Cyclisme

Wout Van Aert remporte l’Omloop Het Nieuwsblad

Wout van Aert (Jumbo-Visma) a remporté l'Omloop Het Nieuwsblad, suite à une attaque à 13 km de l'arrivée.

Personne n'a pu suivre Wout Van Aert lorsqu'il s'est détaché d'un groupe restreint de favoris juste avant la montée finale, le Bosberg. Il a franchi la crête de cette montée avec une avance d'environ 10 secondes, il a réussi à faire cavalier seul jusqu'à l'arrivée et à remporter la victoire pour ce qui était son premier jour de course cette saison. Sonny Colbrelli (Bahrain-Victorious) a remporté le sprint pour la deuxième place au sein d'un groupe d'une vingtaine de coureurs, Greg Van Avermaet (Ag2r Citroen) termine à la troisième position.

Van Aert a été accueilli par les fans flamands à son arrivée, qui célébraient la première victoire au Het Nieuwsblad d'un coureur portant les couleurs du maillot de champion national belge depuis 33 ans. Van Aert a conclu parfaitement la domination de son équipe de la Jumbo-Visma. Son coéquipier Tiesj Benoot a mené le groupe au sommet du Muur-Kapelmuur, après avoir attaqué un peu plus tôt à partir d'un groupe de tête dont Van Aert faisait également partie, avec, entre autres, les autres favoris de la course Sonny Colbrelli (Bahrain-Victorious), Stefan Kung (Groupama-DSJ), Florian Vermeersch (Lotto-Soudal) et Tom Pidcock.

Puis, lorsque Benoot a été rattrapé dans la descente de cette montée, Van Aert était encore là pour faire son coup gagnant peu après. Leur performance contraste fortement avec celle de QuickStep-AlphaVinyl, qui était inhabituellement absent de tous les mouvements clés qui ont été faits tout au long de la course. Même lorsque la sélection décisive a été faite sur le Muur, peu de leurs coureurs étaient présent. Bahrain-Victorious et Groupama-FDJ étaient mieux représentés et ce sont eux qui ont tenté de rattraper Van Aert lorsqu'il a attaqué. Ils n'ont cependant rien pu faire pour arrêter le Belge, qui commence le printemps dans une très grande forme.

Le coureur du jour est sans aucun doute Victor Campanaerts (Lotto-Soudal), dont la course semblait destinée à se terminer prématurément lorsqu'il a chuté et a été contraint de changer de vélo plus tôt dans la course. Pourtant, il a persévéré et a eu la force non seulement d'être présent dans le final, mais même de sprinter pour terminer cinquième à l'arrivée.

Le résumé de la course

Les conditions étaient printanières pour la première classique flamande du week-end, épargnant aux coureurs les pavés mouillés, mais la fréquence incessante des montées a quand même provoqué un réveil brutal pour tous ceux qui se remettaient dans le rythme des courses belges.

En prévision des défis à venir, le peloton est resté relativement calme pendant la première phase de la course, permettant à une échappée de sept coureurs de prendre une avance maximale de plus de huit minutes. Dans ce groupe d'échappés se trouvaient Ben Healy (EF Education-EasyPost), Juri Hollmann (Movistar), Alexander Konychev (BikeExchange-Jayco), Quentin Jauregui (B&B Hotels-KTM), Ruben Apers (Sport Flanders-Baloise), Donovan Grondin (Arkea-Samsic) et Morten Hulgaard (Uno-X).

Mathijs Paasschens (Bingoal Pauwels Sauces WB) a tenté de les rejoindre, mais n'a pas réussi à combler l'écart, et a donc passé environ deux heures dans un no man's land entre l'écart toujours croissant entre les leaders et le peloton. Ce n'est que lorsque Paasschens a finalement été rattrapé à environ 115 km de l'arrivée que l'écart a commencé à se réduire, alors que le peloton augmentait le rythme en prévision de la fin de la course.

Le début des ascensions, à commencer par le Kattenberg, a provoqué de nombreuses petites attaques de l'avant du peloton, mais personne n'a réussi à se détacher jusqu'à Magnus Sheffield (Ineos Grenadiers) à l'approche du Valeknberg, à environ 70 km de l'arrivée se détache du peloton.  Sheffield a été rattrapé quelques kilomètres plus tard, par un peloton resté intact malgré une accélération de l'ancien vainqueur du Het Nieuwsblad Philippe Gilbert (Lotto-Soudal) dans le Valkenberg.

