Cyclisme

10 choses à regarder dans le peloton du WorldTour en 2023

World Tour

Le calendrier a basculé en 2023 et la nouvelle saison masculine du WorldTour n'est plus qu'à quelques jours, avec le début de la campagne au Tour Down Under le 17 janvier. Toutes les équipes ne sont pas encore complètes, la destination de Mark Cavendish doit encore être confirmée.

Pogačar cherche à reprendre la couronne à Vinegegaard

cyclisme

Tadej Pogacar of UAE Team Emirates wearing the white jersey for best young rider and Primoz Roglic of Team Jumbo – Visma wearing the yellow jersey of leader in the overall ranking pictured at the start of stage 16 of the 107th edition of the Tour de France cycling race from La Tour-de-Pin to Villard-de-Lans (164km), in France, Tuesday 15 September 2020. This year's Tour de France was postponed due to the worldwide Covid-19 pandemic. The 2020 race starts in Nice on Saturday 29 August and ends on 20 September. BELGA PHOTO DAVID STOCKMAN
Photo by Icon Sport

Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) a connu une autre saison de domination presque occasionnelle en 2022, puisqu'il a remporté 16 victoires sur tous les terrains, dont une victoire sur Strade Bianche en mars et le troisième Monument de sa jeune carrière à Il Lombardia. Pour la première fois, cependant, Pogačar a rencontré son adversaire au Tour de France, où Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) l'a dominé au Col du Granon et à Hautacam pour le déposséder du titre.

Comme toujours, Pogačar devrait briller sur l'ensemble du calendrier en 2023, mais reconquérir sa couronne du Tour de France sera la pièce maîtresse évidente de sa campagne. Avant la victoire de Vingegaard en juillet dernier, par exemple, il y avait des rumeurs selon lesquelles Pogačar ferait ses débuts dans le Giro d'Italia en 2023, mais ces pensées ont disparu dès que le Slovène a rendu le maillot jaune.

La campagne 2023 de Pogačar aura pour but de le reconquérir, mais Vingegaard ne sera pas une sortie facile. Le Danois avait déjà égalé Pogačar coup pour coup pendant la deuxième moitié du Tour 2021 avant de prendre le dessus sur lui en juillet dernier, et la force en profondeur de son équipe Jumbo-Visma est étonnante. UAE Team Emirates a apporté quelques renforts pour 2023 avec l'arrivée d'Adam Yates, mais en fin de compte, Pogačar devra remporter la bataille en tête-à-tête contre Vingegaard. Attendez-vous à une course d'usure sur un parcours du Tour qui visite cinq chaînes de montagnes différentes, en commençant par les Pyrénées lors de la semaine d'ouverture.

Deuxième round pour Evenepoel et Roglič au Giro d'Italia

Evenepoel

28-08-2022 Vuelta A Espana; Tappa 09 Villaviciosa – Les Praeres; 2022, Quick Step – Alpha Vinyl; Evenepoel, Remco; Les Praeres; – Photo by Icon sport

Vingegaard n'est pas la seule menace à la prééminence de Pogačar dans le peloton contemporain. Remco Evenepoel (Soudal-QuickStep), après tout, a remporté le Vélo d'Or après une remarquable saison 2022 qui l'a vu gagner la Vuelta a España, les Championnats du monde sur route et Liège-Bastogne-Liège, bien que le Belge ait reporté ses débuts sur le Tour pour une autre saison, préférant apporter son maillot arc-en-ciel au Giro d'Italia.

Les quelque 70 km de contre-la-montre du parcours ont suffi à convaincre Evenepoel, mais même s'il sera le favori pour porter le maglia rosa à Rome, il ne manquera pas de concurrence, le Giro devant attirer sans doute son plus grand nombre de coureurs depuis que Chris Froome, Tom Dumoulin, Simon Yates et Thibaut Pinot se sont disputés le butin en 2018.

