Cyclisme

UAE Team Emirates : Saison 2023, Effectif, Objectifs

Pogacar

Même s'ils n'ont pas remporté le Tour de France, les UAE Team Emirates ont réalisé une grande saison 2022 avec notamment la victoire de Tadej Pogacar sur le Tour de Lombardie.

Pogacar : une nouvelle saison proche des records 

Le statut est dur à porter. C'est totalement injuste, bien sûr, mais le statut de Tadej Pogačar en tant que meilleur cycliste du monde et le plus complet signifie que ses rares vulnérabilités ont tendance à être plus remarquées que ses démonstrations de force presque routinières. Sa saison 2022 a été très bonne avec son triomphe en solo à Strade Bianche, sa domination décontractée à Tirreno-Adriatico et sa victoire consommée à Il Lombardia en tête de liste des moments forts. Mais, comme Merckx avant lui, Pogačar a atteint un point où ses défaites occasionnelles peuvent sembler plus remarquables que son interminable tournée de victoires.

Les faux pas de Pogačar lors des finales de Milan-San Remo et du Tour des Flandres peuvent être considérés comme les erreurs compréhensibles d'un coureur qui se familiarise encore avec la tension des monuments. Sa défaite face à Jonas Vingegaard et à la puissance collective de Jumbo-Visma sur un terrain plus familier du Tour de France, par contre, pose un plus grand dilemme pour Pogačar et UAE Team Emirates.

Déjà vainqueur de deux Tours avant son 23ème anniversaire, Pogačar était favori pour réaliser un triplé en juillet dernier, et il semblait en bonne voie après une première semaine qui l'a vu remporter deux étapes et s'emparer du maillot jaune. La dynamique de la course a cependant changé du tout au tout dans les 5 derniers kilomètres du Col du Granon lors de la 11ème étape, lorsque Pogačar a craqué, épuisé par ses tentatives de calmer la tempête déclenchée par Jumbo-Visma plus tôt dans la journée.

Pogačar, dont l'attitude par défaut est d'attaquer, a mené le combat contre Vingegaard jusqu'aux Pyrénées, mais il n'a pas pu récupérer plus d'une seconde sur le Danois avant Paris, et il a reconnu sa défaite après avoir été distancé à nouveau sur Hautacam. Pour la première fois depuis son émergence en tant que vainqueur d'un Grand Tour, Pogačar avait rencontré quelqu'un qui avait sa mesure, temporairement ou non.

Alors que Pogačar et UAE Team Emirates entrent dans l'année 2023, une question domine : comment vont-ils résoudre le problème Vingegaard ? Après tout, Vingegaard avait déjà servi d'avertissement en faisant jeu égal avec Pogačar en montagne dans la seconde moitié du Tour 2021.

“Je ne pense pas qu'il faille changer grand-chose. J'ai eu une mauvaise journée “, a déclaré Pogačar à Eurosport à la fin de la saison, bien qu'il ait été réticent à entrer dans des détails particuliers sur ce qui avait déclenché ce jour sans dans les Alpes. “Les raisons n'ont pas vraiment d'importance. Avant ce jour et après, j'étais bon, et bon dans beaucoup d'autres courses aussi. Je n'ai pas de regrets.”

De l'extérieur, il était tentant d'affirmer que Pogačar avait tout simplement volé trop près du soleil, d'abord en dépensant inutilement de l'énergie dans la chasse aux victoires d'étape au cours de la semaine d'ouverture, puis en se sentant obligé de stopper toutes les attaques Jumbo – même celles de son compatriote Primoz Roglič, déjà loin dans le classement général – lors de cet après-midi fatidique au col du Galibier. Dans ce scénario, la “solution” évidente et simpliste consisterait pour Pogačar à doser ses efforts plus soigneusement et à courir plus prudemment sur le Tour, en économisant de l'énergie là où c'est possible plutôt qu'en s'efforçant de produire un chef-d'œuvre chaque jour pour un rendement limité. Moins, c'est plus, en d'autres termes.

Le contre-argument, bien sûr, est que mettre des limites à la virtuosité de Pogačar pourrait finir par inhiber les instincts agressifs qui l'ont mené si loin. Il s'agit d'un exercice d'équilibre, mais tout changement apporté à la philosophie de Pogačar sera probablement mineur en 2023. L'attaque des courses, en juillet et ailleurs, sera de rigueur.

