Cyclisme

Présentation : Gent-Wevelgem

Gent-Wevelgem

Les classiques flandriennes continuent avec Gent-Wevelgem ce dimanche avec notamment le mythique Kemmelberg comme juge de paix.

Les QuickStep-AlphaVinyl rentrent rarement bredouille lors de deux courses consécutives au printemps, mais la topographie de cette campagne des Classiques semble avoir des contours différents de ceux des années passées. Pour une fois, l'équipe en bleu n'est plus le point de repère dans les Ardennes flamandes. Au lieu de cela, le peloton subi la loi de la Jumbo-Visma, qui a dominé tout le monde lors de la Classique E3 Saxo Bank, lorsque Wout van Aert et Christophe Laporte ont terminé à deux, loin devant les autres équipes.

Vainqueur de Gent-Wevelgem il y a un an, Van Aert est logiquement le favori pour défendre son titre dimanche, mais l'intrigue devrait venir de QuickStep-AlphaVinyl, qui reste une équipe en quête d'elle-même à l'approche du Tour des Flandres.

Ils ont déjà remporté 15 victoires en 2022 mais leur sortie discrète à Harelbeke, où Kasper Asgreen (10e) était leur meilleur finisseur, était en lien avec une performance plate à Omloop Het Nieuwsblad le mois dernier. La Ronde approche à grands pas, et le temps presse. Patrick Lefevere a expliqué les malheurs de son équipe dans sa chronique dans le Het Nieuwsblad samedi matin, en soulignant que plusieurs des piliers de son unité des Classiques pavées ont été affaiblis par la maladie ces dernières semaines, alors que Jumbo-Visma a bénéficié d'un meilleur état de forme de ses leaders.

“Pour dire les choses franchement, nous aurions dû organiser une orgie en décembre au lieu d'un camp d'entraînement super sécurisé par le COVID. Tout le monde serait tombé malade à ce moment-là”, écrit Lefevere. ” Cela joue un rôle dans la domination de Jumbo-Visma : ils avaient leurs misères à l'époque, nous les avons maintenant”.

Ces misères ont joué un rôle dans le choix de l'équipe de QuickStep-AlphaVinyl ce week-end. Plutôt que d'aligner plus ou moins toute son équipe du Tour des Flandres à Harelbeke et à Gent-Wevelgem, comme le fait Jumbo-Visma, QuickStep a retenu Yves Lampaert vendredi afin de le garder frais pour dimanche, tandis qu'Iljo Keisse a également été incorporé dans l'équipe avec le sprinter Fabio Jakobsen. Cette approche rappelle vaguement la façon dont QuickStep a retenu Tom Boonen de l'E3 Harelbeke en 2011 afin de l'épargner pour Gent-Wevelgem le jour suivant. À l'époque, l'E3 Harelbeke ne faisait pas encore partie du WorldTour et QuickStep, qui connaissait la pire saison de son existence, avait grand besoin des points offerts à Wevelgem. Boonen a soulagé la pression en remportant le sprint dans la Menenstraat.

La participation de Jakobsen, qui a déjà sauvé leur week-end d'ouverture avec une belle victoire à Kuurne-Brussel-Kuurne, suggère qu'une arrivée en peloton est la manière privilégiée de QuickStep pour affronter Van Aert, mais Gent-Wevelgem se déroule rarement, voire jamais, selon le scénario prévu.

Les favoris

Van Aert a montré à l'Omloop Het Nieuwsblad et à la E3 Saxo Bank Classic qu'il est, de loin, le coureur le plus fort sur les pavés ce printemps (du moins jusqu'à ce que Tadej Pogačar et Mathieu van der Poel arrivent), et, malgré ses récents échecs à Paris-Nice, il reste l'un des coureurs les plus rapides du peloton.

Il est capable de remporter Gent-Wevelgem dans tous les cas de figure, et la puissance écrasante de son équipe Jumbo-Visma le rend presque impossible à manœuvrer. Selon les circonstances, Tiesj Benoot, Laporte et Nathan Van Hooydonck sont également des vainqueurs potentiels.

Bien que cette course ait un rythme différent, la plupart des concurrents de l'E3 Saxo Bank s'attendront à être à nouveau dans le coup, notamment Matej Mohorič (Bahrain Victorious), Stefan Küng (Groupama-FDJ), Dylan van Baarle et Jhonatan Narváez (Ineos Grenadiers). L'équipe britannique accueillera également Tom Pidcock, de retour à la compétition après ses récents problèmes d'estomac.

Biniam Girmay (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) a fait des débuts si convaincants sur les pavés d'Harelbeke qu'il a été appelé à diriger son équipe ce dimanche, et sa vitesse de finition fait de lui un candidat évident en cas d'arrivée groupée.

Ceux qui ont échoué à Harelbeke chercheront également une réponse ici, notamment Victor Campenaerts (Lotto Soudal), Greg Van Avermaert, Oliver Naesen (AG2R Citroën), Anthony Turgis, Peter Sagan (Team TotalEnergies), et le trio Trek-Segafredo de Jasper Stuyven, Quinn Simmons et Mads Pedersen. Le Danois, si impressionnant dans les sprints de Paris-Nice, est peut-être leur meilleure option ici.

Comme d'habitude, Gent-Wevelgem a attiré un certain nombre d'hommes rapides, dont Sam Bennett (Bora-Hansgrohe), Pascal Ackermann (UAE Team Emirates), Dylan Groenewegen (BikeExchange-Jayco), Elia Viviani (Ineos), et le duo Alpecin-Fenix de Tim Merlier et Jasper Philipsen. Matteo Trentin (UAE Team Emirates) est de retour dans le peloton après avoir souffert d'une commotion retardée à Paris-Nice, tandis que Tom Pidcock (Ineos) fait également un retour précoce à l'action après que des problèmes d'estomac l'aient forcé à manquer Strade Bianche et à abandonner Milan-San Remo.

Le parcours

Pour la troisième année consécutive, le départ de Gent-Wevelgem est donné sous la Porte de Menin à Ypres, et bien qu'il n'y ait aucune montée dans les 150 premiers kilomètres, les premières heures de la course ne doivent pas être sous-estimées.

En effet, les éditions les plus attritionnelles de ces dernières années – 2015, 2019 et 2021 – ont toutes vu la course s'enflammer bien avant d'atteindre les pavés et les collines. Les marais exposés autour du De Moeren (après 96 km) sont la proie aux vents venant de la mer du Nord et la possibilité de cassures est importante.

Après s'être attaqué au Scherpenberg et au Baneberg, le peloton aborde pour la première fois le couple Monteberg-Kemmelberg à 86 km de l'arrivée, avant de traverser la province du Hainaut pour s'attaquer aux trois sections de chemins de terre des Plugstreets, qui ont été ajoutées au parcours en 2017.

La deuxième combinaison Monteberg-Kemmelberg arrive à un peu plus de 50 km de l'arrivée, avant que la course ne fasse demi-tour pour reprendre le Scherpenberg et le Baneberg. L'ascension finale est la pièce maîtresse symbolique de la course, puisque les coureurs s'attaquent au Kemmelberg pour la troisième fois, cette fois-ci depuis son côté ouest, plus abrupt. Depuis le sommet, il reste 34 km jusqu'à l'arrivée. En théorie, c'est assez pour que les sprinters puissent revenir dans la course, mais tout dépend de ce qui s'est passé avant.

Dernières publications

En haut