Cyclisme

Soudal-QuickStep : saison 2023, Effectif, Evenepoel et Objectifs

Evenepoel

L'équipe de Patrick Lefevere a un nouveau sponsor titre pour 2023 et c'est en grande partie grâce à l'effet Remco Evenepoel. Après avoir soutenu l'équipe Lotto pendant huit ans, Soudal a franchi la ligne de partage du cyclisme belge, attiré comme un papillon par la lumière d'Evenepoel. Soudal a passé l'année dernière à s'emblayer sur les maillots de l'équipe peu performante de John Lelangue, condamnée à la relégation du WorldTour. Maintenant, leur nom apparaîtra au-dessus des bandes arc-en-ciel du champion du monde. Un bon moment pour être dans le business de l'Evenepoel. Bienvenue dans l'ère Soudal-QuickStep.

Bien que l'équipe se rebaptise officiellement Soudal-QuickStep en 2023, son remodelage à l'image de Remco Evenepoel était déjà en cours dans les coulisses depuis quelques années. Pendant près de deux décennies, les saisons de QuickStep se sont construites autour des deux premiers dimanches d'avril et, même dans le faste de Tom Boonen, une grande partie de leur aura reposait sur la puissance collective plutôt que sur des stars individuelles.

Soudal-QuickStep et Remco Evenepoel : un mariage évident

Pendant des années, et surtout à l'approche de la fin de la carrière de Boonen, Lefevere a su maintenir une unité d'élite composée de classiques en faisant signer des contrats compétitifs à des vétérans motivés, leur permettant ensuite de partir et d'encaisser des contrats plus importants ailleurs. Les noms en haut de la feuille de résultats changeaient, mais les maillots sur le podium en avril étaient invariablement bleus. Aujourd'hui, même si la marque “Wolfpack” reste aussi visible que jamais, l'émergence d'Evenepoel a changé une grande partie de cette dynamique.

Le talent générationnel d'Evenepoel a finalement attiré Soudal à signer pour cinq ans, mais cela a également nécessité un engagement budgétaire considérable. Ses ambitions pour le Grand Tour, quant à elles, ont nécessité un soutien. Ces dernières saisons, les quelques mouvements de Lefevere sur le marché des transferts se sont concentrés sur l'acquisition de talents de grimpeurs pour aider Evenepoel, et les lacunes qui se sont développées dans l'unité classique de l'équipe ont été comblées. Lorsque Julian Alaphilippe a sauté les classiques pavées en 2022, les nouvelles faiblesses de QuickStep ont été exposées, et l'équipe a connu le pire Tour des Flandres de son histoire, avec Kasper Asgreen comme meilleur finisseur, 23ème.

Il était tentant de se demander à ce moment-là si l'équipe n'avait pas fait un mauvais calcul en misant sur Evenepoel, notamment parce que le Belge avait subi quelques revers dans les courses par étapes en début de saison. Mais c'était oublier un principe inaliénable derrière les décisions de QuickStep ces deux dernières décennies. Ou, pour paraphraser la description lapidaire de John Giles du style de management de son ancien coéquipier de Leeds, Jack Charlton : Patrick Lefevere n'a pas toujours raison, mais il n'a jamais tort.

La victoire d'Evenepoel à Liège-Bastogne-Liège a sauvé le printemps de QuickStep, tandis que ses exhibitions ultérieures à la Vuelta a España et aux Championnats du monde n'ont fait que renforcer le sentiment que la décision de construire l'équipe autour de lui était moins un pari qu'un investissement. Pour que les choses restent en l'état, Lefevere a compris que QuickStep devait changer.

Le jeune homme de 22 ans garantissait déjà l'attention, mais maintenant il offre la plus grande des victoires en plus. Evenepoel a récemment confirmé qu'il participerait au Giro d'Italia en 2023, et il sera le favori du consensus pour la victoire finale à Rome. S'il fait ses débuts sur le Tour de France en 2024, il fera également partie des grands favoris. Les possibilités, pour Evenepoel et l'équipe qui l'entoure, semblent illimitées.

