Catch

Catch – WWE : son retour, le Covid, Reigns, Bryan… Edge nous dit tout avant WrestleMania !

Edge

Contraint de prendre sa retraite en 2011, Edge participera au combat principal de WrestleMania 37 ce dimanche, face à Roman Reigns et Daniel Bryan pour le titre Universal de la WWE. À l’occasion d’une conférence de presse internationale, We Sport et d’autres médias ont pu échanger avec Edge, de son vrai nom Adam Copeland, qui s’est pleinement confié sur son retour, le prochain défi qui l’attend, et bien plus. 

La vie réserve parfois son lot de surprises et de clins d’oeil symboliques. Le 11 avril 2011, Edge annonçait à la surprise générale au public de la WWE son départ à la retraite. En raison d’une sténose cervicale de la colonne vertébrale et d’un risque élevé de paralysie cervicale s’il poursuivait sa carrière, la Superstar Classée X était contrainte de raccrocher ses bottes de lutteur. Un véritable coup de tonnerre pour tous les fans, qui affectionnaient ou aimaient haïr l’ultime opportuniste, qui a contribué à la hausse de popularité du catch en France dans les années 2000. Ce dimanche 11 avril 2021, Edge participera au main event de WrestleMania et tentera de décrocher le titre Universal de la WWE actuellement détenu par Roman Reigns face à ce dernier et Daniel Bryan.

Le parcours du Canadien n’a pas été de tout repos depuis son retour surprise au Royal Rumble en janvier 2020, après avoir été opéré et obtenu l’accord des médecins. Lors d’un match face à Randy Orton à Backlash en juin, Edge a été victime d'une rupture du triceps l’éloignant une nouvelle fois des rings jusqu’en janvier de cette année, où il remporta le Royal Rumble. En plus des conséquences importantes de la crise du COVID-19 sur les programmes de la WWE, et notamment l’absence du public, Edge a ainsi vu son grand come-back être fortement perturbé par cette nouvelle indisponibilité. Nous l’avons ainsi interrogé sur les éventuels doutes et regrets qu’il aurait pu ressentir lors de cette année 2020 plus que périlleuse, mais Edge semble imperturbable.

« Tu sais les blessures, je connais ça depuis des années, nous a-t-il répondu en riant. Donc ça ne m’a pas affecté plus que ça. Ce qui m’a affecté le plus, c’est l’absence du public. Ce n’est pas aussi marrant sans vous, je pense que les personnes dans le roster diraient la même chose. Grâce au public, c’est plus fun. Notre industrie est tellement dépendante des personnes, mais nous avons continué à faire avancer les choses. Mais faire revenir les gens va être monumental, ça va ramener les éléments amusants. Ne vous méprenez pas, ça reste toujours un exutoire, un espace créatif, donc c'est toujours agréable, mais ça ne peut pas être aussi agréable sans notre public. Mais c'est une chose que vous ne pouvez pas contrôler. Est-ce que je préférerais avoir un public pour incarner Edge ? Absolument, mais je comprends aussi qu'il y a des choses bien plus importantes que le fait d'être satisfait de mon retour dans le catch, et je me concentre sur tous les points positifs qui sont là. J'ai eu ce moment au Royal Rumble 2020. S’il n’y a rien d’autre, et bien j’ai eu ça, et c'est fou. Je n'oublierai jamais ça. Revenir à WrestleMania cette année et récupérer une partie de notre public, ça va être fou, alors je nage dans le positif au lieu de me concentrer sur le négatif. »

 

« J’AI ÉTÉ DÉÇU DE NE PAS FINIR LA TRILOGIE AVEC RANDY ORTON »

