100% Fan : Marcin, supporter polonais des Girondins de Bordeaux !



100% Fan la chronique faite pour vous, vous donnons rendez-vous sur WeSportFR pour une expérience 100% fan ! Une chronique conçue pour vous, les supporters, afin de partager vos souvenirs au stade, devant votre TV ou derrière votre poste radio. Ce rendez-vous entre vous et nous sera votre moment !

Aujourd’hui nous vous proposons de partir à la rencontre de Marcin, supporter polonais des Girondins de Bordeaux, et créateur du compte twitter @GirondinsPolska … vous êtes prêts ? C’est parti pour le moment 100% fan !

 

Bonjour Marcin, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Marcin Jablonski, j’ai 33 ans. Je suis polonais mais depuis 2 ans et demi, j’habite en Ecosse, à Édimbourg. Avant de venir en Grande-Bretagne, j’étais interprète/traducteur franco-polonais mais actuellement, je travaille dans la société des paris sportifs – William Hill. J’ai deux passions : le football et la France/langue française. J’aime bien écouter Claude François !

 

D’où te vient cette passion du football et plus particulièrement celle des Girondins de Bordeaux ?

Ma passion du football vient depuis tout petit. Comme quasiment chaque garçon, je passais mes après-midis en jouant au foot dehors et puis en le regardant à la télé. N’oublions pas que c’était une époque sans Internet et avec peu de matches diffusés comme maintenant. C’était la fête chaque mercredi quand il y avait un seul match de la Ligue des Champions a la télé !

Par contre, ma passion des Girondins de Bordeaux et généralement de cette ville, c’est une longue histoire. Tout a commencé en 2000 quand j’ai commencé l’apprentissage de la langue française au lycée. J’aimais cette langue si fort qu’en 2004, j’ai décidé des poursuivre ma scolarité à l’Université de Szczecin en faculté (Français langue étrangère). Ça à complètement changé ma vie. En novembre 2006, on organisait une semaine du département de la Gironde à l’université, j’étais responsable d’un groupe de trois chefs cuisiniers pendant leur séjour à Szczecin. J’ai sympathisé surtout avec l’un d’eux, Laurent, il était grand fan des Girondins. Il m’a invité pour passer mes prochaines vacances dans l’hôtel qu’il tenait avec sa mère, à Vendays à 80km de Bordeaux. Début 2007, j’ai eu la possibilité de partir étudier dans le cadre du programme ERASMUS et l’une des villes proposées par mon université était Bordeaux. J’ai fait mon choix et le 14 août 2007, j’ai fait mes premiers pas sur la terre bordelaise. Juste pour vous dire que comme il n’y avait pas de vols directs depuis la Pologne et comme les vols étaient généralement très cher à l’époque, j’ai fait mon voyage en bus qui durait 24 heures- 1900 km depuis ma ville natale (Świdwin) ! Mais mon record est de 32 heures ! J’ai passé mes vacances chez mon ami Laurent, puis j’ai fait mon Erasmus en passant des moments inoubliables et découvrant la ville et région. A ce moment, j’ai fait mes premières expériences avec les Girondins au stade Chaban-Delmas. Chaque année, jusqu’à 2012, je revenais à Bordeaux et à Vendays pour voir mon ami Laurent. Avec le temps, je suis devenu le parrain de sa nièce qui, elle, habite aussi dans la région bordelaise donc je suis très attaché à cette ville. En 2013, je suis devenu père donc beaucoup de responsabilités, j’ai déménagé en Ecosse et c’est pourquoi, j’ai eu une pause de 6 ans dans mes voyages à Bordeaux. Mais finalement, cette année-là, j’ai pu montrer la ville que j’aime à ma femme et mes deux filles. Mais pendant tout ce temps-là, je suivais l’actualité concernant les Girondins et je regardais leurs matches.

 

D’ailleurs, supportes-tu un autre club que Bordeaux ?

Non, uniquement Bordeaux. Par contre, je suis un grand fan de l’équipe nationale de la Pologne. Je suis venu en France pendant l’EURO 2016 pour voir le match entre la Pologne et l’Irlande du Nord qui a eu lieu à Nice lors duquel nous avons gagné 1:0. Cette année, j’ai fait le voyage à Moscou pour soutenir mon équipe lors du match contre le Sénégal, notre premier match de la Coupe du monde. Malheureusement, on a perdu 2:1 et ensuite on a été éliminé dès le premier tour. Grosse déception.

 


 

Suivais-tu le championnat français avant de venir en France ?

Pas spécialement, j’ai eu la connaissance générale de votre championnat, je connaissais bien sûr toutes les équipes mais j’ai commencé à regarder Ligue 1 grâce à Laurent qui suivait le multiplex chaque weekend. On faisait même les paris sportifs mais c’était trop imprévisible !

 

Y-a-t-il une différence pour toi entre le football français et le polonais ?

