primož Roglič, ont été exclus pour cause de blessure.

Mais d'autres facteurs sont entrés en jeu. L'un d'entre eux est la localisation en Australie, à l'opposé de l'endroit où vivent et concourent la plupart des cyclistes professionnels. Un autre est la course de relégation controversée, avec un certain nombre d'équipes commerciales qui ne veulent pas libérer leurs coureurs dans leur pays pour les Mondiaux.

Non sélectionné

Tout d'abord, nous avons les coureurs qui voulaient courir, ont été autorisés à courir par leurs équipes professionnelles, mais ont été snobés par leurs fédérations. Caleb Ewan (Australie) est le plus grand nom à manquer, lui qui avait fait des Mondiaux un objectif majeur depuis le tout début de la saison.

Le sprinteur a reconnu que le parcours de Wollongong, avec 4000 mètres de dénivelé, était plus accidenté qu'il ne l'aurait souhaité, mais il s'est néanmoins assuré de pouvoir l'affronter et éventuellement de se battre dans un groupe réduit. Au début de la saison, il a dit combien son escalade s'était améliorée, mais il a été négligé par les sélectionneurs, qui ont placé leurs œufs dans le panier de Michael Matthews.

“Pour être honnête, je n'ai pas grand-chose à dire sur le sujet, si ce n'est que j'ai le cœur brisé de ne pas être là pour représenter mon pays et que je pense que je méritais d'y être”, a déclaré Ewan après avoir reçu la nouvelle. “De toute façon, l'histoire triste est terminée.”

L'autre absent flagrant est Dylan Teuns (Belgique). L'équipe belge est notoirement difficile à intégrer, mais l'absence du champion de la Flèche Wallonne a suscité de nombreuses interrogations en Belgique et chez Teuns lui-même. “L'entraîneur national n'a pas vraiment donné une raison valable pour laquelle je ne suis pas autorisé à partir. Il a juste dit que je n'étais pas là“, a révélé Teuns. “J'ai demandé pourquoi, et puis il a été dit que c'est un peu à cause des besoins des dirigeants, quelque chose comme ça. Apparemment, je ne pouvais pas répondre à ce besoin. “

La Belgique aborde les championnats du monde avec deux leaders, Wout van Aert et Remco Evenepoel, dont l'échec à s'aligner l'année dernière a provoqué une controverse dans le camp belge. Le sélectionneur Sven Vanthourenhout a peut-être opté pour de purs chevaux de travail au lieu d'un cavalier qui pourrait être considéré comme une valeur sûre en soi, mais l'inclusion surprise de Stan Dewulf au détriment d'un cavalier de la classe de Teuns reste un choc.

Non autorisé

Il y a aussi un lot de coureurs qui auraient voulu aller aux Mondiaux, et qui auraient été sélectionnés, mais qui ont été bloqués par leurs équipes commerciales. Tout cela tourne autour de la bataille de la relégation et de la lutte de plus en plus désespérée pour les points de classement de l'UCI. 20 équipes se disputent 18 places dans le WorldTour à partir de 2023, avec deux équipes de premier plan qui seront “reléguées” en fonction du nombre de points obtenus au cours des trois dernières saisons.

Le vainqueur des championnats du monde, de manière quelque peu incongrue, gagne une somme importante de points pour son équipe commerciale, mais autrement, de nombreux coureurs seraient confrontés à une perturbation massive de leur calendrier de fin de saison à un moment où leurs équipes en ont désespérément besoin.

La situation est suffisamment grave pour qu'Alejandro Valverde, le champion du monde 2018 et l'un des coureurs les plus décorés du peloton, se voit refuser des Mondiaux d'adieu dans la dernière saison de sa longue carrière. C'est parce que Movistar a été entraîné dans le danger après une saison terrible. Ils ont bien échappé à la chute lors de la récente Vuelta a España, où Enric Mas était deuxième au classement général et Valverde 13e, mais la décision était déjà prise.

L'homme de 42 ans devait servir l'équipe qu'il représente depuis 18 saisons, au détriment d'un dernier salut aux Mondiaux – un événement qui a marqué sa carrière, avec six podiums avant qu'il ne décroche enfin le maillot arc-en-ciel à Innsbruck. Le coéquipier de Valverde, Alex Aranburu, se trouve dans une situation similaire. Il a remporté le récent Tour du Limousin, mais Movistar ne l'a pas retenu pour un certain nombre de courses d'un jour en fin de saison, ce qui lui a permis de se familiariser avec les arts sombres de la course aux points.