Le challenger le plus évident est Primož Roglič (Jumbo-Visma), l'homme qui a poussé Evenepoel au plus près lors de la Vuelta jusqu'à ce que sa course soit terminée par une chute. Avec Vingegaard installé comme leader de Jumbo-Visma au Tour, Roglič a été persuadé de revenir au Giro, où il s'est classé troisième au classement général en 2019. Le parcours à forte intensité de contre-la-montre sera à son goût, et il peut s'attendre à un large soutien local lorsque la course escaladera le Monte Lussari, à la frontière italo-slovène, le dernier week-end.

En effet, un duel Evenepoel-Roglič semble le scénario le plus probable, bien que Geraint Thomas (Ineos Grenadiers), Aleksandr Vlasov (Bora-Hansgrohe), Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et João Almeida (UAE Team Emirates) aient également confirmé leur participation à ce qui pourrait s'avérer être la course de la saison.

Evenepoel étant Evenepoel, bien sûr, il fera des nouvelles à travers le calendrier, en commençant par ses débuts à la Vuelta a San Juan. En ce début de saison, son face-à-face potentiel avec Pogačar au Tour des Émirats arabes unis sera particulièrement intéressant, tandis qu'il a signalé son intention de défendre son titre mondial à Glasgow en août.

Van Aert et Van der Poel reprennent leur duel sans fin

Avec Tom Pidcock (Ineos Grandiers), Wout van Aert (Jumbo-Visma) et Mathieu van der Poel (Alpecin-Deceuninck) ont illuminé le circuit de cyclocross pendant la période de Noël – un avant-goût, peut-être, de ce qui nous attend sur les pavés en mars et avril. Avant cela, bien sûr, Van Aert et Van der Poel ont la petite affaire de se disputer le titre mondial de cyclocross à Hoogerheide le mois prochain. Mais c'est leur duel potentiel sur les pavés qui met le plus en appétit, notamment parce que les circonstances ont limité leurs confrontations en 2022.

Van der Poel était absent lors des victoires de Van Aert à l'Omloop Het Nieuwsblad et à l'E3 Harelbeke, car il souffrait d'une blessure au dos. Van Aert, quant à lui, n'était pas là pour la deuxième victoire de Van der Poel au Tour des Flandres après avoir contracté le COVID-19 pendant la préparation de la course. Tous deux ont ensuite participé à une édition haletante de Paris-Roubaix, mais il était difficile de se défaire du sentiment qu'aucun des deux hommes n'était au sommet de son art cet après-midi-là.

Pendant ce temps, au Tour de France, Van der Poel est à la recherche de sa forme, tandis qu'une escarmouche aux Championnats du monde ne se concrétise pas non plus, le Néerlandais abandonnant prématurément après son arrestation pour agression (ultérieurement annulée) la nuit précédente.

L'éternel duel entre Van der Poel et Van Aert a déjà repris ces dernières semaines, et il devrait colorer une grande partie du printemps. Jumbo-Visma a ajouté Dylan van Baarle à une équipe redoutable qui comprend déjà Christophe Laporte, mais l'équipe Alpecin-Deceuninck de Van der Poel, qui fait désormais partie du WorldTour, continue de faire parler d'elle.

Van Aert et Van der Poel n'auront pas que des avantages, bien sûr. Pidcock espère être dans le coup à la tête d'une jeune et prometteuse équipe Ineos Classics, Pogacar a également prévu un retour au Tour des Flandres, tandis que Soudal-QuickStep va sûrement améliorer la campagne flamande de l'année dernière. Biniam Girmay (Intermarché-Wanty-Gobert), le vainqueur si sûr de Gent-Wevelgem l'année dernière, est également prêt à participer à une campagne classique complète pour la première fois, et il ne sera pas intimidé par le Ronde, tandis que le détenteur du record de l'heure Filippo Ganna (Ineos) vise Paris-Roubaix.