La plus grande différence est bien sûr la qualité des joueurs. On n’a pas en Pologne les grands noms du football comme en France et je ne parle pas seulement du PSG. Je sais bien que cette saison n’est pas parfaite s’il s’agit de la participation des équipes françaises en Europe. Nous n’avons aucune équipe polonaise dans la phase de poules ni à la Ligue des Champions ni en Europa League. À cet égard, c’est une année catastrophique pour le foot polonais, si on ajoute en plus une faible performance de la Pologne lors de la Coupe du Monde. Par contre, s’il s’agit des stades, il n’y a pas de quoi avoir honte ! Nous avons des très beaux stades. Pourt l’EURO 2012, on a été obligé de les construire et plusieurs stades sont apparus. En ce qui concerne les supporters, l’affluence moyenne est différente selon les clubs, de quelque mille a 20 000. Les chocs entre Legia et Lech peuvent être regardés par à peu près 30 000 supporters. Les fans polonais sont connus pour l’utilisation des fumigènes, surtout ceux de Legia Varsovie et je les trouve fantastiques à condition qu’ils ne soient pas jetés sur le terrain. Au début de novembre les fans de Legia ont fait le spectacle des fumigènes pour célébrer le centenaire de l’indépendance de la Pologne. Il faut aussi mentionner des tifos faits par les Varsoviens par exemple. L’incroyable tifo en 2017 en souvenir de l’insurrection de Varsovie montrant la scène de l’exécution d’un enfant par un soldat nazi sans tête. Tout ça pour ne pas oublier l’histoire et la montrer à tout le monde. Je dis oui à la consommation de l’alcool dans les stades mais avec la modération !

 

 

Te rappelles-tu ton premier match au stade à Chaban-Delmas ?

Mon premier match au stade Chaban-Delmas a eu lieu le 02/03/2008 contre le PSG, match gagné 3:0 par les Girondins. Par contre, ma première visite au Matmut était il y a 6 semaines lors du match perdu 1:2 contre Copenhague. J’étais très déçu, on a loupé le penalty juste avant la pause quand on a été mené 1:0, puis on a marqué mais finalement, ce sont les Danois qui ont pris 3 points. Mais le fait que j’ai eu une possibilité de voir les Girondins, découvrir le nouveau stade après tout ce temps, c’était un moment inoubliable pour moi.

 

Quel est ton plus beau souvenir lié au club ?

Il y en a beaucoup ! Le titre de Champion de France en 2009, Coupe de France en 2013, le bon parcours en Ligue des Champions en 2009/10 mais je vais vous dire quelque chose d’autre. En 2010, je faisais ma saison d’hiver aux Alpes pour gagner un peu d’argent après la fin de mes études, et un jour il y a avait un match entre Bordeaux et l’OM en Ligue 1. Mon ami et moi étions les seuls bordelais dans un pub plein de supporters de l’OM, et quand les Girondins ont marqué un but, il y a eu un silence complet ! Nous étions les deux seuls à crier et fêter ce but… Imaginez-vous ça ! Beau souvenir !

 

Plusieurs joueurs polonais sont passés dans les rangs des Girondins, si tu ne devais n’en citer qu’un seul, lequel ce serait ?

Quand je dis Bordeaux, je pense à Krychowiak qui malheureusement n’a pas eu une vraie chance chez les Girondins, l’exploit de son talent était à Reims et puis à Séville mais c’était Bordeaux qui l’a fait venir de Pologne pour le former. Il est actuellement l’un des joueurs les plus importants dans notre équipe nationale. Il est toujours proche de la France, même sa fiancée est bordelaise ! (rires)

 

Comment est venue l’idée de créé le compte Twitter @GirondinsPolska ? Tu le gères seul ?

Oui, je le gère seul. Comment ? Il y a un peu plus qu’un mois, au début d’octobre, j’étais à Bordeaux après 6 ans de pause. J’ai eu une occasion de voir le nouveau stade pour la première fois de ma vie et toutes ces émotions m’ont donné envie de faire quelque chose pour mon club de cœur. En plus, je suis tombé sur un article parlant d’un polonais qui a créé ce genre de compte pour le club italien – Napoli.  Maintenant, il coopère avec le club et le weekend dernier, il était invité pour voir le match de Napoli contre Gênes. Les choses sont un peu plus faciles pour lui parce qu’il y a deux polonais dans l’équipe napolitaine ! Il y a plus d’intérêt pour les matches de ce club en Pologne que par exemple ceux de Girondins de Bordeaux. Mais cette histoire m’a inspiré et donné beaucoup de motivation.

 

 

D’ailleurs le compte Twitter officiel du club te suit, belle preuve de soutien. Est-ce que tu souhaites développer GirondinsPolska sur d’autres réseaux sociaux ou même sur un site internet ?

Mon compte n’est pas seulement suivi par le compte officiel de FCGB mais aussi par Ludo Obraniak ainsi que l’un des meilleurs journalistes sportifs en Pologne : Mateusz Borek. Ça me donne envie de travailler encore plus. FCGB n’est pas si populaire en Pologne comme PSG, Monaco ou même Lyon donc c’est pourquoi grâce à mon compte, je voudrais transmettre des informations importantes venant du club, les résultats des matchs etc.

Ça ne fait pas longtemps que j’ai créé le compte Twitter donc je me concentre sur son développement pour l’instant. Pour moi, sa qualité est très importante. En ce qui concerne mes plans pour le futur, effectivement, je pense que ce sera la création du fan-page sur Facebook et peut-être le site Internet. Au départ, tous les tweets devaient être en polonais mais vu le nombre des Français qui me suivent, la plupart de mes messages sont franco-polonais

 

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Que mon compte Twitter devienne le compte officiel des Girondins en version polonaise ?

 



A propos de l'auteur

Amoureuse du ballon rond depuis mon plus jeune âge, j'essaye d'exploiter mes talents sur les terrains depuis quelques années, même si mon profil ressemble à celui de Gregory Vignal. Le sport est ma religion, l'humour mon passe-temps.

Poster un commentaire

ipsum Nullam sit massa Sed id pulvinar dolor.