La tension a augmenté lorsque Jumbo-Visma a mené le peloton dans la section de pavés Holleweg, et une chute sur les pavés a vu plusieurs coureurs tomber, dont Victor Campanaerts (Lotto-Soudal) et Alessandro Covi (UAE Team Emirates). Dans la montée suivante, le Wolvenberg, Florian Vermeersch (Lotto-Soudal) et Loic Vliegen (Intermarche-Wanty-Gobert Materiaux) ont contré une attaque de John Degenkolb (DSM), et le duo a creusé un écart important sur le peloton.

Quelques coureurs du peloton ont essayé d'attaquer et de les rejoindre, mais seul Stefan Kung (Groupama-FDJ) a réussi à le faire, et a rejoint Vermeersch et Vliegen dans le secteur pavé de Kerkgate, à 50 km de l'arrivée. A ce moment-là, l'échappée initiale s'est divisée en plusieurs petits groupes, et Vermeersch, Vliegen et Kung ont rattrapé les retardataires. À 45 km de l'arrivée, ils ont rattrapé ce qui restait de l'échappée matinale  pour former un nouveau groupe de neuf hommes en tête de la course.

QuickStep-AlphaVinyl n'a pas participé au mouvement et a rejoint Jumbo-Visma pour mener la poursuite dans le peloton, qui avait plus de 30 secondes de retard sur les leaders. Le peloton est resté très homogène, et dans les routes exiguës Fernando Gaviria (UAE Team Emirates) a été impliqué dans une chute où il s'est notamment fracturé la clavicule. Peter Sagan (TotalEnergies) a aussi été distancé suite à un problème mécanique.

Avec un écart de 50 secondes, Nathan van Hooydonck de Jumbo-Visma a attaqué sur le Leberg, mais n'a pas réussi à lancer une attaque et le peloton est resté ensemble. Mais l'équipe a eu plus de succès dans la montée suivante, Berendries, avec une accélération de Tiesj Benoot, son coéquipier Wout van Aert et le duo Ineos Grenadiers de Tom Pidcock et Jhonatan Narvaez. Ils ont été rejoints par Sonny Colbrelli (Bahrain-Victorious), et ensemble, avec 26 km à parcourir, ces cinq coureurs ont rattrapé les six coureurs qui restaient devant eux : Kung, Vermeersch, Vliegen, Healy, Hollmann et Hulgaard.

De manière surprenante, QuickStep-AlphaVinyl a encore manqué le coup et a donc mené la poursuite dans le peloton, qui comptait désormais 30 secondes de retard. Mais malgré les gros moteurs d'Yves Lampaert et de Kasper Asgreen, aidés par les équipes UAE Team Emirates et Trek-Segafredo, ils n'ont pas pu revenir sur la tête de course.

À l'approche de la cruciale Muur-Kapelmuur, Benoot a attaqué en tête de la course à 20 km de l'arrivée, brisant la cohésion d'un groupe

Ses compagnons d'échappés ont été rapidement rattrapés au pied de la Muur, laissant juste Benoot en tête avec une avance d'un peu moins de 30 secondes avec un peloton très homogène à sa poursuite. Benoot a vu son avance s'évaporer dans la montée, alors que Matej Mohoric (BahrainVictorious) a pris la tête du peloton avec ceux de l'échappée précédente, dont Van Aert, Trentin et Colbrelli, à proximité. Benoot a été rattrapé dans la descente suivante, où la course s'est reformée avec plus de 20 coureurs encore ensemble.

Les attaques dans ces circonstances étaient inévitables, avec Oliver Naesen (Ag2r Citroen) parmi ceux qui ont tenté leur chance. Mais le grand mouvement s'est produit juste avant le Bosberg, à 13 km de l'arrivée, lorsque le favori de la course, Van Aert, a accéléré.

Van Aert a accentué son avance dans le Bosberg à une dizaine de secondes. Malgré les meilleurs efforts du groupe de poursuite, qui travaillait ensemble de manière avec une certaine cohésion, l'avance de Van Aert augmentait, et au 7ème km, elle atteignait 20 secondes puis 30 secondes. Il était ensuite trop tard pour espérer rattraper le Van Aert qui vient signer sa première victoire de la saison sur route.

Coordinateur We Sport FR - Passionné de cyclisme - #TeamPogi

Dernières publications

En haut