Cyclisme

Tour de Langkawi 2022 – Le tour de la dernière chance

Tour de Langkawi

L'édition 2022 du Tour de Langkawi était sans précédent. Le peloton était le plus fort jamais vu, avec six équipes du WorldTour. Le calendrier est passé de l'avant-saison à l'arrière-saison et les conditions habituellement sèches et chaudes ont parfois fait place à des déluges de pluie, car même si la mousson n'est pas encore arrivée, elle semble déterminée à faire une arrivée précoce.

La course, avec son lieu exotique et le drame que représente le temps inhabituellement humide, qui a conduit à un changement de parcours tardif après des glissements de terrain sur Gunung Raya, a fourni un lieu dramatique pour ce qui a fini par être un tour de la dernière chance pour beaucoup.

La lutte contre la relégation qui avait initialement gonflé le nombre d'équipes du WorldTour avait peut-être été réglée au moment de la course du 11 au 18 octobre, mais l'intensité des courses sur les 1100 km de Kuala Pila à Kuah sur Langkawi n'a guère diminué. Il y avait encore de nombreuses raisons de tout miser sur la course.

Oui, certains coureurs étaient fatigués par une longue saison et tout simplement satisfaits de terminer la saison morte dans un endroit complètement différent, avec la forêt luxuriante, les singes au bord de la route et la chaleur et l'humidité toujours présentes. Cependant, de nombreux membres des équipes continentales et nationales considéraient la course comme un nouveau départ potentiel plutôt que comme une fin, alors qu'ils se battaient pour obtenir des résultats qui leur permettraient de se faire remarquer et de passer à l'échelon supérieur.

D'autres, déjà professionnels, se sont battus pour les rares places restantes dans les équipes, car ils se trouvaient dans la situation inconfortable de ne pas avoir de contrat pour 2023, que ce soit parce qu'il n'avait pas été renouvelé ou, comme les coureurs de l'équipe Drone Hopper-Androni Giocattoli, parce que l'avenir de toute l'équipe était incertain. Le tour de Malaisie de huit jours était donc une dernière occasion de se mettre en avant et de maintenir leur carrière cycliste en vie.

Parmi ceux qui avaient la sécurité d'une équipe pour 2023, il y avait encore beaucoup de coureurs, comme toujours, déterminés à obtenir les meilleurs résultats, espérant terminer la saison sur une bonne note ou faire un dernier effort pour sauver quelque chose d'une année qui ne s'est pas déroulée comme prévu.

Parcourez les galeries de photos étape par étape pour revoir les moments mémorables de la course, remportée au classement général par le coureur Movistar Ivan Sosa.

Étape 1 – Kuala Pilah à Kuala Lumpur

L'étape d'ouverture du Tour de Langkawi, longue de 157,3 km, s'est déroulée devant une mosquée au toit doré dans la ville de Kuala Pilah et sur des routes bordées d'écoliers en liesse. L'échappée s'est rapidement formée, avec neuf coureurs en tête des équipes nationales et continentales, déterminés à ne pas perdre une seule occasion de participer à ce tour 2.Pro de huit jours.

L'échappée comprenait Trym Holther (Drone Hopper – Androni Giocattoli), Carter Bettles (ARA Pro Racing Sunshine Coast), Jambaljamts Sainbayar (Terengganu Polygon) et son coéquipier Nur Aiman Zariff, Tiano Da Silva (ProTouch), Peerapol Chawchiangkwang (Thaïlande), Etienne van Empel (China Glory), Nik Zulkifli (Malaisie) et John Salazar (Philippines). Mais cela n'a pas duré, les derniers membres du groupe se sont fait prendre dans la dernière des cinq ascensions classées, où la vue sur Kuala Lumpur et les tours Petronas bien visibles près de la ligne d'arrivée s'est ouverte au sommet de Look Out Point, au moment où les nuages se sont levés sur la course et où des flaques d'eau ont commencé à se former sur la ligne d'arrivée.

Tout était réuni à la fin pour offrir une confrontation au sprint au cœur de la capitale malaisienne, avec Gleb Syritsa (Astana Qazaqstan) remportant sa première victoire professionnelle devant Erlend Blikra (Uno-X) et Max Kanter (Movistar) troisième.

Étape 2 – De Kuala Klawang à Raub

La deuxième étape de 178,9 km entre Kuala Klawang et Raub était une autre étape où l'échappée, cette fois-ci de sept coureurs, est partie tôt, mais elle a de nouveau été engloutie, avec Ratchanon Yaowarat (Thailand Continental Team) comme dernier survivant à 10 km de l'arrivée.

