Cyclisme

Tour de Lombardie, Paris-Tour, Japan Cup : Tout savoir sur la fin de saison

Pogacar

Le maillot arc-en-ciel a été remis et l'automne commence à tomber doucement sur l'Europe, pourtant il reste encore de la distance à parcourir dans la saison 2022. Le Tour de Lombardie, avec son potentiel pour une reprise du duel Tour de France de Tadej Pogačar et Jonas Vingegaard, est le plus grand repère qui reste à l'horizon, mais il y a beaucoup d'autres attractions pour attirer l'œil dans les trois dernières semaines du calendrier des hommes élites.

L'action post-championnats du monde a déjà commencé mardi avec la première étape de la course CRO, où Jonathan Milan de Bahreïn Victorious a remporté la victoire. Cette semaine en Croatie, l'attention sera bien sûr centrée sur Vingegaard, de retour à la compétition pour la première fois depuis sa victoire sur le Tour en juillet, et qui se prépare pour le rendez-vous de la Lombardie. D'autres entament un processus similaire cette semaine lors de la Coppa Agostoni de jeudi, qui marque le début d'un programme intense de courses d'un jour en Italie.

Coppa Agostoni (jeudi 29 septembre : 1.1)

La première étape du Trittico Lombardo est la Coppa Agostoni, qui suit un parcours familier avec un départ et une arrivée à Lissone. Alexey Lutsenko (Astana-Qazaqstan) a remporté la course l'année dernière lors de sa remarquable fin de saison. Le Kazakhstanais est sur la liste de départ provisoire ici, quelques jours après avoir été le dernier homme à rester avec Evenepoel à Wollongong.

Le coéquipier de Lutsenko, Vincenzo Nibali, devrait également entamer sa tournée d'adieu ici, tandis qu'Alejandro Valverde (Movistar), Simon Yates (BikeExchange-Jayco) et Matteo Trentin (UAE Team Emirates) figurent également sur la liste de départ provisoire. Israël Start-Up Nation et Lotto Soudal, dont les espoirs de conserver leur statut de WorldTour vacillent, ont, sans surprise, opté pour des équipes fortes, avec Jakob Fuglsang, Michael Woods et Tim Wellens parmi les coureurs présents.

Giro dell'Emilia (samedi 1er octobre : 1.Pro)

L'un des événements les plus sous-estimés du calendrier, le Giro dell'Emilia offre le genre de divertissement que la Flèche Wallonne aimerait pouvoir offrir. L'épreuve se décide invariablement sur la montée évocatrice de San Luca, mais ce dernier kilomètre escarpé dissuade rarement les coureurs agressifs sur les quatre tours du circuit d'arrivée autour de Bologne, qui offre généralement un match de boxe de qualité.

Primož Roglič (Jumbo-Visma), vainqueur de deux des trois dernières éditions, a déjà terminé sa saison, mais Tadej Pogačar (UAE Team Emirates), Simon Yates, Adam Yates (Ineos Grenadiers), Julian Alaphilippe (QuickStep-AlphaVinyl) et Woods font partie des prétendants attendus. Les hommes en forme ici seront les coureurs à surveiller une semaine plus tard à Il Lombardia.

Classique Famenne Ardenne (dimanche 2 octobre : 1,1)

Partant et arrivant à Marche-en-Famenne, dans la province belge du Luxembourg, la Famenne Ardenne Classic a été créée en 2017 mais a connu une interruption de deux ans en raison de la pandémie de COVID-19. La course fait son retour ce week-end, avec le vainqueur 2019 Dimitry Claeys portant le dossard numéro 1, bien que son coéquipier de l'Intermarché-Wanty-Gobert Biniam Girmay pourrait bien être le nom à suivre. Parmi les autres coureurs, citons Arnaud De Lie (Lotto Soudal), Greg Van Avermaet (AG2R Citroën) et Tim Merlier (Alpecin-Fenix).

Coppa Bernocchi (lundi 3 octobre : 1.Pro)

La deuxième étape du Trittico Lombardo part de Legnano et comprend sept tours du circuit de Valle Olona, qui inclut la montée de Morazzone, avant un parcours de 30 km jusqu'à l'arrivée à Legnano. Il y a un an, la domination de Remco Evenepoel était telle qu'il avait rattrapé et dépassé le peloton lors du tour local à Legnano. L'absence de ce circuit d'arrivée en 2022 laisse penser qu'il s'agit d'une tentative de sécurisation du parcours par Remco, même si le nouveau champion du monde ne sera pas en action en Italie cet automne.