Pour autant, cette nouvelle blessure a bel et bien changé les plans de la WWE. Après avoir défait Randy Orton à WrestleMania 36 et perdu contre le même Orton à Backlash, Edge était attendu pour affronter une dernière fois le maître du RKO lors de WrestleMania 37. De nombreuses rumeurs ont circulé à ce sujet sur les sites spécialisés, et le lutteur de 47 ans a confirmé aux médias présents à cette conférence qu'il devait bel et bien retrouver son meilleur ennemi. « Ma blessure a changé tous les plans. Je me disais : “Randy et moi à WrestleMania, Randy et moi à WrestleMania, Randy et moi à WrestleMania”. C'était mon plan depuis le début jusqu'à ce que je sois informé que ce n'était plus le plan de la WWE. Je pensais qu'on avait besoin d'une trilogie. Nous devions le faire. J'ai été déçu. J'ai senti que l'histoire le méritait. Quand j'ai découvert que ce n'était pas dans les plans, j'ai pensé : “Et maintenant ?”. Et puis ça a pris la tournure que ça a pris, ce qui est très excitant, relativise le natif d’Ontario. Je veux dire, je suis passé de l'idée d'affronter Randy Orton à WrestleMania, ce qui est un rêve, à celle d'affronter Roman Reigns et Daniel Bryan à WrestleMania pour le championnat Universal, ce qui est aussi un autre rêve. Toutes les routes changent et c'est ce qui arrive parfois. Vous devez être prêt et polyvalent, même si vous avez une idée en tête. Vous devez comprendre qu'il y a plus, il y a beaucoup de personnages, c’est comme un échiquier, il faut trouver la meilleure place pour que les fans soient heureux. Tout a changé, c'était en grande partie une question de timing. Le Rumble a eu lieu 11 ans après ma précédente victoire (au Royal Rumble 2010) et le deuxième soir de WrestleMania a lieu 10 ans après la date où j’ai annoncé ma retraite. Tu ne peux pas faire abstraction de ce genre de choses. Cela n'arrive qu'une fois. Vous avez la chance de raconter cette histoire une fois. Maintenant, vous avez trois gars dans le match principal à qui on a dit à un moment de rentrer à la maison ou d'arrêter ce qu'ils faisaient. Et nous voilà, c’est assez fou. »

 

En effet, le combat principal du second soir de WrestleMania est symbolique à plus d’un titre. Si Edge n’était pas censé se retrouver ici, c’est également le cas pour ses deux adversaires. Daniel Bryan avait lui aussi annoncé sa retraite, en 2016, après une nouvelle commotion cérébrale sérieuse. Alors que le leader du Yes Movement est désormais de retour, Edge ne tarit pas d’éloges à son égard. « C’est un gars qui n'abandonne pas face à l'adversité. Il fait son travail à un très haut niveau alors que je suis sûr qu'on lui a souvent dit “non” au fil des ans. De lui, je retiens donc sa mentalité. Et aussi ce qu'il apporte en termes de style. Il apporte un grappling différent (pratiques de lutte spécialisées au sol, NDLR), des prises de soumission différentes et personnellement j'adore ça. Je n'ai jamais été capable de faire ça avant dans l'incarnation d’Edge. Eh bien, dans cette incarnation d’Edge, je veux vraiment utiliser ce genre de choses. C'est donc un excellent adversaire pour moi, car il va tester cette version d'Edge, et c'est super excitant. »

De son côté, Roman Reigns, avait été absent durant plusieurs mois entre 2018 et 2019 en raison d’une récidive de la leucémie, avant de faire une nouvelle pause l’année dernière au début de la crise du COVID-19. Reigns, ayant déjà battu John Cena, Brock Lesnar, Triple H ou encore l’Undertaker ces dernières années, incarne mieux que quiconque la relève de la WWE, à juste titre à en croire son futur adversaire. « Je l’ai observé depuis ses débuts et je me suis dit : ” Ok, ce gars va trouver sa voie et à un moment donné, il va avoir l'opportunité qui va le décoincer”. Et je pense que c'est ce que nous voyons maintenant. Nous voyons un gars qui a une parfaite maîtrise de son personnage, qui est un grand combattant qui a une capacité de réflexion rapide, un gars qui a trouvé sa voie. Il y a beaucoup de points positifs dans chacun d’entre eux. On n'entre pas dans l'événement principal de WrestleMania sans avoir beaucoup de points positifs », explique Edge, qui s'est de nouveau prononcé un peu plus tard durant cette conférence de presse sur le caractère réel qui entoure cette rivalité entre trois superstars de la WWE qui n'étaient pas destinées à se retrouver sur le ring de WrestleMania en 2021 :

