Rugby

Top 14 2020-2021 : Lyon OU, jouer la stabilité contre la précarité

Au sortir d’une déception tant à l’arrêt de la dernière saison de Top 14, le LOU a fait le choix de la stabilité. Tant bien financièrement que sportivement, les objectifs restent les mêmes, mais avec de meilleures ambitions en Europe.

 

Le rétro

Lyon était en train de carburer avant que tout s’arrête. Deuxième du dernier championnat avec huit points de retard sur Bordeaux et sept points d’avance sur le Racing 92, le LOU faisait preuve d’une vraie maîtrise dans le jeu et la stratégie offensive. Avec seulement cinq défaites au compteur sur dix-sept matchs, le groupe fonctionnait à merveille. Et cerise sur le gâteau, l’équipe a fini meilleure défense du Top 14 (304 points concédés, soit 13 de moins que Bordeaux, deuxième dans cet exercice.

Très longtemps leader du championnat (du début à la onzième journée puis à la 14è journée), le club a subi des contre performances regrettables. En effet, des déconvenues en fin de phase aller et début de phase retour ont noirci le tableau d’une excellente saison sur le plan national.

Néanmoins, le plan national ne fait qu’isoler le plan continental. N’ayant pas décidé de jouer l’Europe à fond. Même si on peut les défendre sur le tirage compliqué de la poule, les Rhodaniens ont gagné seulement une fois. C’était contre Benetton 28-0 à domicile, avant de perdre 25-22 en Italie à cause d’un essai dans les dernière minutes de la rencontre. Le plus gros problème reste l’explosion contre Northampton où le LOU menait 17-5 à la mi temps et prend 31 points sur la seconde période. Résultat, une troisième place loin derrière les cadors britanniques et une Champions Cup jetée volontairement.

 

L’instant mercato

Etant dans une optique de stabilité financière, d’autant plus que GL Events ont été particulièrement touchés par le Covid-19, il fallait espérer dénicher des perles rares et conserver un maximum de joueurs.

Et ce fut chose faite. Avec 35 joueurs restés au club et huit recrues, le club va pouvoir repartir sur une dynamique positive. Hui départs sont également à noter.

  • Départs
    • Kévin Yameogo (Pilier 23 ans) -> Agen (prêt)
    • Hendrik Roodt (2è ligne, 32 ans) -> Retraite
    • Martial Rolland (2è ligne, 21 ans) -> Aurillac
    • Julien Puricelli (3è ligne, 38 ans) -> Retraite
    • Carl Fearns (3è ligne, 31 ans) -> Rouen
    • Liam Gill (3è ligne, 28 ans) -> NTT Shining Arcs (Japon)
    • Tanginoa Halaifonua (3è ligne, 23 ans) -> Grenoble
    • Jean-Marcelin Buttin (Arrière, 28 ans) -> Agen
  • Arrivées
    • Joe Taufete’e (Talonneur, 27 ans) : Worcester (Angleterre)
    • Izack Rodda (2è ligne, 23 ans) : Reds (Australie)
    • Alex Tulou (3è ligne, 33 ans) : Castres
    • Mathieu Bastareaud (3è ligne, 31 ans) : New-York (USA)
    • Colby Fainga’a (3è ligne, 29 ans) : Connacht (Irlande)
    • Gilian Galan (3è ligne, 28 ans) : Toulouse
    • Léo Berdeu (Ouverture, 22 ans) : Retour de prêt d’Agen
    • Rémy Grosso (Ailier, 31 ans) : Clermont

Du poste pour poste dans la grande majorité des cas. L’arrivée de Bastareaud de retour de son séjour américain sera un pari à prendre, mais qui pourrait s’avérer très prolifique. Un recrutement très intéressant qui leur permettra de jouer une nouvelle fois les devants du classement cette année.

Le seul choix audacieux est de ne pas reprendre de demi d’ouverture pour soulager l’expérimenté Jonathan Wisniewski. Le pari a été fait de donner la chance à Léo Berdeu, de retour de deux années de perfectionnement à Agen, pour assurer peut être une future relève.

 

Cap sur 2020-2021

Avec une effectif stable, un recrutement intéressant et une envie de rester sur la bonne dynamique de l’année dernière, Lyon a de quoi voir grand cette année. Si on excepte les nombreux cas positif au coronavirus, si la saison se joue de manière normale, on peut s’attendre à de belles choses dans la Capitale des Gaules.

Le plus important, et pas des moindres, sera l’Europe. Après deux années transparentes, il est grand temps de marquer les esprits et de jouer les cadors cette saison. Cela passera par quelques sacrifices en Top 14, mais qui auront une valeur continentale. Certes, il sera compliqué de rectifier cette seconde place, mais une nouvelle qualification en Champions Cup est à la portée de l’effectif, qui a besoin d’un bon retour sur investissement pour éviter des soucis financiers à la prochaine fin de saison. Clés en mains, il faut avancer serein.

 

La saison démarrera le 5 septembre à domicile pour Lyon. Premier gros rendez vous face au Racing 92 pour bien débuter le nouvel exercice.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
at elit. consequat. Phasellus Sed dapibus id neque. libero leo Nullam mi,