Benoit Trémoulinas : “Mon état physique ne me permet plus de poursuivre ma carrière de footballeur.”

Depuis Mai 2017 et la fin de son contrat avec le FC Séville, Benoît Trémoulinas est libre comme l’air. Malheureusement, l’ex-bordelais fait face à des problèmes récurrents de blessure depuis son opération au ménisque droit en mai 2016. Ce 14 février, jour de Saint-Valentin, il annonce sa rupture avec le football professionnel et confirme sa retraite des terrains.

 

Un pur produit bordelais qui s’est révélé à Chaban-Delmas

Formé aux Girondins de Bordeaux qu’il rejoint dès l’âge de neuf ans, Benoit Trémoulinas s’est imposé dans ses terres natales. Le jeune franco-réunionnais intègre sur le tard l’équipe professionnelle en 2007 à l’âge de 22 ans. Au départ ailier gauche, il est repositionné arrière gauche par Laurent Blanc lors de arrivée dans le groupe professionnel.

Durant cette première saison dans l’élite, il dispute 20 rencontres T.C.C. dont 7 rencontres européennes (Ligue Europa). Le joueur de poche se distingue comme un défenseur vif, technique et une lecture de jeu hors norme.

Petit à petit, à force de jouer des bribes de match, il parvient à mettre Franck Jurietti sur le banc et ravir la place de titulaire dès la saison suivante. En six ans aux Girondins, il dispute 222 matchs. A son actif, il compte un doublé Ligue 1-Coupe de la Ligue en 2009 et une Coupe de France en 2013. Son empreinte au club reste marqué et beaucoup de supporters gardent de beaux souvenirs de sa carrière en France.

Il honorera la première de ses cinq sélections en Équipe de France (toutes en matchs amicaux) le 14 novembre 2012 face à l’Italie. Didier Deschamps le sélectionne dans la liste des réservistes pour la Coupe du Monde 2014, mais ne sera pas convoqué pour la liste finale.

Si Benoit Trémoulinas était un verre de Bordeaux, il serait vif, souple et gras. Onctueux sans être creux et avec bon goût sans acidité particulière. Un bon vin, en quelque sorte.

 

Un départ en Ukraine en demi-teinte

En juillet 2013, alors qu’il ne lui reste qu’un an de contrat aux Girondins de Bordeaux, le latéral décide de quitter la France. Direction le Dinamo Kiev pour un montant de 6,5 millions d’euros. Barré par la concurrence et des choix de l’entraineur, il ne dispute que 17 rencontres T.C.C en deux ans. Il sera crédité tout de même d’un trophée : la Coupe d’Ukraine en 2014. Il effectue un prêt de six mois en janvier 2014 à Saint-Étienne où il retrouve du temps de jeu et une place de titulaire. Malheureusement, le club du Forez ne lèvera pas l‘option d’achat de 4 millions d’euros car les négociations entre son agent et les deux clubs n’aboutissent pas. Il quittera tout de même le club durant cet été 2014 en rejoignant le FC Séville pour 2,5 millions d’euros.

 

La renaissance en Espagne et une expérience qui se termine sur une blessure

La première saison en Espagne s’avère concluante : il assure un rôle de rotation sur le côté gauche avec Fernando Navarro et dispute 10 rencontres comme titulaire en Ligue Europa, qu’il remportera cette année-là. C’est alors le début d’une renaissance à 30 ans du joueur.

La seconde saison, Navarro parti, il s’impose comme le nouveau titulaire. Et cette année démarre de la bonne manière une saison pleine en championnat et une campagne européenne qui a vu Séville être repêché en Europa Ligue après un groupe de la mort en Ligue des Champions (Juventus, Manchester City et Mönchengladbach). Malheureusement, des problèmes de genoux l’écarte des terrains durant le mois d’avril.

Mais le début de la fin se dessine le 5 mai 2016. Benoit Trémoulinas est contraint de quitter le terrain durant la demi-finale retour de Ligue Europa face au Shakthar Donetsk. Le verdict tombe : rupture au ménisque externe du genou gauche qui exige une intervention chirurgicale. Saison terminée pour le Frenchie qui ne disputera pas la finale victorieuse de Ligue Europa et voit ses chances de sélection pour l’Euro 2016 partir en fumée.

Suite à cette blessure, il ne jouera plus jamais pour les Andalous. La saison 2016-2017 reste vierge et il est laissé libre.

 

Depuis mai 2017, Benoit Trémoulinas n’a pas signé de contrat avec un club. La faute à des complications au niveau de sa blessure et trois opérations du genou en deux ans et demi. C’est aujourd’hui la fin de la carrière d’un joueur muet mais qui a su laisser sa trace dans le cœur des supporters bordelais. Un palmarès garni et 11 ans au niveau professionnels réussis. Bravo l’artiste !

A propos de l'auteur

Rédacteur football, basket, eSport pour We Sport FR et chroniqueur radio pour l'émission Soyons Sports à Shalom Besançon. Fan du FC Sochaux depuis qu'un certain Teddy Richert a fait des merveilles en finale de Coupe de France 2007.

Poster un commentaire

Sed consectetur venenatis, eleifend sit dapibus Aenean ut ut