Le long chemin du retour d'Egan Bernal

Bernal

14-09-2022 Giro Della Toscana; 2022, Ineos – Grenadiers; Bernal Gomez, Arley; Pontedera; – Photo by Icon sport

Lorsque la nouvelle est tombée il y a un peu moins d'un an, il n'était pas certain qu'Egan Bernal puisse un jour remonter sur un vélo. L'horrible accident d'entraînement du Colombien, survenu le 24 janvier, lui a laissé des vertèbres fracturées, une fracture du fémur droit, une fracture de la rotule droite, un traumatisme thoracique, un poumon perforé et plusieurs côtes fracturées. Malgré toute la détermination apparente dans les messages postés par Bernal sur les réseaux sociaux depuis son lit d'hôpital, il semblait difficile d'imaginer qu'il puisse à nouveau porter un numéro.

Et pourtant, en août, Bernal était de retour dans le peloton au Tour du Danemark, et il a accumulé une douzaine de jours de course avant de subir une nouvelle opération du genou à la fin de la saison. Au cours de l'hiver, Bernal a confirmé son intention de participer au Tour en 2023, et il fait les premiers pas vers ce rendez-vous lorsqu'il s'aligne à la Vuelta a San Juan ce mois-ci. La logique veut que Bernal ne soit pas en mesure de rivaliser avec Pogacar et Vingegaard en juillet, mais le jeune homme de 25 ans a déjà défié les attentes avec son retour rapide à la compétition l'année dernière. Il serait malvenu de l'écarter.

Avant même son accident, Bernal était déjà l'une des figures les plus fascinantes de ce sport. Peu de coureurs d'un tel talent admettent aussi facilement et publiquement leur vulnérabilité, comme Bernal l'a fait lorsqu'il a parlé de la crise existentielle qui a suivi sa victoire sur le Tour 2019 : “J'avais gagné le Tour à 22 ans et je ne savais pas quoi faire de ma vie. C'était comme : quoi maintenant ?” Quelle que soit la manière dont il se déroule, le parcours de Bernal vers le Tour méritera d'être suivi de près.

Julian Alaphilippe cherche à prendre sa revanche

Grande-Bretagne

8th September 2021; Aberaeron, Wales; The AJ Bell Tour Of Britain 2021. Stage 4 Aberaeron to Great Orme in Llandudno. Julian Alaphilippe and Wout van Aert do battle for the stage win.
Photo by Icon Sport

Le manager de Soudal-QuickStep, Patrick Lefevere, n'est pas très porté sur la subtilité. Son équipe est peut-être de plus en plus construite autour d'Evenepoel, mais il exige toujours que tous les galactiques de l'équipe lui en donnent pour son argent. Le double champion du monde Julian Alaphilippe a connu une année 2022 décevante, avec des chutes et des maladies à tout bout de champ, mais son manager s'est concentré sur le résultat final lorsqu'il s'est entretenu avec La Dernière Heure cet hiver. “Julian a un salaire de champion, mais il a besoin de confirmer qu'il est toujours un champion”, a déclaré Lefevere. “Je veux qu'il rebondisse”.

Alaphilippe veut la même chose, bien sûr, et il s'apprête à assumer un calendrier de printemps particulièrement chargé, avec au menu les classiques pavées et les Ardennes. Son retour sur les courses flamandes, notamment, est particulièrement intéressant, car QuickStep, si longtemps la référence fin mars et début avril, n'était que l'ombre d'elle-même en son absence au printemps dernier.

À son meilleur, comme lors des championnats du monde d'Imola et de Louvain, Alaphilippe est certainement le meilleur coureur de la planète.

Les Championnats du Monde d'août changent la physionomie de la saison

Les premiers Championnats du Monde multidisciplinaires de l'UCI à Glasgow voient la course sur route passer à une date inédite – et unique – début août. La course sur route masculine a lieu le 6 août, deux semaines seulement après la fin du Tour de France, ce qui modifie considérablement la configuration de la saison.