« Ce qui est étrange, c'est que nos histoires, nos parcours – le parcours d'Adam (Edge), Bryan (Daniel Bryan) et Joe (Roman Reigns) – n'aident pas à faire avancer le récit et cela n'aide pas à dépeindre un gars comme le méchant et un autre comme le héros, donc cela peut brouiller l'esprit. Une fois que c'est dit, si vous regardez nos trois histoires en dehors des personnages, je pense que ces histoires vous aident à vous investir davantage dans les personnages, parce que vous savez que ces trois hommes se sont battus pour récupérer cette chose qui, lors de ces trois parcours distincts, était terminée. De mon côté, je pensais que c'était ça. Je ne peux pas parler pour eux, mais moi j'étais fini et on m'a dit que je n'avais pas le choix. Donc avoir trois gars en position de pouvoir faire un main-event en ayant ces histoires, j'aime penser que ça vous aide à vous investir encore plus dans les personnages. C'est cette chose sous-jacente qui est en fait plus importante que tout, ce qui n'a pas beaucoup de sens, mais dans mon esprit, si (rire). Je pense que cela a aidé à la construction parce qu'il y a beaucoup de réel impliqué. »

 

« ON NE POUVAIT PAS JOUER TOUS LES DEUX LE RÔLE DE L’OUTSIDER AVEC DANIEL BRYAN »

Un changement notable est à signaler depuis le début de cette rivalité entre les trois hommes. Edge, de son vrai nom Adam Copeland, avait en effet mis de côté jusqu'ici de nombreux traits de caractère de son personnage hostile afin de laisser transparaître ses réelles émotions, partagées avec le public avant la pandémie, après avoir surmonté toutes les épreuves précédant son retour. Cependant, la Rated-R Superstar, opportuniste et sans limites, a refait surface ces dernières semaines. Un changement nécessaire selon l’intéressé. « Quand vous savez que ça va être un match triple menace, vous vous dites : “Ok, on ne peut pas jouer tous les deux le rôle de l’outsider avec Bryan”. Nous devons essayer de nous différencier et si vous nous regardez tous les deux, c'est Bryan l’underdog. C'est son truc. Personne ne le fait mieux que lui et ça m’a fait penser que je pouvais ajouter un peu de cette ambiance “Rated-R Superstar”. C’est très difficile puisque nous n’avons pas le public pour vraiment savoir si ça marche, mais je pense que les fans ont dépassé le stade du vétéran qui revient, qui a des doutes sur ce qu’il peut réaliser. Les fans ont vu ça avec Randy et ça a marché. J'ai pensé que ça pouvait continuer à fonctionner, mais j'ai commencé à sentir que ce n'était pas le cas, et puis quand vous mettez Bryan dans l’affaire, vous réalisez “ok, il va s'accaparer cette partie, et Roman a son propre truc”, je dois donc trouver la direction à prendre à partir de là. Et pour moi, il ne s'agit pas d'être un vilain ou un gentil, un héros ou un méchant, il s'agit d'être Edge. Et Edge veut ce qu'il n'a jamais perdu et son caractère a toujours été déterminé par le titre mondial. Rien d'autre. C'est aussi simple que cela. Edge veut le titre. Peu importe qui le détient, que ce soit Batista, JBL… C'est ce que veut Edge. Avec ça, vous pouvez l'emmener dans de nombreuses directions. Vous pouvez l'emmener dans une querelle contre Seth Rollins, ou avec Shinsuke Nakamura… Ou alors, tu veux m'emmener à RAW ? Ok j’irai face à Drew McIntyre… J'ai toujours été un fan de la casquette noire, de la casquette blanche, mais je pense que c'est très différent maintenant. Je n'ai pas besoin de m'inquiéter de savoir s'il est bon ou mauvais. C’est juste Edge, et c’est un peu libérateur. »