Revoir Alaphilippe au plus haut niveau en 2023

Et pourtant, les vieilles habitudes ont la vie dure. Evenepoel domine – logiquement – toutes les discussions sur les perspectives du Soudal-QuickStep pour 2023, notamment parce que ses ambitions ne se limiteront pas uniquement à la corsa rosa, mais Lefevere trahit toujours un certain malaise inhérent à placer tous ses œufs dans le même panier. Il exigera toujours beaucoup plus du reste de son effectif que de simplement porter les bidons d'Evenepoel, un point qu'il a clairement exprimé à La Dernière Heure la semaine dernière, avec l'ancien champion du monde Julian Alaphilippe en ligne de mire.

“Julian a un salaire de champion, mais il doit confirmer qu'il est toujours un champion”, a déclaré Lefevere à propos du Français, dont la campagne 2022 a été ruinée par des chutes et le COVID-19. “Je veux qu'il rebondisse. Il me doit une revanche”.

La marque particulière d'amour dur de Lefevere n'est pas nouvelle. Il a réussi à pousser des boutons depuis des décennies maintenant et, malgré toute l'attention portée au projet Evenepoel, il voudra – non, attendra – que son équipe connaisse le succès sur plusieurs fronts en 2023.

En Fabio Jakobsen, Soudal-QuickStep conserve le coureur le plus rapide du secteur et un train de tête qui reste la référence, tandis qu'ils ont également ajouté Tim Merlier à une écurie de sprint qui produit toujours des victoires en masse. Les perspectives pour les classiques pavées chères à l'équipe sont plus floues, notamment parce qu'un marché compétitif est désormais encombré par les talents somptueux de Wout van Aert, Mathieu van der Poel et Tadej Pogacar. La maladie a certainement joué un rôle dans la campagne 2022 de QuickStep, Asgreen et Yves Lampaert ayant été affaiblis à différents moments. Les deux hommes devraient être bien meilleurs en 2023, bien que l'équipe n'ait pas compensé l'expérience perdue avec le départ de Zdenek Stybar et la retraite d'Iljo Keisse.

Revoici Alaphilippe. Après avoir évité les pavés l'année dernière, le Français est déjà inscrit dans un calendrier chargé de classiques flamandes, avec en point d'orgue la Ronde, où il n'a pas fini de travailler après sa chute de 2020. Soudal-QuickStep peut se tourner vers de nouveaux horizons avec les ambitions d'Evenepoel pour le Grand Tour, mais Lefevere, comme tout homme d'affaires de Flandre occidentale, n'a pas survécu aussi longtemps à la barre en négligeant son propre terrain.

Les autres coureurs à suivre chez Soudal-QuickStep en 2023

  • La décision d'Evenepoel de viser le Giro est inspirée en partie par le parcours à forte densité de contre-la-montre, mais aussi par l'idée qu'il se prépare progressivement à une éventuelle participation au Tour en 2024. Il en va de même pour son équipe, qui a dépassé les attentes en défendant son maillot rouge à la Vuelta, mais qui doit peut-être s'aguerrir un peu plus avant de s'attaquer au Tour. Les apparitions d'Ilan Van Wilder ont attiré l'attention en Espagne, et il devrait à nouveau être plus fort au service d'Evenepoel au Giro.
  • Mark Cavendish a peut-être quitté l'équipe, mais la compétition interne pour le poste de sprinter principal du Tour demeure, notamment parce que le parcours offre des opportunités plus évidentes que le maigre choix de 2022. Jakobsen a tout de même réussi à remporter une étape pour ses débuts et le champion d'Europe est clairement l'homme en haut de l'échelle au début de l'année 2023. L'arrivée de Merlier, cependant, donne une autre option à Soudal-QuickStep, et les deux hommes se pousseront l'un l'autre vers juillet.
  • Au milieu de la critique acerbe de Lefevere, il est facile d'oublier qu'Alaphilippe a encore livré quelques éclairs d'inspiration au milieu de la morosité de sa saison 2022 malheureuse. S'il est plus en forme cette fois-ci, tout est possible au printemps – et, bien sûr, le souvenir de sa surprenante 5e place au Tour 2019 n'a pas encore disparu. Evenepoel est la tête d'affiche évidente, mais Alaphilippe ne sera pas un coureur secondaire cette saison.

Dernières publications

En haut