Sparkassen Münsterland Giro (lundi 3 octobre : 1.Pro)

Le même jour que la Coppa Bernocchi, les hommes rapides ont l'occasion de remporter une victoire en fin de saison en Allemagne. Le Münsterland Giro revient traditionnellement à un sprinter, Mark Cavendish (QuickStep-AlphaVinyl) l'ayant emporté il y a un an. Les coureurs rapides prévus pour l'édition de cette année sont Sam Bennett (Bora-Hansgrohe), vainqueur en 2017, Pascal Ackermann (UAE Team Emirates), Caleb Ewan (Lotto Soudal), Dylan Groenewegen (BikeExchange-Jayco) et Fabio Jakobsen (QuickStep-AlpaVinyl). Les chances qu'une échappée reste en tête à Münster sont minces.

Binche-Chimay-Binche / Mémorial Frank Vandenbroucke (mardi 4 octobre : 1,1)

L'insistance initiale d'Evenepoel à ne pas courir avec le maillot arc-en-ciel en 2022 n'a jamais résisté à l'attente de la maison de s'aligner au moins une fois dans ses nouvelles couleurs. Une réception civique à Bruxelles le 2 octobre et son mariage le 9 octobre le tiennent éloigné du calendrier italien, mais le jeune homme de 22 ans a confirmé sa participation à Binche-Chimay-Binche.

La présence du champion du monde garantira des foules énormes à Binche, bien que la course ait déjà attiré une attention locale considérable étant donné qu'elle constitue également la dernière course de Philippe Gilbert sur les routes belges. Le parcours n'est pas des plus exigeants mais, sur sa forme actuelle, Evenepoel semble capable de tout faire si l'envie lui en prend. Dans tous les cas, le ton sera à la fête.

Tre Valli Varesine (mardi 4 octobre : 1.Pro)

Le troisième acte du Trittico Lombardo est le plus difficile et il semble également susceptible d'attirer le plus grand nombre de coureurs, avec Pogačar parmi les partants attendus en vue de la Lombardie. La course de 196 km part de Busto Arsizio et compte 3462 m de dénivelé total avant l'arrivée à Varèse. Le parcours est à peu près similaire à celui de l'année dernière, où Alessandro De Marchi a remporté les honneurs, avec huit tours sur un circuit qui comprend la montée de 2 km de Montello, suivie de deux tours plus longs qui comprennent à la fois Montello et la montée plus difficile de Morosolo.

Gran Piemonte (jeudi 6 octobre : 1.Pro)

La décision de RCS Sport de déplacer Milano-Torino à sa date initiale de mars, en supprimant la finale évocatrice de Superga, a privé l'automne de l'une de ses meilleures courses. Le Gran Piemonte reste sur le calendrier en guise d'échauffement pour la Lombardie, mais son parcours sans intérêt n'a pas grand-chose en commun avec l'épreuve principale deux jours plus tard.

Au cours de la saison 2020, interrompue par la pandémie, George Bennett a remporté une édition captivante du Gran Piemonte qui s'est disputée sur un parcours pittoresque et vallonné à travers le pays du vin et de la truffe des Langhe, mais RCS Sport n'a malheureusement pas encore jugé bon de reproduire cette formule. Nous ne pouvons qu'espérer. La course de cette année suit un parcours essentiellement plat d'Omegna à Beinasco, avec la montée d'Il Pilonetto – à 60 km du domicile – comme seul véritable obstacle. Comme l'édition de l'année dernière, remportée par Matthew Walls (Bora-Hansgrohe), cette course devrait être l'occasion pour les coureurs rapides d'arriver.

Paris-Bourges (jeudi 6 octobre : 1,1)

Paris-Bourges a connu plusieurs itérations au cours de son histoire qui a commencé en 1913, mais au cours des trente dernières années environ, elle a généralement été associée à Paris-Tours sur le calendrier d'octobre, servant en quelque sorte de prologue à la classique des sprinters. ASO domine peut-être l'organisation des courses en France, mais Paris-Bourges reste une course indépendante, dirigée fièrement par l'Union Bourges Cher Cyclisme. Le vainqueur de 2021, Jordi Meeus (Bora-Hansgrohe), revient ici dans un peloton qui devrait également comprendre Arnaud Démare (Groupama-FDJ), Caleb Ewan (Lotto Soudal), Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix) et Elia Viviani (Ineos Grenadiers).

Il Lombardia (samedi 8 octobre : WorldTour)

À l'époque de la Coupe du monde, le Tour de Lombardie faisait l'objet de nombreuses plaintes et grincements de dents, car les hommes en lice pour les bandes verticales arc-en-ciel avaient développé un penchant pour la course aux points plutôt que pour la victoire dans le Monument final de la saison. En vérité, ces considérations faisaient déjà partie de l'histoire depuis au moins une génération, alors que des hommes comme Sean Kelly et Francesco Moser couraient après le classement Pernod Super Prestige, mais depuis l'avènement du WorldTour en 2005, les grands noms courent la Lombardie uniquement dans l'optique de remporter le prix du jour.

