Coupe du monde / Rugby

Rugby : Daniel Carter tire sa révérence

À 38 ans, Daniel Carter, figure incontournable du rugby international, a annoncé son départ à la retraite. Sa carrière mémorable restera gravée comme une des plus belles du rugby moderne. Des Crusaders à son ultime club des Blues, en France et au Japon, l’homme aux 112 sélections laisse un vide derrière lui.

 

Légende, mythe du jeu. Les qualificatifs ne sont pas trop forts quand il s’agit de parler du joueur qu’a été Dan Carter, jeune retraité à l’âge de 38 ans. Double champion du monde, deux fois champion de France, quatre fois champion de Super Rugby avec les Crusaders. Couronné à trois reprises du titre de meilleur joueur du monde en 2005, 2012 et 2015 : Daniel Carter a brillé partout où il est passé.

 

Des débuts probants

Originaire de la province de Canterburry, c’est là-bas qu’il fait ses premiers pas en 2002. Il participe au Super Rugby l’année suivante dans le mythique club des Crusaders. Il devient rapidement un des artisans du titre de la franchise, la même année. Ses excellentes performances lui donnent accès à l’équipe nationale. En 2003, il évolue alors au poste de centre pour sa première Coupe du Monde. Les All Blacks terminent troisième de la compétition, en venant à bout d’une équipe qu’il retrouvera plus tard… la France.

©ANNETTE TURNBULL-DEW

©ANNETTE TURNBULL-DEW

Il devient rapidement un titulaire indiscutable en équipe nationale. Lors de sa première tournée face aux Lions Britanniques en 2005, Daniel Carter bat le record de points marqués contre les Lions avec 33 points inscrits. Les spectateurs découvrent alors un homme capable d’animer au pied avec une telle précision qu’aucun de ses adversaires ne saura l’égaler. La légende Carter est née !

Entre 2003 et 2008, il fait les belles années des Crusaders aux côtés d’autres joueurs de légende comme Richie McCaw. Champion des clubs du Sud à quatre reprises, Carter a besoin d’un nouveau défi. Il s’envole alors pour Perpignan et le Top 14, réputé comme l’un des meilleurs championnats au monde. 

 

Des blessures qui n’ont pas empêché son succès

Sa saison en Catalogne débute en décembre 2008, où il dispute son premier match de coupe d’Europe et ses premières rencontres de Top 14. Le contenu des matchs et son intégration au pays sont prometteurs. Mais son séjour en France est malheureusement chamboulé par une blessure.

Le 31 janvier 2009, dans un match de gala disputé au Stade de France face au Stade Français de Max Guazzini, l’ouvreur Black se blesse au tendon d’Achille, à la dernière minute.

©RUGBYRAMA

©RUGBYRAMA

Sa blessure ne l’empêche cependant pas d’être champion de France avec les Perpignanais, suite à la victoire de son équipe en finale contre Clermont-Ferrand (2009). L’ouvreur retourne par la suite en Nouvelle-Zélande, et ne reviendra en France qu’après la Coupe du monde 2015, dans les rangs du Racing 92.

Lors de la Coupe du Monde 2011 en Nouvelle-Zélande, Dan Carter est attendu comme le guide vers une victoire qui semble toute faite. Il n’en sera rien. Blessé à l’occasion d’un entraînement, Carter doit déclarer forfait. L’homme fort de 85 sélections laisse un vide derrière lui. Personne ne semble être à son niveau pour le remplacer. Cela n’empêche pas les All Blacks de connaître le succès, au terme d’une compétition haletante et d’une finale mythique face au XV de France de Thierry Dusautoir (8-7).

 

2015 : la consécration

En 2015, Dan Carter remporte enfin le titre suprême avec les Blacks, sur le terrain. Au sein d’une équipe néo-zélandaise qui survole le rugby international, il ne manque pas d’imprégner son style caractéristique pour sa quatrième participation à l’événement planétaire. Grâce à des prestations de haut niveau, la Nouvelle-Zélande devient la première nation à conserver son titre, et par la même occasion la sélection la plus titrée de l’histoire (1987, 2011, 2015).

Résultat de recherche d'images pour "coupe du monde 2015 all blacks"

Crédit photo : Sport 24 – Le Figaro

 

Une fin de carrière discrète

Après son passage en Ile-de-France où il remporte un Brennus et participe à deux finales de Coupe d’Europe (un des seuls titres qu’il n’a pas remporté), Carter termine sa saison au Japon dans l’équipe des Kobelco Steelers. Il dispute une ultime saison chez les Blues en 2020. Après des derniers mois perturbés par la pandémie de Covid-19, il annonce la fin de sa carrière, ce samedi 20 février .

Pendant une carrière longue de plus de 18 ans, Carter a construit une véritable alchimie avec les amoureux du rugby. Élevé au grade de star, égérie de marque mais surtout devenu symbole d’un sport, Dan Carter a grandement contribué au développement de sa discipline à l’échelle mondiale.

 

Crédit pour l’image de couverture :©Getty Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire