100% Fan reçoit FX, supporter marseillais membre de Twitt’OM Talk Show !

100% Fan, la chronique faite pour vous, se met aux couleurs de l’OM.

 

Chaque semaine nous vous donnons rendez-vous pour une expérience 100% fan ! Une chronique conçue pour vous, les supporters, afin de partager vos souvenirs au stade, devant votre tv ou derrière votre poste radio. Désormais ce rendez-vous hebdomadaire rempli d’anecdotes, de joie, d’émotion et de rires, sera votre moment ! Aujourd’hui WeSportFR vous propose de partir à la Rencontre de FX, supporter passionné de l’OM, également membre de la team Twitt’OM Talk Show .. Vous êtes prêts ? C’est parti pour le moment 100% fan !

 

Salut FX, WeSportFR est très heureux de pouvoir te poser quelques questions pour notre chronique. Peux-tu te présenter à nous ?

 

Je suis un francilien de naissance, après une scolarité dans l’Yonne, j’ai retrouvé ma Seine et Marne natale où j’y travaille maintenant depuis 18 ans dans un laboratoire agroalimentaire. Mes passions sont très éclectiques, ça part du foot en passant à la théologie jusqu’à la politique dont je suis extrêmement friand ou encore le dessin, la photo, et la psychologie.

 

Tu es supporter de l’Olympique de Marseille. D’où te vient cette passion ? Pourquoi l’OM ?

Mon père était un auxerrois de naissance, ma mère qui avait une haine viscérale pour Guy Roux  adorait titiller mon père. Elle était pour Marseille car elle y avait des amis et aimait sincèrement cette ville, au point d’y descendre pour s’y faire opérer.

Du coup lors d’une demi-finale de coupe de France en 1989, l’OM et l’AJA s’affrontèrent, j’entendais ma mère hurler comme une folle d’avant la tv et invectiver mon père, par curiosité, j’ai vu que c’était le match qui provoquait cette ambiance. Je reste à regarde le spectacle, et je vois Papin marquer, danse de la joie de ma mère !

Jusque-là, ça avait attiré mon attention mais sans plus..

Plus tard, arrive la finale contre Monaco et ce magnifique 4-3 pour l’OM, au bout de 20 min JPP inscrit un doublé, je suis subjugué, fasciné. Au terme de cette finale, impossible d’oublier ce que j’ai vu, quelques jours plus tard je vois une photo de JPP dans Onze Mondial levant le doit en l’air, j’imite le geste… ça y’est, terminé, l’OM venait de me rentrer dans le sang.

J’avais 9 ans à ce moment-là et 6 mois après j’ai pu aller les voir jouer à Cannes en déplacement, puis à Auxerre, j’ai vu Papin marquer lors de ces 2 matchs, puis j’ai gardé les 2 gros yeux globuleux d’Enzo Francescoli en mémoire, il avait un regard si particulier !

 

On vient de parler de ton tout premier match, ton joueur fétiche de l’époque. Quelle est la chose la plus folle que tu aies pu faire pour ce club ?

 

Je te répondrais surmonter ma peur de l’avion pour les matchs européens. Ou bien faire seul en voiture les 700km qui me séparent du vélodrome. Ou encore prévenir une copine au début d’une histoire que l’OM sera là et toujours là. Comme la majorité des supporters, des histoires sont passées mais nos clubs sont restés.

 

Quel déplacement t’a le plus marqué ? Pour l’ambiance, la distance ou encore pour le match en lui -même ?

 

J’ai aimé retourner à la Beaujoire en 2015 pour y voir une nouvelle génération de supporters très jeune apporter un vrai souffle et une vraie ambiance. Les animations de la brigade Loire sont un très joli spectacle visuel. Je suis content pour eux, pour le club.

Le Parc des Princes avant le plan Leproux pour un classico était fabuleux, tes oreilles sifflaient jusqu’à 3/4h du matin tant la résonance du stade est monumentale.

Le stade de San Siro est architecturalement quelque chose d’incroyable, les fameuses tours à grimper pour rejoindre le parcage visiteur c’est impressionnant, j’ai vu des gens qui avaient forcé sur l’apéro d’avant match caler dans l’ascension, je ne sais pas combien elles mesurent en hauteur, mais plus tu montes, plus tu en vois qui s’arrêtent pour reprendre leur souffle. Et effectivement, nous pouvons voir ce fameux effet d’optique ou tu as l’impression qu’elles tournent sur elles-mêmes.