Pogačar, qui est devenu l'année dernière le premier vainqueur en titre du Tour à remporter la Lombardie depuis Bernard Hinault en 1979, revient pour défendre son titre. Vingegaard, l'homme qui l'a privé de la victoire en juillet, vise également la Lombardie, tandis que le peloton comprendra également Alaphilippe, Woods, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et Simon Yates, ainsi que les retraités Vincenzo Nibali et Alejandro Valverde. Dans une inversion du parcours de l'année dernière, la course va de Bergame à Côme, avec les montées du Civiglio et de San Fermo della Battaglia figurant dans le final. Nibali a construit ses victoires de 2015 et 2017 sur ces mêmes montées, et il cherchera à laisser une impression dans sa dernière danse.

Paris-Tours (dimanche 9 octobre : 1.Pro)

Paris-Tours était autrefois l'autre grand rendez-vous de la fin de la campagne de Coupe du monde, et il a fait partie du ProTour pendant ses trois premières saisons avant de disparaître du calendrier de première division en 2008. Si la pittoresque traversée de la Loire à Amboise est toujours d'actualité, ASO a jugé bon de modifier le format de la course ces dernières années, en ajoutant les secteurs de gravier du chemin de vigne au final.

On peut se demander si cela était vraiment nécessaire – l'ancien parcours n'a pas toujours profité aux sprinters, après tout. Jacky Durand a tenu tête aux hommes rapides sur l'avenue de Grammont en 1998, tout comme Richard Virenque (2001) et Frédéric Guesdon (2006). Et, bien sûr, Philippe Gilbert a remporté deux victoires consécutives en 2008 et 2009. C'est peut-être à juste titre que le Belge a choisi Paris-Tours pour la dernière course de sa carrière.

Le vainqueur de 2021, Arnaud Démare (Groupama-FDJ), est de retour cette année en tant que favori évident, avec Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck) et Jasper Stuyven (Trek-Segafredo) parmi les prétendants.

Memorial Rik Van Steenbergen (dimanche 9 octobre : 1.1)

Avec la présence d'Evenepoel et de Gilbert, Binche-Chimay-Binche ressemblera à la fin de la saison belge, mais il y a encore une course dans les Flandres avant que l'attention ne se tourne complètement de la route vers le cyclo-cross. Le Mémorial Rik Van Steenbergen n'était pas du tout inscrit au calendrier de 2013 à 2018 en raison d'un manque de financement. Il est revenu en 2019, avec Dries De Bondt comme vainqueur, mais la pandémie de COVID-19 l'a empêché d'avoir lieu ces deux dernières années. Des sprinteurs, dont Mark Cavendish (QuickStep-AlphaVinyl), Caleb Ewan et Dylan Groenewegen, figurent sur la liste de départ provisoire, tandis que la course sera également la dernière sortie d'Iljo Keisse en tant que professionnel.

Giro del Veneto (mercredi 12 octobre : 1.1)

Le Giro del Veneto est revenu au calendrier UCI en 2021 après huit ans d'absence, dans le cadre de la série de courses de fin de saison organisées par Filippo Pozzato dans la région. Il y a douze mois, la course est partie de Cittadella et s'est terminée sur le Prato della Valle de Padoue, où Xandro Meurisse a remporté la victoire. Cette fois-ci, l'épreuve part de Padoue et traverse les Colli Euganei pour se terminer en beauté sur trois tours d'un circuit d'arrivée de 22 km autour de Vicence, avec la montée d'Arcugnano. Davide Formolo (UAE Team Emirates) et Jay Vine (Alpecin-Deceuninck) sont parmi les coureurs attendus, tandis que l'événement est aussi la dernière course de Davide Rebellin, 51 ans, dans une carrière qui a duré trois décennies.

Veneto Classic (dimanche 16 octobre : 1,1)

La nouvelle épreuve Serenissima Gravel, remportée par Alexey Lutsenko l'année dernière, revient le vendredi 14 octobre, tandis que la deuxième édition de la Veneto Classic clôt la saison italienne. Pozzato a déjà fait part de son désir de déplacer la course à une date pré-mondiaux et de l'élever au rang de WorldTour en tant que réponse de sa région natale à la Strade Bianche. Le parcours qu'il a conçu est certainement digne du plus haut niveau.

Cette année, la course part de Trévise plutôt que de Venise, mais les points clés d'un itinéraire percutant restent en place, avec l'ascension du Muro di Ca' del Poggio, avant un circuit final haletant sur La Tisa et La Rosina. La grande finale se déroule sur le pont de la Brenta à Bassano del Grappa. Samuele Battistella y a gagné il y a un an et son équipe Astana-Qazaqstan est l'une des quatre équipes WorldTour confirmées à ce jour, avec Israel Start-Up Nation, UAE Team Emirates et Intermarché-Wanty-Gobert.