Une nouvelle garde chez UAE Team Emirates pour épauler Pogacar en 2023

Vuelta a San Juan 2020 – 38th Edition – Training – Brandon Mcnulty (USA – UAE – Team Emirates) – 24/01/2020 – photo Ilario Biondi/BettiniPhoto©2020

En revanche, l'UAE attendra sûrement davantage de son équipe de soutien en juillet. Pour commencer, l'équipe de Mauro Gianetti espère éviter la vague de cas de COVID-19 et de chutes qui ont forcé tant de coéquipiers de Pogačar à abandonner le Tour 2022. Brandon McNulty a encore fourni un numéro des plus remarquables au service de Pogačar sur la route de Peyragudes, mais l'équipe aura besoin d'une plus grande constance de la part de l'Américain et du reste des équipiers grimpeurs si elle veut aller au coude à coude avec Jumbo-Visma en juillet.

À cette fin, l'équipe UAE Team Emirates a ajouté une profondeur considérable à sa liste avec la signature d'Adam Yates et de Jay Vine pour 2023, et elle pourrait également profiter de l'option de luxe de faire appel à Juan Ayuso – si impressionnant en terminant troisième de la Vuelta a España cette année – au service de Pogačar sur le Tour. Malgré la malchance, Pogačar devrait pouvoir compter sur un soutien plus fiable en juillet cette fois-ci.

Il est également intéressant de noter que les modifications apportées par les UAE ne se limitent pas au personnel. En octobre, la nouvelle est tombée qu'ils utiliseraient des groupes Shimano plutôt que Campagnolo sur leurs vélos Colnago en 2023. Plus récemment, d'autres changements d'équipement ont été annoncés, l'équipe devant utiliser des roues Enve, des pneus Continental et de nouveaux cintres monoblocs en fibre de carbone créés par Colnago en 2023. Au mieux de sa forme, Pogačar donne l'impression qu'il pourrait gagner des courses à bord d'un vélo de banlieue, mais il semble désormais que chaque petit détail compte pour tenter de faire pencher la balance en sa faveur en juillet.

Au cours de la première moitié de l'année dernière, RCS Sport avait été optimiste en privé quant à la perspective de persuader Pogačar de faire ses débuts sur le Giro d'Italia en 2023, notamment en raison du contre-la-montre de Monte Lussari à la frontière italo-slovène. Une fois le titre du Tour perdu, cependant, ils savaient que l'idée était condamnée. Pogačar brillera à nouveau sur le calendrier en 2023, mais sa quête pour retrouver le maillot jaune sera l'histoire de sa saison – et de celle de l'équipe UAE Team Emirates.

Les autres points à suivre tout au long de la saison 2023

  • Juan Ayuso est sous contrat jusqu'à la fin de l'année 2028, mais il obtient déjà des résultats excellents. Ses excellentes performances à la Volta a Catalunya et au Tour de Romandie ont laissé entrevoir son immense talent, et sa troisième place à la Vuelta a España – à seulement 19 ans – l'a confirmé. L'Espagnol devrait viser à nouveau la Vuelta en 2023, et il s'y rendra certainement avec des visées sur la victoire finale au classement général. Et si l'Espagne avait trouvé le digne successeur à Alberto Contador ?
  • João Almeida aurait pu monter sur le podium du Giro 2022 s'il n'avait pas été victime d'une infection au COVID-19 lors de la dernière semaine, et le coureur portugais semble prêt à revenir sur la corsa rosa en mai. Avec près de 70 km de contre-la-montre sur le parcours, il semble être un prétendant évident dans une course qui l'opposera à son ancien coéquipier de QuickStep, Remco Evenepoel.
  • En signant Adam Yates d'Ineos, les Émirats arabes unis ont obtenu une sorte de garantie, un coureur qui devrait accumuler des résultats dans les courses par étapes d'une semaine à travers le calendrier tout en soutenant Tadej Pogacar en juillet prochain. Si Yates est un coureur connu, l'arrivée de Jay Vine d'Alpecin-Deceuninck est plus intrigante. Les deux victoires d'étape remportées par l'Australien lors de la Vuelta laissent penser que de grandes choses sont encore à venir et que sa progression sera à suivre de près la saison prochaine.


Dernières publications

En haut