Libre devant l’écran, mais également derrière puisqu’Adam Copeland, fort de sa grande expérience à la WWE, a gagné le droit de disposer d’une grande liberté créative comme il nous l’a confié. Depuis son retour, Edge s’est particulièrement illustré dans ses promos. Que cela soit avec Randy Orton, avec des prises de parole très intenses grâce à l’histoire personnelle entre les deux hommes, ou plus récemment avec le retour de la “Rated R Superstar“, l’ancien champion du monde a rappelé qu’il était l’un des meilleurs de sa génération au micro, et il compte bien continuer à le prouver en s’impliquant le plus possible : « J'écris mes promos, et je suis très impliqué là-dessus parce que je dois les ressentir et si quelqu'un d'autre les écrit et que je ne fais que les réciter, je ne peux pas les ressentir. C’est une chose différente que d'être sur un plateau de télévision ou de cinéma, où vous avez un script qui doit suivre plusieurs récits et toutes ces choses. Le catch est différent à cet égard, parce que vous avez joué ce personnage pendant 20 ans, et personne ne connaîtra mieux ce personnage que vous parce que vous avez dû vivre dans sa peau pendant tout ce temps. Donc c'est une chose que j'ai vraiment appréciée parce que j'aime écrire, j'aime lire, donc je prends des petits extraits, des morceaux, ici et là. Comme j'ai lu 72 livres l'année dernière, il y a constamment des histoires qui se passent dans ma tête. Alors j'essaie de penser à quel aspect de l'histoire je pourrais m'accrocher ici, et quelles vérités je pourrais apporter dans une promo pour essayer de la rendre authentique. Je pense que lorsque vous voyez une promo d'Edge, vous vous dites “Mec, ce gars ressent beaucoup ce qu'il dit, et non seulement Edge le ressent, mais Adam aussi”, et je pense que ça fait la différence. Je veux juste lutter contre tout le monde, alors envoyez-moi vers la direction que vous voulez, je suis là, mais pour les promos, j'aime mettre la main à la pâte. »

En attendant de voir ce que l’avenir réserve à Edge, c’est lors de la deuxième partie de WrestleMania 37, ce dimanche, qu’on le retrouvera pour tenter d’obtenir sa douzième ceinture mondiale. Les fans sont d’ores et déjà impatients à l'idée de pouvoir le revoir dans le main-event d’un tel show, et le principal intéressé nous a confirmé que c’était réciproque : « Je pense que cette année, WrestleMania va être encore plus spécial parce qu'on commence à retrouver notre public, et c’est tout simplement énorme pour ce divertissement. Ce que nous faisons est tellement basé sur la réaction de la foule, il y a une forme de donnant-donnant. Nous nous nourrissons de cette énergie et plus nous donnons de l'énergie, plus nous en recevons en retour et c'est une relation incroyable qui a disparu et je ne peux plus attendre. Le catch et le divertissement sportif sont tellement dépendants du public, en ce moment j’ai plus l’impression honnêtement de faire un film ou une émission de télévision. Il n’y a pas de retour immédiat. Revoir cette foule, l'entendre et la sentir. Je pense que tous ceux qui se lancent dans le métier le font parce qu'ils veulent cette interpellation entre le public et les lutteurs que l'on n'obtient pas dans un concert ou une pièce de théâtre. Je vais y aller samedi soir juste pour l'entendre, avoir la chair de poule et réaliser ce qui m'attend le lendemain soir. »

WrestleMania 37 sera disponible sur le WWE Network, dans la nuit du 10 au 11 avril, puis du 11 au 12 avril, à partir de 2 heures du matin.

Suivez-moi sur Twitter : @BernardCls – À lire aussi : Hogan, Nash, Hall, Waltman… Quand la nWo révolutionna le catch

 

(Crédits image : WWE)

Authors

Dernières publications
Remonter au début