Le changement le plus évident est que les Mondiaux favoriseront sûrement les coureurs qui sortent du Tour en forme, un peu comme les récentes éditions des Jeux olympiques. Pogačar, par exemple, a déjà fait part de son intérêt à viser les Mondiaux de Glasgow, tandis que Van Aert a, pour l'instant du moins, exclu de courir après le maillot vert afin de se ménager une chance d'atteindre les bandes arc-en-ciel quinze jours plus tard.

Les Mondiaux d'août laissent également un vide dans la dernière partie de l'année. Depuis la dernière réforme majeure du calendrier de l'UCI en 1995, la Vuelta a España a servi pour certains de course de préparation aux Mondiaux, tandis que des ajouts plus récents comme les GP de Québec et de Montréal étaient presque des répétitions générales de l'événement principal. Il semble peu probable, cependant, que le changement de date des Championnats du Monde dilue de manière significative les champs d'action au Canada ou en Espagne. Comme l'a démontré l'éprouvante bataille de relégation du WorldTour de la saison dernière, chaque point du WorldTour compte. En 2023, il n'y a pas de course de préparation.

Ayuso et la nouvelle génération prennent leur envol

Pogačar est encore éligible au concours du meilleur jeune coureur du Tour 2023, où un quatrième maillot blanc lui permettrait de dépasser le record qu'il partage avec Jan Ullrich et Andy Schleck, mais la prochaine génération a déjà fait sa marque au plus haut niveau, une tendance qui semble destinée à se poursuivre lors de la nouvelle saison. Le cyclisme, comme Pogačar et Evenepoel ont commencé à le suggérer en 2019, est de plus en plus un jeu de jeunes hommes.

Parmi ces jeunes hommes pressés figure le compagnon de Pogačar, Juan Ayuso, de l'équipe UAE Team Emirates, qui était encore à quelques jours de son 20e anniversaire lorsqu'il s'est classé troisième au classement général de la Vuelta de l'année dernière. L'Espagnol reviendra sur la course avec des intentions réalistes de victoire au classement général en 2023 – même si l'on peut se demander si ses capacités lui permettront d'être recruté dans l'équipe du Tour aux côtés de Pogačar.

Le proche contemporain d'Ayuso, Carlos Rodriguez, septième à la Vuelta, s'est distingué comme un leader du Grand Tour Ineos en attente, tout comme le nouvel arrivant Thymen Arensman, un vétéran relatif de 23 ans. Parmi les autres talents émergents à surveiller, citons Magnus Sheffield (Ineos), l'homme rapide Arnaud De Lie (Lotto Soudal) et Cian Uijtdebroeks (Bora-Hansgrohe), qui a tant impressionné en remportant le Tour de l'Avenir l'année dernière. L'avenir arrive de plus en plus vite de nos jours. Attendez-vous à ce que le Belge fasse des progrès significatifs en 2023.

Hindley et Vine relèvent de nouveaux défis

Hindley

Foto Gian Mattia D'Alberto/LaPresse
29 Maggio 2022 Verona, Italia sport ciclismo Giro d'Italia 2022 – edizione 105 – tappa 21 – Gara cronometro individuale – Verona – Verona (Cronometro delle Colline Veronesi) Nella foto: HINDLEY Jai (BORA – HANSGROHE) maglia rosa, vincitore Photo Gian Mattia D'Alberto/LaPresse
May 29, 2022 Verona, Italy sport Cycling
Giro d'Italia 2022 – 105th edition – stage 21 –
Individual time trial – Verona – Verona (Cronometro delle Colline Veronesi) – In the pic: HINDLEY Jai (BORA – HANSGROHE) pink jersey, winner – Photo by Icon sport

La victoire de Jai Hindley lors du Giro 2022 a confirmé ce que sa percée dans la même course deux ans plus tôt avait déjà suggéré. L'Australien et son équipe Bora-Hansgrohe ont couru intelligemment tout au long du Giro, choisissant leurs moments pour frapper. En surpassant Richard Carapaz pour remporter le maglia rosa sur la Marmolada l'avant-dernier jour, Hindley a prouvé que ses capacités d'endurance sont parmi les plus redoutables de tout le peloton.

