Un week-end en Top 14 (J4) : la Section Paloise au bout du suspense, Toulon se fait respecter à Mayol

0
Crédits photo : Thierry Larre Max sports world two
Ligue 1

Un week-end en Top 14, quatrième épisode ! Deux nouveaux matchs reportés pour cause de Covid, mais quelques rencontres qui valaient le détour La Section Paloise revient au bout du suspense pour récolter un match nul à domicile face à Lyon, la jeunesse du Racing manque de faire chuter l’expérimenté Stade Toulousain et Agen s’enfonce déjà dans la crise : retour sur cette J4 du championnat !

 

Le match du week-end : Montpellier passe tout près à Toulon

Ce sont peut-être les deux plus belles armadas de notre championnat : le RCT, emmené par un certain Eben Etzebeth, et le MHR, en difficulté en ce début de saison, se retrouvaient dans un Mayol toujours chaud malgré la limitation du nombre de spectateurs autorisés à pénétrer dans l’enceinte varoise. Avec Bouthier en ouvreur côté montpelliérain, les Héraultais venaient à Toulon avec l’envie de retrouver leurs valeurs, et pourquoi pas revenir du Var avec quelques points dans leur besace.

Le match est évidemment intense entre deux formations massives, et c’est Cordin côté toulonnais qui finit par trouver la brèche au sein de la défense du MHR pour marquer le premier essai. Malgré la précision de Carbonel au pied et l’indiscipline héraultaise (carton jaune pour Guirado dès la 16ème minute, et pour Tisseron à la 30ème), le score reste plutôt serré au retour aux vestiaires (13-6 pour le RCT).

Tout s’emballe à la reprise, avec tout d’abord un essai de Reinach pour le MHR, un coup de pied réussi par Carbonel, puis un autre essai héraultais par Rattez : en moins d’un 1/4 d’heure, le match change de physionomie avec deux équipes qui ont décidé de se lâcher ! Si le MHR est devant, Carbonel se charge de refaire passer les siens à l’heure de jeu, puis à creuser l’écart dans les 20 dernières minutes : le suspens devient alors insoutenable, avec des Toulonnais décidés à garder leur avantage, et des Montpelliérains voulant enfin décrocher leur premier succès de la saison. Dans les trois dernières minutes, alors que le score est de 25-21, le MHR jette toutes ses forces dans la bataille, se retrouvant devant la ligne du RCT : mais ni les avants, ni Rattez, retourné dans l’en-but par une superbe défense d’un Varois, ne forceront la décision dans une rencontre très agréable à suivre et au rythme échevelé par moments !

Avec cette victoire, le RCT se rapproche du haut du classement, tandis que le MHR ne revient en Hérault qu’avec un point de bonus défensif, encourageant cependant au vu de leur prestation ce samedi après-midi.

 

L’équipe du week-end : La Section Paloise à l’arrachée !

Repartir sur de bonnes bases et se relancer après leur défaite à Brive : l’enjeu pour les Palois était simple face à un LOU encore en quête de repères. Si les Béarnais peuvent compter sur un Antoine Hastoy rayonnant en ce début de saison et véritable maître à jouer de son équipe en plus d’être un buteur très fiable, la Section a du mal face à Lyon, qui impose son rythme et son jeu dès le début du match.

Avec un autre 10 très prometteur, Léo Berdeu, le LOU s’envole, et Pau ne peut compter que sur son artificier pour rester dans la partie : à la 69ème, le score semble plié pour le LOU, qui mène 15-29 sur la pelouse paloise. La fin de rencontre est alors complètement béarnaise : Daubagna redonne espoir à ses ouailles à la 72ème, puis ce sont les avants qui déploient des trésors d’énergie pour se procurer une dernière occasion, bien aidés par un carton jaune lyonnais. Au bout du bout du suspens, c’est Roudil qui aplatit en coin et qui ramène son équipe à deux petits points d’un match nul…

Au bord de touche, Hastoy ne tremble pas et permet à la Section de sortir de cette rencontre enlevée avec un match nul 29-29 presque inespéré ! Mais c’est surtout la démonstration que quelque chose est en train de se passer dans cette équipe, après deux saisons compliquées : le caractère et l’envie des Palois font plaisir à voir, ce qui les propulse à la fin de cette 4ème journée à la 2nde place du classement.

 

L’essai du week-end : Matthis Lebel, tout seul comme un grand !

Au rugby, les plus beaux essais sont souvent ceux synonymes de grandes envolées, de passes redoublées et de prises d’intervalles qui sentent bon le French Flair des belles années du XV de France. Mais parfois, l’essai à 0 passe peut-être autant, sinon plus impressionnant, à l’image de celui marqué par Matthis Lebel pour les Toulousains sur la pelouse du Racing !

A la suite d’une pénalité encaissée par les Haut-Garonnais, Romain Ntamack effectue le renvoi, qui tombe juste à l’intérieur des 22m franciliens. Si dans 99,9% des cas c’est un ballon qui tombe dans les mains adverses, en ce samedi soir c’est tout autre chose.

Sous le nez de Jordan Joseph (excellent samedi), Matthis Lebel s’envole et dérobe le cuir : après un débordement sur Maxime Machenaud, l’ailier toulousain résiste au retour de Teddy Thomas pour marquer en coin, permettant à son équipe de passer devant au score dès le renvoi !

 

On a aimé : Le Stade Français refait le coup à l’extérieur

Décidément, ce Stade Français ne semble jamais aussi à l’aise que loin de ses bases… Après avoir remporté un succès inattendu à Castres, voici que les hommes de Gonzalo Quesada ont remis ça sur la pelouse du SU Agen, qui semble en grande difficulté en ce début de saison. Un succès 3-20 bien mené sur la pelouse de la lanterne rouge, avec la confirmation que la jeunesse parisienne, à l’image de Joris Segonds et son coup de pied de mammouth, aura son mot à dire dans cette saison du rachat pour le Stade Français !

 

On n’a pas aimé : La guéguerre LNR – FFR va laisser des traces

C’est le sujet du moment dans le rugby français, à l’approche de la tournée d’automne/fin du Tournoi des 6 Nations : la libération des internationaux bleus pour une longue période.

Tout ce week-end, la LNR et la FFR se sont renvoyés dans les cordes, à grands coups de communiqués et de décisions de justice, faisant régner un climat encore plus pesant dans un rugby français qui n’avait clairement pas besoin de ça… Et si chacun a ses griefs dans cette histoire, ce sont certainement les joueurs qui ont le plus à perdre : car n’oublions pas qu’au final, sans eux, point de rencontres de haut niveau, qu’elles soient sous la tunique d’un club ou d’une sélection nationale…

 

Les résultats : 

Le classement :

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here