Championnats Etranger

Bayern Munich : Comment préparer l’après Lewandowski ?

Robert Lewandowski Bayern Munich

L'ère de Robert Lewandowski au Bayern Munich touche à sa fin. L'attaquant polonais, qui a inscrit 344 buts en 374 matchs de compétition pour la formation allemande, a clairement fait savoir qu'il souhaitait partir cet été.

“Mon histoire avec le Bayern est terminée. Je ne vois plus aucune possibilité de jouer pour ce club”, a déclaré Lewandowski lors d'une conférence de presse avec l'équipe de Pologne. Ce sont des mots durs venant de l'un des piliers du Bayern au cours des 10 dernières années. Lewandowski, conseillé par l'agent Pini Zahavi, a préféré la confrontation au dialogue avec son club pour forcer un transfert.

Ces dernières semaines, la direction du Bayern a déclaré à plusieurs reprises que Lewandowski n'était pas à vendre, mettant en avant son contrat qui court jusqu'en 2023. Cependant, l'attaquant, qui aura 34 ans en août, a l'intention de signer un dernier contrat lucratif cette année et a choisi le FC Barcelone comme destination pour ce qui sera probablement la dernière étape de sa carrière.

Il a un accord verbal avec le club catalan pour un contrat de trois ans. Ce transfert potentiel pourrait toutefois prendre du temps, car le FC Barcelone est soumis à une stricte surveillance financière de la part de la ligue espagnole et ne peut pas facilement payer une indemnité de transfert d'environ 40 millions d'euros.

Le départ de Lewandowski n'est cependant qu'un problème parmi d'autres pour un club considéré comme une superpuissance européenne pendant plus d'une décennie, mais qui risque aujourd'hui de se retrouver encore plus loin derrière les meilleurs clubs du continent.

Un top club européen mais pas si riche que cela

La défaite en quart de finale de la Ligue des champions de cette année face à Villarreal a soulevé des questions sur la compétitivité du Bayern en dehors de la Bundesliga. Gagner le championnat pour la dixième fois consécutive ne signifie pas grand-chose, car la concurrence nationale, y compris le Borussia Dortmund, est loin derrière le Bayern.

En revanche, le Bayern mène une bataille difficile sur le plan international en raison de contraintes financières. Après avoir atteint les demi-finales de la Ligue des champions lors de huit des 13 dernières saisons, le Bayern a été éliminé au stade des quarts de finale au cours des deux dernières années – et il est à craindre que la situation ne s'aggrave.

Le Bayern peut compter sur des sponsors fiables mais n'a pas de propriétaires milliardaires. En conséquence, leurs liquidités ont diminué de 221 millions à 113 millions d'euros au cours des deux dernières années, principalement en raison de l'impact de Covid-19 sur les flux de revenus. Une nouvelle baisse à 60 millions d'euros est attendue.

Le Bayern n'est tout simplement pas en mesure de suivre le Paris St-Germain, Manchester City ou le Real Madrid sur le plan économique. Il doit donc agir de manière extrêmement intelligente sur le marché des transferts et maintenir une culture de la victoire.

Mane peut-il être le sauveur du Bayern ?

Le Bayern a déjà fait la paix avec le fait qu'il perdra son meilleur attaquant cet été et prépare un avenir sans Lewandowski. Selon des sources au sein du club, leur plan prévoit de jouer avec une attaque fluide à trois et non avec un “homme cible”. Alors que le Bayern s'intéresse aux numéros 9 traditionnels comme l'Autrichien Sasa Kalajdzic et le Slovène Benjamin Sesko, 19 ans, les dirigeants du club et le manager Julian Nagelsmann savent qu'ils ne pourront pas remplacer Lewandowski de manière adéquate.

Il n'y a qu'une poignée d'attaquants du niveau de Lewandowski et aucun d'entre eux n'est disponible pour le Bayern. Nagelsmann envisage donc une attaque à trois comme le Liverpool de Jurgen Klopp, car Leroy Sane, Thomas Müller, Kingsley Coman et Jamal Musiala conviennent à une telle configuration.

Le Bayern a également approché l'entourage de Sadio Mane et travaille dur sur un accord avec l'attaquant sénégalais, bien qu'il y ait encore quelques questions financières à résoudre dans ces négociations. Il ne remplacerait pas Lewandowski, mais il pourrait être considéré comme une signature importante pour l'équipe allemande et pourrait empêcher le Bayern de prendre encore plus de retard au niveau européen.

Failles et vieillissement de l'effectif

À un moment où le calme et la cohésion sont nécessaires, le Bayern est plus déstabilisé qu'il ne l'a été depuis plusieurs années. Nagelsmann et le directeur sportif Hasan Salihamidzic ont des avis divergents sur de nombreux points, dont le vieillissement de l'effectif. Un nombre croissant de joueurs semblent également mécontents de leur situation.

“Je ne peux pas imaginer une bonne coopération après tout ce qui s'est passé ces derniers mois”, a récemment déclaré Lewandowski. Nous ne savons pas si sa déclaration n'était qu'un moyen de forcer un transfert ou si elle reflète son opinion honnête, mais elle est un bon fourrage pour ceux qui ont critiqué la communication au sein du club.

Serge Gnabry est un autre joueur clé qui pourrait bientôt quitter le navire. Comme pour Lewandowski, les incitations financières ne sont pas la principale motivation de l'ailier allemand lorsqu'il envisage son départ, car le Bayern lui a récemment fait une offre de prolongation lucrative. Il estime plutôt qu'il n'est pas assez respecté.

Nagelsmann lui-même n'est pas apprécié par tout le monde dans le vestiaire, ce qui pourrait provoquer des dissensions si le Bayern traverse une période creuse au cours des premiers mois de la saison prochaine et s'habitue à jouer sans Lewandowski. La façon dont les champions allemands, l'une des machines les mieux huilées du football européen au cours de la dernière décennie, négocient les premières semaines de la saison prochaine sera un indicateur important de la façon dont ils aborderont avec succès leur avenir incertain.


Dernières publications

En haut