La course s'est ensuite terminée par un sprint à Raub, où, au fil des ans, la course s'est terminée deux fois, avec un coureur australien gagnant à chaque fois. Il semblait que cette série était sur le point d'être brisée, car c'est le Colombien Juan Sebastián Molano (UAE Team Emirates) qui a franchi la ligne en premier lors d'un sprint serré, avec l'Australien Craig Wiggins (ARA Pro Racing Sunshine Coast) juste derrière.

Quelques heures après l'étape, la nouvelle est tombée que Molano avait été relégué pour un sprint irrégulier et la victoire d'étape a été attribuée à Wiggins, poursuivant la série de victoires des coureurs australiens à Raub.

Étape 3 – De Putrajaya à Genting Highlands

On s'attendait toujours à ce que cette étape soit déterminante pour le classement général, le vainqueur du jour sur les Genting Highlands étant le plus souvent le vainqueur de la course au classement général.

L'étape de 124 km comportait deux premières montées de catégorie 2 à mi-parcours, suivies par le double défi imposant des montées HC de Gohtong Jaya et des Genting Highlands. Une échappée de quatre coureurs s'est formée après le départ de Putrajaya, Eduard Michael Grosu (Drone Hopper), Nur Aiman Zariff (Terengganu Polygon Cycling Team) et le duo ARA Pro Racing de Kane Richards et Carter Bettles, mais seul Bettles est resté en course jusqu'à la dernière montée, maintenant enveloppée de brume après l'arrivée de la pluie.

L'Australien a été rattrapé puis rapidement lâché par Ian Sosa (Movistar), Hugh Carthy (EF Education-EasyPost) et Andrey Zeits (Astana Qazaqstan), mais à 5 km de l'arrivée, Zeits a également chuté, laissant Sosa et Carthy se disputer la victoire. Sosa s'est élancé à 1 km de l'arrivée et a été clairement le plus fort de la journée, remportant la victoire et creusant un écart de 23 secondes sur son rival Carthy et plus de deux minutes sur le reste de ses rivaux.

Étape 4 – Sabak Bernam à Meru Raya

Après une journée d'escalade dans les Genting Highlands, il était temps pour les sprinters d'avoir une autre chance avec une journée sans ascension classée sur l'étape de 137,9 km de Sabak Bernam.

L'échappée matinale de Ricardo Zurita (Drone Hopper – Androni Giocattoli), Jambaljamts Sainbayar (Terengganu Polygon Cycling) et Ryuki Uga (Ukyo) s'est terminée à 12 km de l'arrivée et semblait être un groupe important pour disputer le sprint sur la ligne de Meru Raya.

Cependant, une grosse chute près de l'avant du peloton à presque 1 km de l'arrivée a divisé le peloton, réduisant la taille du groupe qui se dirigeait vers la ligne. La victoire a été serrée pour Jakub Mareczko (Alpecin-Deceuninck), qui a franchi la ligne juste devant Rudiger Selig (Lotto Soudal), tandis qu'Eduard-Michael Grosu (Drone Hopper-Androni Giocattoli) a pris la troisième place.

Étape 5 – De Kuala Kangsar à Kulim

La cinquième étape ne devait pas nécessairement être une journée pour les échappées, mais c'est exactement ce qui s'est passé lors de l'étape de 172 km au départ de Kuala Kangsar, les équipes du WorldTour ayant décidé de se mêler à la course dès le début.

L'échappée de 11 coureurs est partie après la montée sinueuse de deuxième catégorie, bordée de jungle, qui avait déjà mis la pression sur le peloton, ce qui signifie que seuls les coureurs forts à l'avant pouvaient réagir. Avec autant d'équipes de pointe impliquées dans l'échappée, il y avait un nombre limité de coureurs pour mener la poursuite derrière.

La survie de l'échapée semblait encore incertaine pendant un certain temps, mais elle a résisté à la poursuite et a commencé à se battre pour la suprématie dans les derniers kilomètres. Lionel Taminiaux (Alpecin-Deceuninck) s'est échappé de l'échappée à la poursuite de Julius van den Berg (EF Education-EasyPost) avant de le devancer sur la ligne à Kulim. Carter Bettles (ARA Pro Racing Sunshine Coast) a pris la troisième place, après avoir presque rejoint les deux premiers dans la dernière ligne droite.

Étape 6 – De George Town à Alor Setar

Le départ de la 6ème étape s'est fait sur une île, avec des coureurs partant de George Town à Penang, une plaque tournante du commerce dans le détroit de Malacca, pour une étape de 120,4 km qui a rejoint la Malaisie péninsulaire par un pont de 13 km.