Après j’ai assisté à ce 5-5 surréaliste à Lyon. Même si des matchs anodins m’ont procuré d’avantage de plaisir que des grosses affiches

Mon premier match au vélodrome en 91, 2-0 face à l’ASSE, restera inoubliable.

 

Quel est ton premier maillot ? Il était floqué ?

 

Mon premier maillot je l’ai eu en 90, j’avais 10 ans, le mythique Adidas Panasonic avec les bandes au niveau des biceps.

Impossible de faire un flocage, j’ai très vite compris que les joueurs étaient que de passage, et que tu pouvais vite te retrouver à porter un fardeau. Imagine ceux qui ont floqué Lassana Diarra lors de son passage à l’OM.

 

Quel joueur t’a donné les larmes aux yeux par son amour du maillot ?

 

Un joueur très pro peut parfois avoir plus de valeur à mes yeux qu’un amoureux du maillot, ainsi, le passage de Gaby Heinze m’aura marqué énormément.

Il y’avait un mec très amoureux du maillot de Marseille qui m’a donné les larmes aux yeux, mais pas de joie, plutôt de dépit, puisqu’il s’agissait d’Ibrahima Bakayoko.

 

Quel joueur t’a le plus déçu depuis toutes ces années ?

 

Ivan De La Peña sans hésitation, ce joueur qui arrivait à Marseille devait être un crac, une méga star, finalement il aura traversé une saison comme un fantôme suite aux blessures à répétition. Et quand tu apprends par la suite que c’était surtout à cause de ses dents de sagesses qu’il était autant fragile, bah tu tombes de très haut.

 

Tu fais partie de @TwittOMTalkShow ! Tu peux nous en dire un peu plus ? Comment est né ce projet en quoi consiste-t-il ?

 

Nous avons fondé avec un petit groupe d’amis un talk, qui consiste à débriefer l’actu et les matchs de l’OM le plus objectivement possible. Le but étant d’être une alternative à la centralisation des médias qui ne cessent de promouvoir l’hégémonie parisienne, et ce, presque malgré eux.

Nous y avons déjà reçu de nombreux journalistes confirmés comme Mathieu Grégoire, Alexandre Jacquin ou encore Pierre Ménès.

Vous savez comme moi que les médias sont méprisants de la L1 en général, les médias principaux sont tous siégés à Paris, inconsciemment je pense qu’ils sont régionalistes.

Du coup pour éviter leurs condescendances vis à vis de nous, on préfère parler de l’OM entre nous, en bien ou en mal, mais de manière objective s’en jouer le concours de qui a la plus grosse en L1.

Sachant que nous entretenons de très bons rapports avec beaucoup de supporters d’équipes adverses.

Au départ nous aurions tellement voulu inviter justement des twittos adverses les veilles de matchs, malheureusement notre pseudo succès relatif à attirer des journalistes confirmés et ça ne nous laisse plus trop le temps, ça nous oblige à maintenir un certain niveau d’invité maintenant. Mais je suis content de voir votre démarche de parler avec tout type d’horizon de supporters, c’est le genre d’idée que j’y ai toujours eu au fond de moi !

Selon l’évolution de ce que nous avons entrepris, j’aimerais un jour qu’il y’est une ouverture sur les supporters adverses pour une quelconque rubrique. Mais nous interagissons beaucoup avec nos auditeurs en direct en leurs répondant à leurs questions sur le tchat, c’est important, car ils ont La parole.

Hors de question qu’ils subissent nos avis sans donner les leurs.

 

Si tu avais la chance de devenir président de ton club pour 24 heures uniquement. La journée du prochain match.. Que ferais-tu ?

 

Question sincèrement compliquée. En 24h un président a peu d’action qu’il peut conclure.

Alors je passerais ma journée à motiver les troupes en vue du match. Puis j’irai pendre un bain de foule pour l’apéro au abord du stade, Tournée générale !

 

Pour toi qui mouille le plus le maillot cette saison ?

 

Sakai a une vraie culture du combat, et je dois bien l’admettre, même si je ne suis pas fan d’Ocampos, il illustre bien l’expression malgré tout.

