Amstel Gold Race 2010 : la première de Philippe Gilbert

0
Ligue 1

Après une dernière année réussie chez La Française des jeux, Philippe Gilbert a signé durant l’hiver 2008 au sein de la Silence-Lotto pour les trois prochaines saisons. Il a continué à briller sur les courses d’un jour avec des succès sur la Coppa Sabatini, sur Paris-Tours, le Tour du Piémont et le Tour de Lombardie (son premier Monument). Il s’est classé également 3e du Tour des Flandres, 4e de l’Amstel Gold Race et de Liège-Bastogne-Liège. Sans oublier qu’il a décroché sa première étape en Grand Tour sur le Giro. Pour sa deuxième saison, il a poursuivi d’être un véritable leader sûr (3e du Tour des Flandres, de Gand-Wevelgem et de Liège-Bastogne-Liège). Mais on va se concentrer sur une classique où il s’imposera à 4 reprises : l’Amstel Gold Race.

Au départ de Maastricht, sous le soleil, 177 coureurs se sont élancés pour la 45e édition de la course Néerlandaise longue de 257,4 kilomètres. Philippe Gilbert avait comme principaux adversaires le tenant du titre Sergueï Ivanov, les frères Schleck, le vainqueur de 2008 Cunego ou encore Robert Gesink. De nombreux coureurs étaient absents comme dont Alejandro Valverde (Caisse d’Épargne), Carlos Sastre (Cervélo TestTeam) et Bradley Wiggins (Team Sky) à cause de l’éruption de l’Eyjafjöll en Islande et de son nuage de cendre qui a bloqué les aéroports.

D’abord, rapidement, sept coureurs ont lancé l’échappée matinale (Valls, Scherlinckx, Wrolich, Delfosse, Van Groen, Dupont et Van Vooren). Leur avance a atteint au maximum les 6 minutes et 10 secondes.

À 90 kilomètres, Rafal Valls est lâché par ses compères de fugues alors que l’écart est descendu à trois minutes. Dans le peloton, les routes étroites et techniques ont provoqué des chutes. Tandis que la Rabobank, la Lampre-Farnese Vini, et la Saxo Bank ont par la suite réduit fortement l’écart.

À 40 kilomètres de l’arrivée, la fugue est terminé pour les hommes de tête.

Puis, on a assisté à des premières attaques de Marcato dans le Kruisberg et d’Andy Schleck. Mais, Damiano Cunego (Lampre-Farnese Vini) a obligé Gilbert à le neutraliser à 15 kilomètres dans le Fromberg et ses 1500m à 5 %, alors qu’Ivanov a tenté sa chance dans la descente suivante accompagné de Jurgen . Dans le Keutenberg, il a distancé le grimpeur Belge. Mais, derrière, un groupe de cador avec Frank Schleck, Cunego, Aleksandr Kolobnev et surtout Gilbert) s’est formé pour faire la jonction dans la descente.

À 11 kilomètres de la fin, Gilbert a lancé une banderille dans un faux plat montant mais le Wallon est repris par le groupe de chasse deux kilomètres plus loin.

Ensuite, l’autre coureur de la Katusha Kolobnev a réussi à prendre quelques secondes d’avance sur un peloton d’une trentaine de coureurs qui a abordé auparavant le quatuor de chasse.

Le Russe a abordé l’ultime montée du Cauberg avec quelques mètres d’avance. Après avoir repris l’homme de tête, Gilbert a fait la décision au milieu du Cauberg avec son punch en contraint Bert De Waele (Landbouwkrediet).

Au sommet, il s’est imposé avec quelques longueurs d’avance sur Ryder Hesjedal et Enrico Gasparotto. Le Belge a pu savourer ce succès quelques mètres avant la ligne. C’était la première victoire de la saison de son équipe Omega Pharma et la Belgique a trouvé un successeur à Johan Museeuw, 16 ans après.

Le lendemain, il annoncera qu’il prolonge son contrat avec Omega Pharma-Lotto de deux ans. En préparation des championnats du monde, il remportera la troisième et la dix-neuvième étape du Tour d’Espagne. Il portera durant cinq jours le maillot rouge de leader. Favori des Mondiaux de Melbourne, il est sorti dans la première montée du dernier tour de circuit. Se retrouvant seul en tête, il a du faire face au vent. Alors, il se fera rattraper à 3 kilomètres de l’arrivée. Il terminera finalement dix-huitième.

Photo : RTBF

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here