L'échappée de six coureurs est partie tôt, mais les équipes de sprinters étaient déterminées à ne pas la laisser s'éloigner, car la longue ligne droite d'arrivée vers la ligne d'Alor Setar, en face de la mosquée de Zahir, offrait une entrée en matière parfaite pour les hommes rapides.

Alors qu'il ne restait plus que 9 km de cette étape humide, le peloton avait avalé l'échappée et les trains de sprint se formaient. Alpecin-Deceuninck et Lotto Soudal étaient en tête dans les deux derniers kilomètres, mais Erland Blikra (Uno-X Pro Cycling) a trouvé son chemin vers la première ligne et a pris les devants à environ 150m de l'arrivée. Syritsa se rapprochait rapidement mais Blikra l'a tenu à distance pour remporter sa première victoire professionnelle. Rüdiger Selig (Lotto Soudal) est troisième.

Étape 7 – De Kuah à Kuah

Avant la 7ème étape, les coureurs sont allés se coucher sur l'île de Langkawi en s'attendant à une journée pour les grimpeurs, mais tard dans la nuit, la nouvelle est tombée que la montée finale du Gunung Raya n'était pas au programme. De fortes pluies et des inondations ont provoqué des glissements de terrain sur la plus haute montagne de l'île. Les coureurs ont donc dû affronter une version légèrement modifiée du parcours de la 8ème étape, longue de 107,1 km avec deux ascensions de catégorie 3.

Les chances de remporter une victoire d'étape ou de s'approprier le classement général étant de plus en plus minces, la journée s'annonçait difficile, avec ou sans la montée du Gunung Raya. Les premières attaques ont été nombreuses et rapides, mais le peloton les a d'abord tenues à distance. Finalement, Willie Smit (China Glory), Adria Moreno (Burgo-BH) et Nichol Pareja (Philippines) se sont échappés. Il y a eu plusieurs autres tentatives de s'échapper et de faire le pont, mais c'est à 30 km que le peloton s'est séparé et un groupe de 17 coureurs s'est échappé, dont Sjoerd Bax (Alpecin-Deceuninck), Torstein Traeen (Uno-X Pro Cycling), George Bennett (UAE Team Emirates), Gianni Moscon (Astana-Qazaqstan), Ion Izagirre (Cofidis), Matteo Jorgenson et Max Kanter de Movistar, ainsi que David van der Poel (Alpecin-Deceuninck).

A 15 km de l'arrivée, profitant de la première ascension de la catégorie 3 pour lancer la petite boucle locale, Bax s'est détaché d'une poursuite désormais divisée et a rattrapé l'échappée, qui ne comptait plus que Moreno et Smit, Pareja ayant été abandonné. Bax a remonté le côté gauche, dépassant les coureurs de l'échappée initiale, Smit et Moreno, pour offrir à Alpecin Deceuninck sa troisième victoire d'étape du tour.

Étape 8 – Kuah, circuit de Langkawi

C'était le dernier jour du tour de Malaisie de huit jours, les coureurs terminant leur saison et partant pour une pause après avoir passé la ligne d'arrivée à Kuah, mais il y avait d'abord 115,9 kilomètres cruciaux du Tour de Langkawi à parcourir.

Les coureurs se sont retrouvés en terrain connu, le parcours utilisant les trois mêmes boucles de l'île que lundi, mais cette fois-ci, il y avait trois circuits au lieu de deux pour la boucle locale, qui comprenait la montée de catégorie 3. Conscients de l'imprévisibilité du parcours, les échappés sont arrivés tôt, avec Thomas De Gendt (Lotto Soudal), Hugo Toumire (Cofidis), Jason Osborne (Alpecin-Deceuninck) et Anatoliy Budyak (Terengganu Polygon). Puis Cameron Scott (ARA Pro Cycling) et Alex Molenaar (Burgos BH) ont également rejoint la course à environ 15 km.

La pluie est tombée alors que la course se déroulait autour de la boucle de 59 km et l'échappée de six coureurs s'est séparée, Toumire, Molenaar et Osborne ont laissé leurs compagnons derrière eux. Le trio est resté à l'écart, mais dans la dernière montée de catégorie 3, Toumire a été abandonné, laissant la course à un sprint à deux. Molenaar a pris la victoire devant Osborne tandis que Juan Sebastián Molano (UAE Team Emirates) a pris le sprint du groupe derrière, prenant la troisième place.

Ivan Sosa (Movistar) a traversé sans encombre le groupe principal pour conserver la tête du classement général, tandis qu'Erlend Blikra (Uno-X Pro Cycling) a pris le maillot du sprinter, Nur Aiman Zariff (Terengganu Polygon) le classement des grimpeurs et son coéquipier Jambaljamts Sainbayar a remporté la catégorie du meilleur coureur asiatique.


Dernières publications

En haut