Après, mention spéciale à Mitroglou qui arrive à terminer un match avec un maillot plus sec qu’avant le coup d’envoi.

Pour ou contre l’alcool dans les stades

 

Je vais répondre diplomatiquement contre, avec tous les bars autour des stades, y’a moyen d’avoir son compte avant d’aller aux matchs

 

La sécurité matérielle est t-elle suffisante en parcage ?

 

Très bonne question ! Déjà je tiens particulièrement à remercier mon slip qui m’a permis de sauver mon briquet à la fouille lors du dernier déplacement à Caen.

Après, vu le nombre de matchs que j’ai effectué à l’extérieur, je n’ai jamais rien vu qui m’ait étonné d’un point de vue sécurité, donc je pense que c’est suffisant.

 

En parlant d’extérieur, est ce qu’il y a un stade que tu admires pour son ambiance, son accueil ?

 

En Bretagne nous sommes souvent très bien accueillis, ce qui est moins le cas dans le Nord qui pourtant est une région très accueillante, dommage que ce soit moins le cas au niveau du foot. La palme revient à Lille ou l’organisation préfectorale et du club sont infâmes !

Je ne parle pas de Lyon ou ta tronche est prise en photo, ou tu dois enlever tes chaussures, et t’es à la limite de la sonde anal.

Je souhaites notamment féliciter Strasbourg et son stade, son ambiance. C’était un super déplacement à faire cette saison, y avait un parfum européen au niveau de la tension. Notre parcage  olympien a dû mettre de l’intensité pour se faire entendre. Franchement, respect pour La Meinau.

Le parc des princes lui, ce n’est vraiment plus ce que c’était, les classico à Paris n’ont plus vraiment d’intérêt tant au niveau de l’ambiance que sportivement.

 

 

Au contraire, quelle équipe aimes-tu recevoir au vélodrome ?

 

Toutes, pour qu’elles admirent le vélodrome.

Après, le classico c’est forcément particulier, Lyon et Nice ça a une bonne saveur également.

Maintenant je déplore toutes ces interdictions de déplacement. Ça devient aberrant.

 

Tu parles d’interdictions, les clubs sont souvent sanctionnés à cause des utilisations des fumigènes. Qu’en penses-tu ?

 

Les fumigènes n’ont jamais réellement causé d’incident quand tu retraces les faits. Les pétards agricoles eux ont en effet causé des problèmes. Je comprends que tous les pyros soient interdits, mais je regrette réellement l’absence de fumi, car visuellement c’est un spectacle incroyable.

Quel a été le moment le plus fort émotionnellement que tu as vécu avec l’ OM ?

 

Je pense la double confrontation en 1/4 de final contre le Milan (1-1 / 1-0) restera ma plus forte émotion avec l’OM. C’était dantesque, nous rentrions dans la cour des grands. Avec le scénario du pilonne au vel qui tombe en panne, l’amnésie de Waddle.

A l’opposé, une émotion forte mais de déception, fut la main de Vata contre Benfica en 1/2 final de LDC.

 

Un regret ?

 

Avec toutes ses nombreuses finales perdues en coupe d’Europe ou en Coupe de France, oui, il y’en a pas mal.

 

Et pour finir, qu’est-ce qu’on peut souhaiter à l’OM pour 2018 ?

 

Pour finir : je ne vais pas être très original, mais pour cette année civile, je souhaite à tous les supporters de l’OM une qualification en LDC bien évidemment.

Et dans cette époque où notre système est commercial et matérialiste, je me rends compte que bonne masse de supporters vivent plus intensément les mercatos qu’une saison régulière sportive, donc je vais également leurs souhaiter un mercato estival ambitieux.

 

Nous remercions FX pour sa disponibilité et lui souhaitons une bonne continuation dans sa vie de passionné.

 

Charlotte Gruszeczka.

 

A propos de l'auteur

Amoureuse du ballon rond depuis mon plus jeune âge, j'essaye d'exploiter mes talents sur les terrains depuis quelques années, même si mon profil ressemble à celui de Gregory Vignal. Le sport est ma religion, l'humour mon passe-temps.

Poster un commentaire

et, Phasellus vel, quis, ante. libero. neque. consectetur ut id