Cyclisme

JO Paris 2024 : Règles, Records, Format… Tout savoir sur le BMX

Incarnation des sports urbains, de plus en plus prisés aux JO, le BMX a une histoire olympique très récente, surtout dans une de ses deux itérations. Mais a déjà fait la part belle à la France, parmi les nations les plus médaillées.

Les règles du BMX

Le BMX, ou Bicycle Motocross, est un sport où les pilotes utilisent des vélos adaptés à des terrains assez extrêmes. Aux Jeux olympiques, on distingue deux épreuves :

  • BMX Racing
  • BMX Freestyle

Le BMX Racing oppose des pilotes – aussi appelés riders – lors d'une course sur une piste longue de 400 mètres. Généralement huit sur la ligne de départ, ils doivent rallier la ligne d'arrivée le plus vite possible. Le parcours est jalonné de bosses et de virages relevés, qui rendent la piste plus difficile.

Le BMX Freestyle est une discipline qui consiste à faire des figures sur son BMX. Il existe plusieurs variantes, mais la plus répandue est le Park, qui se déroule dans un skatepark. Les concurrents peuvent utiliser tout l'environnement autour d'eux, à savoir des obstacles, des rampes ou juste le sol. Ils sont jugés sur l'originalité, la difficulté et l'exécution de leurs figures.

Le format du BMX aux Jeux olympiques

Pour les Jeux olympiques, 48 pilotes sont qualifiés pour le BMX Racing (24 chez les hommes, 24 chez les femmes). Il y a quatre tours dans le tournoi : quarts de finale, repêchages, demi-finales et finale.

  • En quarts de finale, les pilotes sont répartis en quatre séries de six coureurs. Ils disputent trois manches, et inscrivent des points en ordre croissant en fonction de leur classement dans chaque manche (1 point pour 1er, 2 pour le 2e…). À l'issue des trois manches, les trois premiers de chaque série se qualifient pour les demi-finales. Les autres vont en repêchages.
  • En repêchages, les douze pilotes qui ne sont pas qualifiés sont répartis en deux séries de six coureurs. Il n'y a qu'une seule manche, et les deux pilotes les plus rapides de chaque série se qualifient pour les demi-finales. Les autres sont éliminés.
  • En demi-finales, les pilotes sont répartis en deux séries de huit pilotes. Selon le même principe qu'en quarts de finale, ils disputent trois manches et inscrivent des points en fonction de leur classement. Après trois manches, seuls les quatre premiers de chaque série se qualifient pour la finale.
  • En finale, huit pilotes s'affrontent durant une seule et unique manche. Le classement final dépend de leur ordre de passage sur la ligne d'arrivée.

Au BMX Freestyle, vingt-quatre pilotes sont qualifiés pour les JO (douze chez les hommes, douze chez les femmes). La compétition est divisée en deux tours : une manche qualificative et la finale.

  • Lors de la manche qualificative, chaque pilote a deux runs de 60 secondes pour effectuer les figures qu'il souhaite. Une note, entre 0 et 99,99, est attribuée pour chaque passage. Un classement est déterminé par la moyenne des deux runs de chaque pilote, et les huit premiers se qualifient pour la finale.
  • En finale, chaque pilote dispose aussi de deux runs de soixante secondes. Ils s'élancent selon les résultats de la manche qualificative, dans l'ordre décroissant (du huitième au premier). Ici, seul le meilleur des deux passages est retenu pour la note finale, qui détermine le classement général.

Le BMX aux JO, c'est :

  • Deux épreuves : le BMX Racing et le BMX Freestyle.
  • 48 pilotes en BMX Racing (24+24), qui s'affrontent dans un tournoi avec 1/4, 1/2 et finale. Les quarts et demies se jouent en trois manches, la finale sur une course sèche.
  • 24 pilotes en BMX Racing, sur un format avec manche qualificative et finale. La manche qualificative se joue sur la moyenne de deux passages de chaque pilote, la finale sur le meilleur de leurs deux essais.

L'histoire du BMX aux Jeux olympiques

Le BMX a une histoire olympique très récente. Discipline très jeune – on date sa création à la fin des années 60 en Californie (USA) – elle a fait son apparition aux JO en 2008 à Pékin (Chine). Il n'y avait alors qu'une seule épreuve disputée : le BMX Racing. L'autre épreuve aujourd'hui inscrite au programme olympique, le BMX Freestyle, a été introduite encore plus récemment, puisqu'elle a été ajoutée en 2021 à Tokyo (Japon).

Berceau du BMX, les USA sont, à égalité, le pays le plus médaillé de l'histoire des Jeux olympiques (6). Néanmoins, il ne pointe qu'au quatrième rang du tableau des médailles, à cause de son incapacité à gagner plusieurs titres. Ce tableau est dominé par la Colombie, qui a placé un pilote sur chaque podium de BMX Racing depuis 2012. Elle est talonnée par le Royaume-Uni, qui a fait une entrée fracassante aux JO de Tokyo en remportant ses quatre médailles.

La France, elle, se classe sixième, avec deux médailles remportées lors de la même course aux JO de Pékin.

Tableau des médailles
Nation Or Argent Bronze Total

1- Colombie

2

1

3

6

2- Royaume-Uni

2

1

1

4

3- Lettonie

2

0

0

2

4- USA

1

3

2

6

5- Pays-Bas

1

1

2

4

6- Australie

1

1

0

2

6- France

1

1

0

2

8- Venezuela

0

1

1

2

9- Nouvelle-Zélande

0

1

0

1

10- Suisse

0

0

1

1

La chronologie du BMX aux JO

  • 2008 : Apparition du BMX aux JO, avec le BMX Racing
  • 2016 : Deuxième titre olympique de Mariana Pajon, athlète la plus médaillée hommes et femmes confondus.
  • 2021 : Introduction du BMX Freestyle à Tokyo.

Les records battus aux JO

Malgré sa très courte histoire olympique, deux pilotes – une chez les femmes, un chez les hommes – ont déjà remporté deux médailles d'or. Chez les femmes, c'est la Colombienne Mariana Pajon qui domine. Sacrée en 2012 et en 2016 en BMX Racing, elle est passée proche du triplé en 2021 mais n'a pris que la deuxième place. Avec trois médailles, elle est la pilote la plus médaillée aux JO.

Chez les hommes, le Letton Māris Štrombergs a également été champion olympique de BMX Racing à deux reprises, en 2008 et 2012. Derrière, personne ne compte plus d'une médaille en BMX Racing et en BMX Freestyle, discipline où une seule édition a, pour l'instant, été disputée.

Côté français, seules les épreuves féminines de BMX Racing ont été pourvoyeuses de médailles. Les deux breloques tricolores ont été décrochées lors de la même course, celle des JO de Pékin en 2008. La France avait alors réalisé le doublé, avec le titre pour Anne-Caroline Chausson, première championne olympique de BMX Racing de l'histoire, et l'argent pour Laëtitia Le Corguillé.

Record de médailles aux Jeux olympiques
Athlète Or Argent Bronze Total

Hommes

1- Māris Štrombergs (Lettonie)

2

0

0

2

2- Connor Fields (USA)

1

0

0

1

2- Niek Kimmann (Pays-Bas)

1

0

0

1

2- Logan Martin (Australie)

1

0

0

1

Femmes

1- Mariana Pajon (Colombie)

2

1

0

3

2- Anne-Caroline Chausson (France)

1

0

0

1

2- Beth Shriever (Royaume-Uni)

1

0

0

1

2- Charlotte Worthington (Royaume-Uni)

1

0

0

1

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire. Mon cœur pleure la retraite de Drew Brees.

Dernières publications

En haut