Les deux hommes ne sont pas les seuls absents pour l'Espagne, dont le sélectionneur Pascual Momparler a vécu un cauchemar et a exprimé à plusieurs reprises ses frustrations. Cofidis est également dans la course à la relégation, ce qui signifie pas de Jesús Herrada ni de Ion Izaguirre.

Lotto Soudal, qui est actuellement dans la zone de relégation, était prêt à laisser Ewan courir mais pas Arnaud De Lie, leur principal soutien financier cette année et la principale raison pour laquelle ils sont près d'échapper à la relégation. De même, le Belge Victor Campenaerts, qui a joué un rôle clé l'an dernier, a été retenu pour participer à une série de courses d'un jour qui récompensent le cumul des premières places.

Chez EF Education-EasyPost, Rigoberto Urán et Esteban Chaves sont absents de l'équipe colombienne, tandis que Teuns a insisté sur le fait que tous les coureurs d'Israel-Premier Tech étaient libres de participer aux championnats du monde, bien que cette équipe semble condamnée de toute façon.

Le blocage des coureurs pourrait ne pas provenir uniquement des équipes du haut du tableau. Il est intéressant de noter que Momparler a suggéré qu'Ineos Grenadiers n'était pas disposé à libérer ses coureurs alors qu'ils cherchent à dépasser Jumbo-Visma pour prendre la tête du classement des équipes en 2022.

Le champion national Carlos Rodríguez, qui vient de terminer 7e à la Vuelta, ne fait pas partie de l'équipe espagnole, ni les autres Espagnols d'Ineos : Omar Fraile et Jonathan Castroviejo. De même, alors qu'Ethan Hayter mène la Grande-Bretagne et que Tom Pidcock s'est retiré pour cause de fatigue mentale, il est intéressant de noter les absences d'Adam Yates, Geraint Thomas et Tao Geoghegan Hart, ainsi que du Colombien en forme Daniel Martínez.

Pas une priorité

Pour d'autres, il y avait le feu vert du club et du pays, mais ils ont eux-mêmes choisi de ne pas courir. Mads Pedersen (Danemark) est un absent flagrant, ayant remporté le titre mondial en 2019 et ayant gagné trois étapes et le classement par points à la Vuelta. Sa vitesse en montée y était remarquable, et il semblait certainement avoir la forme pour potentiellement survivre aux montées de Wollongong et sprinter depuis un groupe réduit si l'occasion se présentait.

La déception est encore plus grande au Danemark, puisque le vainqueur du Tour de France Jonas Vingegaard ne représentera pas son pays. La fédération nationale a exprimé ses frustrations à plusieurs reprises, le président déclarant récemment que “nous n'avons pas une image complètement claire de la raison pour laquelle Jonas Vingegaard ne court pas”. Alors que Pedersen a clairement expliqué son choix personnel, la fédération soupçonne Jumbo-Visma d'être à l'origine de l'absence de Vingegaard, bien que l'équipe ait cherché à dédramatiser la situation en indiquant que Vingegaard a traversé “une période difficile” sous les feux de la rampe du Tour de France.

Rohan Dennis (Australie), double vainqueur du titre mondial du contre-la-montre, dit que le parcours de 34,2 km à Wollongong est trop court et a déjà raccroché ses roues pour la saison. Selon Velonews, il doit également célébrer le mariage de son frère au même moment.

Pendant ce temps, Benoît Cosnefroy (France), un coureur dynamique en forme après avoir remporté le récent GP de Québec, a décidé que l'interruption du voyage n'était pas pour lui. “Dans le sport d'élite, il faut parfois prendre des décisions difficiles, et ne pas aller aux Mondiaux est un choix difficile”, a-t-il déclaré.

De même, George Bennett (Nouvelle-Zélande), qui a également fait les courses canadiennes la semaine dernière, a trop de choses dans son programme de fin de saison. “Il n'y avait pas de place pour déplacer le calendrier des courses, et quelque chose devait céder”, a-t-il déclaré à Velonews. “C'était une situation impossible pour moi, et malheureusement, ce sont les Mondiaux”.