En 2023, Hindley délaissera le Giro pour faire ses débuts sur le Tour de France. Avec seulement 22 km de contre-la-montre au menu en juillet, il pouvait difficilement espérer un parcours plus agréable. Pogačar et Vingegaard étaient dans une course à part l'année dernière, mais Hindley fait partie de la cohorte de coureurs qui cherchent à briser leur duopole. Il sera fascinant de voir jusqu'où il peut aller.

Le compatriote de Hindley, Jay Vine, élargit également ses horizons en 2022, en quittant Alpecin-Deceuninck pour UAE Team Emirates. Il est prévu qu'il fasse ses débuts au Giro d'Italia et, après ses étincelantes victoires en montagne lors de la Vuelta de l'année dernière, il sera l'homme à surveiller lorsque la route grimpera en Italie. Vine insiste sur le fait qu'il ne vise que les victoires d'étapes et le maillot de la montagne, mais sa relative inexpérience à ce niveau suggère qu'il y a une grande marge de progression – et aucun plafond évident pour ses ambitions futures en matière de classement général après 2023.

L'abondance de choix de Tom Pidcock

L'ère de la spécialisation est peut-être terminée, mais les coureurs de la dextérité de Tom Pidcock doivent toujours faire des choix difficiles. Le champion du monde en titre de cyclocross a confirmé ce week-end qu'il ne défendra pas son titre à Hoogerheide le mois prochain, préférant se préparer soigneusement à une campagne de classiques qui le verra s'attaquer à la Strade Bianche, au Tour des Flandres et aux classiques ardennaises.

Une maladie récurrente a limité Pidcock au printemps dernier, même s'il s'est tout de même classé troisième d'une édition particulièrement relevée de Dwars door Vlaanderen.

Pidcock se tournera alors vers le Tour de France, mais on ne sait pas encore sous quelle forme. Avec Thomas qui participe au Giro et Bernal dont la forme est incertaine, Pidcock – 16ème au classement général à ses débuts en juillet dernier – est un leader potentiel pour Ineos, même si l'homme lui-même n'est pas sûr que ce soit l'année idéale. “Un jour, je veux essayer de gagner le Tour”, a déclaré Pidcock à Cyclingnews en octobre. “Si je suis assez bon l'année prochaine, je ne sais pas”. Quoi qu'il en soit, ce sera l'une des histoires de la saison.

Cavendish et les sprinters visent le Tour

L'année dernière, le Tour a marqué une sorte de nadir moderne pour les coureurs rapides, avec seulement quatre étapes décidées par des sprints massifs. Malgré la succession de chaînes de montagnes sur le parcours de cette année, le terrain semble plus propice cette fois-ci, Mark Cavendish estimant qu'il y aura “sept ou huit” opportunités pour des coureurs comme lui en juillet.

Le pur sprinter semble de plus en plus être une espèce en voie de disparition dans le cyclisme moderne, mais plusieurs équipes ont déjà inscrit leurs hommes rapides à la sélection de juillet, avec Sam Bennett (Bora-Hansgrohe), Dylan Groenewegen (Jayco-Alula), Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck), Caleb Ewan (Lotto-Dstny) et Biniam Girmay (Intermarché-Wanty-Gobert) tous prêts à participer. Fabio Jakobsen, sans doute l'homme le plus rapide du peloton, sera sûrement présent pour Soudal-QuickStep, tandis qu'Arnaud Démare espère convaincre Groupama-FDJ de lui donner une autre chance de participer à la course.

Les premières intrigues, quant à elles, se concentreront sur le parcours de Cavendish jusqu'au Tour. Le Manxman n'a pas encore annoncé son équipe pour 2023, mais il a été en pourparlers avec Astana-Qazaqstan ces dernières semaines, et son transfert devrait être confirmé sous peu. L'homme de 37 ans détient déjà le record de victoires d'étapes sur le Tour (34), mais son désir de surpasser Eddy Merckx et de s'approprier la marque semble évident.


Dernières publications

En haut