Ski Alpin

Slalom Val d’Isère : Henrik Kristoffersen critique les organisateurs

Lorsqu'un champion du monde parle, on l'écoute. C'est en tout cas ce que doivent être en train de se dire les organisateurs de la Coupe du Monde de ski alpin, sous les critiques après l'annulation du slalom de Val d'Isère. Henrik Kristoffersen n'a pas mâché ses mots au moment de désigner les responsables de cet énième contre coup dans la saison 2023/2024.

Coupe du Monde ski alpin : le slalom de Val d'Isère annulé à son tour

Il était encore incertain hier soir. Ce matin, les organisateurs de la Coupe du monde de ski alpin ont pris la décision d'annuler le slalom de Val d'Isère. C'est à la suite d'importantes chutes de neige dans les Alpes que Markus Waldner (directeur de la FIS) avait annoncé vouloir “laisser le temps aux pisteurs de travailler la piste ce dimanche matin”. Malheureusement, à l'instar de certaines courses prévues en Suisse (ex : St-Moritz ou Zermatt), le slalom de Val d'Isère a lui aussi dû être annulé. C'est la 7ème course chez les messieurs depuis le début de la saison qui subi ce sort. Une décision frustrante pour Markus Waldner, qui a rappelé combien les conditions étaient bonnes la veille. On a vu de gros dossards réussir à se qualifier, ça montre bien tout le bon travail qui avait été fait. Une déclaration complètement différente de celle de Henrik Kristoffersen. Le Norvégien s'est montré très remonté contre les organisateurs.

Henrik Kristoffersen : “une erreur d'envoyer les machines”

Au micro d'Eurosport, Henrik Kristoffersen n'a pas hésité un seul instant. “La situation météo n'était pas simple à l'occasion du géant mais je pense que ça a été une erreur d'envoyer les machines […] Est-ce que ce n'était pas possible de faire mieux” a questionné le champion du monde du slalom géant, très remonté contre la FIS. Waldner s'est immédiatement défendu, avançant que “c'était trop glissant pour aller travailler sans les machines”. Un point de vue décidemment différent qui n'arrange en rien le calendrier de la Coupe du monde de ski alpin, déjà bien chamboulé par une 7ème annulation sur 9 courses !

Le coup de grâce revient bien à Henrik Kristoffersen, qui n'a pas mâché ses mots au moment d'évoquer le glacier de plus en plus compliqué de Zermatt-Cervinia. Faire des courses de vitesse à 3800m en novembre, en haut d'un glacier, ce n'est pas intelligent. Il ne faut pas sortir de Polytechnique pour comprendre que ça ne va pas”. Reste à savoir ce que prévoient les responsables de la FIS, décidemment bien dépassé cette saison.

Nostalgique des Verts, je m'en remets aux Reds de Klopp pour garder le sourire. À la recherche de sensations fortes grâce aux sports de haute montagne, je vibre devant ma TV à travers le tennis, le basket, le football et les sports d'hiver. Hâte d'être derrière l'Equipe de France lors des Jeux Olympiques de Paris !

Dernières publications

En haut