Matej Mohoric (Slovénie) et Quinn Simmons (USA) sont deux autres coureurs qui ont couru à Canda, ont des classiques de fin de saison au programme en Europe, et sont proches de la fin de leurs ressources en fin d'année.

Pas en forme

Un certain nombre de coureurs ne seront pas là parce qu'ils ne sont pas en forme. Primož Roglič (Slovénie) a chuté lors de la récente Vuelta a España et il ne serait pas surprenant qu'il raccroche ses roues pour l'année après son dernier revers cuisant. Il aurait été un concurrent dans le contre-la-montre – où il est champion olympique – et dans la course sur route, ayant déjà remporté Liège-Bastogne-Liège.

Roglič a été blessé et a dû abandonner la Vuelta, mais il a semblé choqué par l'émotion, après s'être remis d'une sortie prématurée du Tour de France et s'être frayé un chemin dans la course au quatrième titre de la Vuelta, avant de s'écrouler en pleine attaque. Tadej Pogačar prend seul la tête de la Slovénie en son absence.

Peut-être dans la même veine que Roglič, l'absence de Tom Pidcock (Grande-Bretagne) est entièrement psychologique. Il a terminé deuxième du récent Tour de Grande-Bretagne, donc les jambes sont là, mais il a admis que sa tête n'est pas à la bonne place et qu'il a renoncé aux Championnats du monde.

Pidcock a remporté le titre mondial de cyclo-cross au début de l'année mais a récemment manqué le titre mondial de VTT qui lui aurait permis de réaliser un triplé historique. “Mentalement, je ne pouvais pas supporter une autre préparation aux Mondiaux. C'est tout le long du chemin en Australie. Si je veux viser les championnats du monde sur route, je dois être à 100%” a-t-il déclaré. Je rêvais juste de gagner les championnats du monde de VTT, donc quand cela ne s'est pas produit, j'étais un peu perdu. Ensuite, essayer de gagner les championnats du monde sur route, pour moi, aurait été le plus dur.”

Il y a aussi d'autres malheurs pour le sélectionneur espagnol Momparler, puisque Juan Ayuso – l'un de ses leaders désignés aux côtés de Marc Soler – s'est retiré pour cause de fatigue après son superbe podium à la Vuelta. À la décharge d'Ayuso, il vient de terminer son premier Grand Tour à l'âge de 19 ans. Brandon McNulty (USA) est un autre coureur qui s'est retiré en invoquant la fatigue.

Pas abordable

En plus de tous les autres facteurs, il y a aussi des contraintes financières considérables associées à un Championnat du Monde loin des bases européennes de la plupart des coureurs, des équipes et des fédérations. Les responsables belges ont récemment déclaré à Het Laatste Nieuws qu'ils avaient réduit le nombre d'équipements et de ressources qu'ils envoyaient en Australie, mais le coût total reste trois fois supérieur à celui d'un championnat du monde européen.

La Belgique – bien financée en tout cas – est un candidat au succès dans la plupart des épreuves et a de bonnes chances de récupérer un peu d'argent en prix UCI, mais d'autres ont dû prendre des décisions difficiles.

L'Irlande a pris la décision de ne pas participer du tout. Ils disent que cela “étirerait nos ressources bien au-delà de ce qui a été prévu” et alors qu'une récente visite aux Championnats d'Europe était faisable, un Mondial australien est “une proposition complètement différente”.

Toms Skujins (Lettonie) a déclaré que des “décisions budgétaires” l'empêchaient d'aller en Australie. Le problème ne se limite pas aux fédérations européennes. La Nouvelle-Zélande, si proche de l'Australie, a perdu d'importants sponsors ces derniers temps et aurait demandé aux coureurs de contribuer au financement de leur propre campagne. À cet égard, ils ont quelque chose en commun avec la star belge, Wout van Aert, qui a dû payer 8 000 euros de sa poche pour son billet d'avion – même s'il voulait passer en première classe.

Pas à l'heure

Enfin, dans la raison peut-être la plus bizarre de manquer les championnats du monde, Lawson Craddock (USA) a manqué son vol après avoir attendu un visa. Après une série de retards, celui-ci a finalement été approuvé… 20 minutes après le décollage de son avion.


Dernières publications

En haut