Chrono des Nations (dimanche 16 octobre : 1.1)

Les courses contre la montre de fin de saison ne sont plus ce qu'elles étaient – malgré les murmures selon lesquels le Trofeo Baracchi à deux pourrait revenir en 2023 – mais le Chrono des Nations entretient la flamme. La course a débuté sous le nom de Chrono des Herbiers en 1982, puis a fusionné avec le tristement défunt Grand Prix des Nations en 2006. Les courses contre la montre en tant qu'événements autonomes ont perdu beaucoup de leur intrigue avec l'introduction du contre la montre des Championnats du Monde en 1994, mais Tobias Foss (Jumbo-Visma), le nouveau maillot arc-en-ciel de la discipline, sera l'attraction principale aux Herbiers cette année. Ses coéquipiers Edoardo Affini et Jos van Emden seront également de la partie, ainsi que Victor Campenaerts (Lotto Soudal).

Coupe du Japon (dimanche 16 octobre : 1.Pro)

La Coupe du Japon a vu le jour en 1992, dans la foulée des Championnats du Monde d'Utsunomiya, deux ans plus tôt, et la course a perduré pendant trois décennies, bien que la pandémie de COVID-19 ait forcé l'annulation des deux dernières éditions. Étrangement, étant donné l'engagement apparent de l'UCI à développer le sport au-delà de son cœur traditionnel, l'Europe, la Coupe du Japon – malgré sa tradition et sa grande base de fans locaux bien informés – n'a jamais figuré sur le WorldTour. Elle n'a connu qu'une seule saison dans le cadre de l'ancienne Coupe du monde, en 1996, lorsque Mauro Gianetti, aujourd'hui manager de l'équipe UAE Emirates, a remporté la victoire.

Bauke Mollema a remporté la dernière édition en 2019, et bien qu'il soit peu probable que le Néerlandais revienne cette année, son équipe Trek-Segafredo enverra Giulio Ciccone et Juan Pedro Lopez. Parmi les autres concurrents, on trouve Rigoberto Uran (EF-EasyPost), Guillaume Martin (Cofidis) et le duo israélien Start-Up Nation de Michael Woods et Jakob Fulgang. Chaque point UCI compte.

Tour de Langkawi (11-18 octobre, 2.Pro)

Le rideau sur cette chasse aux points UCI, au statut de WorldTour et/ou à l'entrée garantie dans les Grands Tours de l'année prochaine tombera à Kuah à l'issue de la dernière étape du Tour de Langakwi. Lors de la dernière édition de la course, en février 2020, une seule équipe WorldTour – NTT – avait fait le déplacement en Malaisie. Deux ans et demi plus tard, la chasse à la survie du WorldTour a gonflé ce nombre à six.

Les craintes de Movistar, Cofidis et EF-EasyPost concernant la chute se sont quelque peu atténuées ces dernières semaines, ce qui pourrait diluer la qualité de leurs effectifs ici. D'ici la dernière semaine de la saison, la bataille pour les licences de trois ans pourrait être pratiquement résolue, et l'attention pourrait se porter sur le concours de l'équipe la mieux classée en dehors du WorldTour. Lotto Soudal et Israel Start-Up Nation – tous deux présents en Malaisie – pourraient être à Langkawi pour tenter d'obtenir une invitation automatique aux plus grandes courses de l'année prochaine.

À l'autre bout du tableau du WorldTour, l'équipe UAE Team Emirates a également décidé d'envoyer une équipe au Tour de Langkawi, avec George Bennett dans son équipe provisoire. Le Néo-Zélandais devrait briller lors de la troisième étape vers Genting Highlands.

Autres dates du calendrier :

L'édition inaugurale des Championnats du monde UCI de Gravel se déroulera en Vénétie le week-end des 8 et 9 octobre, avec Peter Sagan parmi les coureurs du WorldTour confirmés à participer. Les courses hors route de la région se poursuivent le 14 octobre, avec la deuxième édition de la Serenissima Gravel, la seule et unique course de gravier réservée aux coureurs professionnels sur route.

Le 8 octobre promet d'être une journée particulièrement chargée pour le cyclisme italien. Outre la Lombardie et les Championnats du monde de Gravel, Filippo Ganna tentera de battre le record de l'heure UCI sur le vélodrome de Granges le soir même. Alors que la saison en cours touche à sa fin, les pensées commencent déjà à se tourner vers la nouvelle campagne. Le parcours du Giro d'Italia 2023 sera présenté à Milan le lundi 17 octobre, tandis que celui du Tour de France sera dévoilé à Paris le jeudi 27 octobre. C'est vraiment sans fin.


Dernières publications

En haut